masculins / Troyes - OL J-1

A l'aube d'une victoire idéale pour le moral?

Publié le 03 février 2007 à 18:20 par R.B

Le mois de janvier s’est terminé par une élimination en Coupe de France. Place à Février, retour au championnat et surtout au succès, on l’espère, pour les Lyonnais face à un adversaire qui se bat pour le maintien.

L’année 2007 a mal commencé pour l’OL, mis à part cette qualification pour la finale de la coupe de la Ligue. Pour le reste, la machine à gagner a connu des ratés dans son expression et ses résultats. Pas question de crise pour autant, il ne faut pas exagérer. L’heure est cependant, d’une certaine façon, à la mobilisation générale pour stopper cette série poussive en championnat : 2 points pris lors des 4 dernières rencontres et 2 buts marqués ! 2 points sur 12 possibles a permis à la concurrence immédiate, Lille, de se rapprocher à distance toujours très respectable. Les Dogues sont en effet encore à 13 points, mais n’oublions pas qu’ils ont toutefois repris 6 points en 4 matchs. Si ce rythme continuait… inutile de faire un dessin.

L’ESTAC a sorti enfin la tête de la zone rouge. Oh juste pour un petit point ! Mais que c’est important ce petit point salvateur pour le moral de cette troupe joueuse en net regain de forme. Elle a mis de côté quasiment la moitié de son butin (10 points sur 22) lors des 7 dernières rencontres. Cela fait 4 matchs qu’elle n’a plus perdus à domicile. Pour autant, rien n’est encore définitivement acquis pour le maintien. Dans le sillage des Nivet, Lachuer, Bangoura, Matuidi, Sanz, Le Crom, Gigliotti… le collectif de Jean-Marc Furlan a incontestablement les moyens de s’en sortir. Le coeur de lion troyen, Gaël Sanz, est toutefois incertain.

Pour en revenir à l’OL, pas question de catastrophisme. « C’est par le jeu que nous nous imposerons de nouveau ; et pas question de mettre trop de pression à mes joueurs. On sait où on veut aller et ce qu’il faut faire pour y arriver. En football, il y a des périodes délicates dans une saison. Le mois de janvier l’a été pour nous. Cela va nous servir pour le futur… Une victoire à Troyes serait évidemment idéale pour le moral ». Gérard Houllier n’a pas le temps de ressasser. Rebondir immédiatement, c’est un talent indispensable chez les entraîneurs et les joueurs de haut niveau.

Du jeu donc et un petit plus dans tous les secteurs en gardant ces fameux fondamentaux dont parle souvent l’entraîneur lyonnais. L’OL est en panne d’efficacité, de réalisme. Après le feu d’artifice lensois, victoire 4 à 0, le quintuple champion n’a pas fait mieux en championnat qu’un but dans un match tout en ayant encaissé 2 fois 2 buts ce qui n’était jamais arrivé avant le déplacement à Toulouse. Et à Marseille, en coupe de France, le même constat s’est reproduit… Fred revient après une longue absence ; Baros a juste enfilé la tunique olympienne ; Benzema et Wiltord sont à l’infirmerie ; Juninho a moins de pied en ce moment tout comme Malouda qui n’a plus marqué depuis le Lyon – Nancy en Coupe de la Ligue. Les artificiers ont désormais la parole s’ils ont les occasions. Quant à la fameuse agressivité adverse, elle demande une réponse collective dans le respect des lois. Le retour de Toulalan, l’apport de Fabio Santos, si il est présent, devraient aussi amener un plus dans les duels, l’impact physique global.

Il y aura aussi le choix de Gérard en terme de stratégie. Va-t-il revenir à son fameux triangle au milieu de terrain, Va-t-il poursuivre avec son tandem Baros-Fred ? Il a suffisamment de cartes en main, malgré les absents, pour se décider, voire ensuite s’adapter. D’autant que l’OL n’aura plus qu’un match par semaine pendant quinzaine jours, à l’exception de la kyrielle d’internationaux réquisitionnée en milieu de semaine prochaine. Allez Messieurs, l’heure est au renouveau et cela passe par une victoire au stade de l’Aube.
Sur le même thème