masculins / Pendant la trêve

Alain Perrin est l'entraîneur de l'OL

Publié le 30 mai 2007 à 15:12 par BV

Pressentie depuis plusieurs jours, la nomination d’Alain Perrin au poste d’entraîneur de l’Olympique Lyonnais a été officialisée cet après-midi en présence de l’intéressé, de Jean-Michel Aulas et de Bernard Lacombe.

Jean- Michel Aulas :
J’ai le plaisir de vous annoncer l’arrivée d’Alain Perrin, en provenance de Sochaux après une année passée dans le Doubs. Pourquoi Alain Perrin ? Parce que nous l’avions ciblé en priorité. Il y a un peu plus de cinq ans, il avait failli venir à l’OL. Nous avions été moins rapides que l’OM et lui trop impatient. On lui en a longtemps fait le reproche. Mais on a de la suite dans les idées. On a donc repris contact avec lui pour aboutir à une issue heureuse car c’est notre idée première qui aboutit aujourd’hui. Cela a été plus long que vous ne l’imaginiez car nous avons discuté d’organisation. Concernant celle-ci, nous sommes restés cohérents. Nous voulions apporter du sang neuf et consolider l’expérience acquise au cours des huit dernières saisons pour faire aussi bien que par le passé. Et même mieux notamment en Coupe d’Europe. On aura bien sûr l’ambition de poursuivre ce qui a été fait en championnat et taquiner les coupes.

Lorsque Gérard Houllier avait été nommé, vous aviez notamment mis en avant parmi ses principaux atouts, son expérience en Coupe d’Europe. Quels sont ceux d’Alain Perrin ?
On est pragmatiques. Nous n’oublions pas que durant deux ans, on a participé à la Ligue des Champions en terminant notamment en tête de notre groupe devant le Real Madrid. C’est donc une évaluation positive : le parcours de l’OL en coupe d’Europe a été bon. C’est vrai que l’on n’est pas allé au bout de la compétition mais en coupe, il y a des aléas qui font que l’on n’a pas de certitudes. Nous avons demandé à celui qui a entraîné l’équipe challenger en finale de la Coupe de France. Nous souhaitions un entraîneur faisant partie de la nouvelle génération, maîtrisant parfaitement le français, un entraîneur qui sache communiquer. Nous avons aussi analysé son niveau de performance. Dans le passé, Alain Perrin a amené Troyes en Coupe d’Europe, il a gagné la coupe de France et terminé quatrième ex-aequo du championnat de France avec Sochaux. C’est une vraie performance. Se qualifier pour la Ligue des Champions avec l’OM constitue également une performance. Le ratio potentiel de l’équipe / performance nous a menés à Alain Perrin. J’ai reçu des dizaines de candidatures spontanées. On a évoqué d’autres candidats. On a notamment sollicité Michel Seydoux concernant Claude Puel. On aurait également pu imaginer confier cette équipe à Roland Courbis. On y a songé mais on a mené au bout notre première idée. On a fait le choix qui nous paraissait le plus adapté : celui du meilleur homme au meilleur poste au meilleur moment. On a confiance en lui. Je reproche seulement à Alain Perrin d’avoir choisi Marseille il y a cinq ans. Il a beaucoup à se faire pardonner.

[IMG42078#R]Avez-vous déjà évoqué le recrutement ?
C’est un effectif difficile à améliorer. Cela demande une action de tous les jours et des moyens que nous avons essayé de consolider. Alain Perrin a émis une idée importante : le meilleur recrutement est de conserver nos meilleurs joueurs. Il faut également apporter du sang neuf. Surtout dans un groupe qui a été champion de France six fois de suite. Il faudra donc être perspicace afin de consolider l’envie de gagner qui caractérise l’OL et améliorer l’effectif à certains postes. Le travail des équipes de gestion et des équipes techniques peut nous donner un certain nombre de certitudes pour l’avenir. Rémi Garde prend la direction de la cellule de recrutement. Je précise à ce sujet que, concernant Eric Abidal, nous avons refusé une offre de Barcelone incluant Saviola. Nous n’avons en revanche pas reçu de proposition concernant Florent Malouda. Quant à Mathieu Bodmer, nous avons fait une offre au LOSC, tout comme pour Keita. Pour ce dernier, elle ne s’élève pas à 20 millions.

Alain Perrin vient de signer un contrat de deux ans. Pourquoi ?
D’une part ce n’est pas une question d’usure car nous avons la réputation de garder nos entraîneurs, de les défendre notamment face au pouvoir des médias. Il y a eu 6 titres de champions France avec trois entraîneurs différents. L’objectif d’un président est d’avoir le meilleur entraîneur qui soit au moment où on en a besoin afin d’avoir les meilleurs résultats possibles. On a un staff qui perdure, qui permet d’avoir cette base solide en relation avec les joueurs. On arrive à compléter par une stabilité et un peu d’innovation. Pour être performant demain, il faut être imaginatif. Je trouve que jusqu’à maintenant, on ne s’est pas trop trompés. Je pense qu’avec le choix d’Alain Perrin, on va faire encore mieux.

Quelles sont les modalités de l’arrivée d’Alain Perrin ?
Pour des raisons symboliques, Sochaux a souhaité qu’un effort financier soit fait. Il s’élève à 350 000 euros. Un effort a également été demandé à Alain Perrin. Mais ces raisons sont symboliques et n’ont pas posé de vrais problèmes. Ce n’est pas cela qui a allongé le débat. On a plutôt discuté d’organisation optimale, de recrutement. Je tiens d’ailleurs à remercier tous ceux qui ont participé à ces discussions qui se sont déroulées dans un excellent climat et notamment Jean-Claude Plessis qui a su trouver les bonnes solutions.




[IMG42077#L]Alain Perrin :
Je suis très heureux et fier de rejoindre l’Olympique Lyonnais. Cette nomination n’est pas un aboutissement ou une finalité en soi. Pour tout joueur et tout entraîneur de haut niveau, il faut franchir les étapes pour aller le plus haut possible. Je viens ici avec beaucoup d’ambition et afin que l’Olympique Lyonnais continue sa marche en avant de. Pour cela, je serai accompagné de Christophe Galtier, mon adjoint mais je m’inscris ©galement dans le projet du club avec Bernard Lacombe, Joël Bats comme entraîneur des gardiens, Robert Duverne, le préparateur physique ou encore Bruno Génésio qui sera aussi mon adjoint. C’est un mariage de raison où les partis sont sur la même ligne directrice pour faire en sorte qu’on continue à obtenir des résultats pour l’Olympique Lyonnais.

Concernant le recrutement, avez-vous quelques noms en tête ?
J’ai en effet évoqué les noms de certains joueurs de l’équipe de France qui sont actuellement blessés ou en instance de départ. Avec Bernard (Lacombe), on s’inscrit dans la continuité avec la volonté de conserver les joueurs qui ont montré leurs qualités. En fonction des départs, il faudra compenser. Le groupe était cohérent et a montré sa valeur.

La venue de Karim Ziani constitue-t-elle à vos yeux une priorité ?
J’ai beaucoup apprécié travailler avec Karim Ziani, qui a beaucoup apporté au FC Sochaux. Il est un peu tôt pour se lancer sur des noms. Actuellement, on est tous occupés à conforter certains joueurs qui ont des hésitations et les convaincre de rester à l’OL.

Eric Abidal et Florent Malouda constituent-ils des priorités ?
Bien évidemment. C’est le côté gauche qui nous est envié partout en Europe. Je vais les appeler pour savoir leur degré de volonté de partir. A travers ces discussions, on verra s’ils sont désireux de rester avec nous. J’ai l’intention de prendre contact avec le staff et avec les cadres de l’équipe, et peut-être d’aller voir ceux de l’équipe de France.

[IMG42079#R]Quelle image avez-vous du jeu de l’Olympique Lyonnais et comment désirez-vous le faire évoluer ?
L’OL n’a pas été très bien dans le jeu cette année (ironique). Il a terminé avec la meilleure attaque et la meilleure défense. J’en profite pour faire un clin d’œil à Gérard Houllier. L’équipe est performante sur le terrain. J’ai des idées sur le plan du jeu. Je prône en premier lieu l’efficacité et le spectacle mais pas uniquement pour l’amour du jeu. Je pense que spectacle et efficacité ne sont pas antinomiques. Je m’appuierai sur le système de jeu qui a été mis en place car les joueurs ont des repères. C’est en fonction des caractéristiques des joueurs que l’on essaiera de trouver ce qui peut fonctionner le mieux. Le 4 – 3 – 3 était la meilleure solution jusqu’à maintenant. Mais cela dépendra de l’effectif. Dans ce domaine, je n’ai pas de dogme. Ce n’est pas le système de jeu qui est le plus important mais les principes défensifs et d’animation offensive. Il faudra s’appuyer sur les points forts de l’équipe.

Pour vous, venir à Lyon représente-t-il un risque ?
Le risque fait partie du métier mais si on ne veut pas prendre de risque, on ne fait pas ce métier. Je sais gérer la pression. J’ai déjà joué la coupe d’Europe avec l’Olympique de Marseille. Je connais cette compétition. Avec un meilleur effectif et un meilleur staff, on peut défendre nos chances raisonnablement. L’importance est d’avoir les joueurs de talent que possède l’Olympique Lyonnais. Ce sont eux qui font la différence. Avoir des hauts et des bas est le lot de tous les entraîneurs. J’ai aussi eu ma traversée du désert. L’OL est au top. Je suis conscient de ce que cela représente en termes d’obligation. Je serai de taille pour le faire.
Sur le même thème