masculins / Stage Evian

8 mai 2009… Evian

Publié le 08 mai 2009 à 12:07 par R.B/O.T

Jour férié, mais aussi réveil musculaire matinal pour le groupe lyonnais à quelques heures de la rencontre amical face à Grenoble…

Il semble que la pluie se soit invitée pendant la nuit. Trottoirs humides devant des magasins fermés presqu’en totalité. La France ne travaille pas ce vendredi. Une harmonie locale nous rappelle que l’on célèbre l’arrêt des combats de la seconde guerre mondiale sur le front européen, soit la capitulation sans condition de l’Allemagne le 8 mai 1945. 64 ans ont passé, le jour où le boxeur lyonnais Fabrice Tiozzo fête ses 40 printemps.

Des bords du Lac à l’hôtel Ermitage, il y a une belle montée en virages serrés. A pied ou en voiture, vous pouvez craindre la surchauffe. Et à quelques pas, le stade Camille Fournier domine le Lac. Le soleil chauffe tout en étant voilé. Attention aux nuages dans le lointain.

En attendant le départ, nous devisons avec Sonny Anderson, et forcément de sa carrière au Servette. A 10h 40 début du réveil musculaire. Echauffement à deux avec ballon sur toute la largeur du terrain. Les 3 gardiens sont avec « Monsieur Jo ». Hartock se prend un gage. Direction la montée des marches de la tribune au sommet desquelles, il doit enlever le maillot et crier : « allez l’OL ». Mathieu Bodmer a regagné l’hôtel avec Sylvain Rousseau, un des kinés. Petit souci pour l’ancien lillois ?

Après une vingtaine de minutes, place au toro, suivi par des étirements. Le regard ne peut pas manquer les muscles de pur sang du Ghanéen Mensah ! La cinquantaine de spectateurs va se régaler à la sortie du groupe pour une séance improvisée de photos et de dédicaces. Pendant ce réveil musculaire, les dirigeants du club d’Evian ont préparé la logistique pour le match de l’après-midi.

Retour à l’hôtel. Déjeuner à 13h 15. Une légère collation juste avant le départ au stade fixé à 15h 20. Il devrait y avoir du roulement pendant cette rencontre face à Grenoble. Les nuages essaient toujours de se faire une place dans le ciel. Cela ne dérange en rien Vivien Ramirez, devenu en quelques heures, à la force de ses petits bras musclés, le roi de la levée de barrière… et un chat fatigué qui roupille sous une voiture. A moins qu’il ne profite lui aussi de ce jour férié…
Sur le même thème