masculins / Toulouse - OL

A la conquête d’une terre maudite

Publié le 22 avril 2016 à 19:00 par SC

Les Lyonnais se rendent en terres toulousaines, traditionnellement hostiles. Destitués de leur deuxième place, ils n’ont pourtant pas vraiment le droit à l’erreur face à une équipe relégable et remobilisée en mode commando. Attention au piège…

Est-ce que cette date du 5 novembre 2005 trottera dans la tête des Lyonnais au moment de se rendre au Stadium ? Voilà plus d’une décennie que l’OL ne s’est plus imposé chez le Toulouse FC, loin d’être une équipe redoutable dans un antre qui serait imprenable. Il l’est pourtant pour des Olympiens qui y ont même chuté 6 fois sur leurs 9 derniers déplacements, dont 8 sans marquer le moindre but…

Mais ils n’ont pas vraiment le choix que de repartir à l’assaut d’une terre maudite dans leur quête de la deuxième place, perdue après le nul contre Nice. Car, même si les regards se tournent presque mécaniquement vers ce duel au sommet face à Monaco à la 37ème journée, il ne faut pas oublier pour autant les trois autres virages à bien négocier. Un après sur le terrain de Reims. Deux autres avant face au Gazélec et donc ce week-end à Toulouse.

L’équipe de la Haute-Garonne, embourbée dans les bas-fonds du classement, avait presque perdu tout espoir de se sauver en fin de saison. L’arrivée de Pascal Dupraz sur le banc toulousain début mars lui en a redonné une bonne dose. Depuis, un seul revers sur les 6 derniers matchs et un premier non relégable à portée de fusil. Un écart de trois points à combler ? Pas insurmontable pour un TFC qui peut compter sur Braithwaite, les créateurs Regattin et Trejo, et surtout sur un Ben Yedder retrouvé avec ses 11 buts en 2016.

Des hommes en forme, il y en a aussi côté lyonnais. Excepté les absences plus anciennes de Kalulu ou Malbranque, il n’en manquera qu’un, en la personne de Cornet, suspendu après son rouge contre Nice et probablement suppléé par Valbuena.  Bruno Genesio devra faire des choix… Bedimo ou Morel ? Jallet ou Rafael ? Tolisso ou Ferri ? Toujours mieux d’avoir en sa possession toutes ses forces pour aborder la dernière ligne droite vers la grande Europe. Une route débutant par Toulouse, qui n’a rien d’une ville hôte idéale…

Sur le même thème