masculins / PSG - OL J-1

18 Lyonnais pour Paris

Publié le 04 mai 2007 à 12:40 par BV

Gérard Houllier a convoqué 18 dix-huit joueurs pour le déplacement au Parc des Princes. Karim Benzema fait son retour. Cris est suspendu. Sylvain Wiltord (choix de l'entraîneur) et Tiago (paternité) ne font pas partie du groupe.

Le groupe lyonnais :
Abidal, Baros, Benzema, Caçapa, Clerc, Diarra, Fred, Govou, Juninho, Källström, Malouda, Müller, Réveillère, Santos, Squillaci, Toulalan, Coupet ,Vercoutre.

Un mot sur le match contre le PSG. Est-ce à vos yeux un match particulièrement intéressant ?
Tous les matchs sont intéressants. Comme il s’agit d’un match télévisé, il nous faudra produire un bon match, une bonne performance et un bon résultat. Pour une équipe malade, on n’est pas trop mal. Il y a des malades dans un plus mauvais état que nous. Depuis février, on a fait un parcours de champions. L’enjeu de ce match, c’est nous même, l’identité du club, la qualité de l’équipe. En tout cas, on ne peut pas dire que l’on a laissé tomber. Contre Valenciennes ou Auxerre, on s’est créé les meilleures occasions.

Attachez-vous une attention particulière à votre actuelle invincibilité ou au record de victoires à l’extérieur ?
Les records appartiennent aux joueurs. Il reste deux déplacements à Paris et à Monaco. Ce serait bien pour le club. Je joue toujours pour gagner car une équipe ne progresse que comme cela. On produit plus de jeu quand on a cette attitude. Partout où on est passés, on a eu le souci de produire du spectacle. Contre le PSG, il nous faudra de la puissance et tactiquement rester serrés car c’est une équipe habile dans la construction des attaques rapides. Il faudra les empêcher de développer leur jeu. On est dans la « phase deux », celle qui consiste à montrer de l’honneur et de la fierté dans ce titre. Cet enjeu est plus important que les points. Il y a un enjeu de personnalité, d’identité, de caractère. On a acquis le privilège depuis six matchs de jouer sans enjeu de points mais ce privilège il faut le respecter.

Comment avez-vous accueilli l’annonce de la suspension de Milan Baros ?
Avec fatalisme. Je savais qu’ils allaient marquer le coup. Si Baros avait fait cela avec Danze, on n’en parlerait pas.

Que pensez-vous de la bonne période du PSG ?
En termes de jeu, sur les cinq derniers matchs, ils ont obtenu quatre victoires et un match nul. Comme il y a d’anciens Lyonnais, comme le président du club PSG est un ami, je ne vais pas vous dire que je suis mécontent de les voir à ce niveau. Je suis même très content qu’ils ne jouent pas leur maintien contre nous. C’est le Parc, c’est une ambiance spéciale. On risque d’assister à un débat équilibré et sain.
Sur le même thème