masculins / OL - Brest

Alex Dupont : Le maintien par le jeu

Publié le 20 août 2010 à 12:00 par BV

L’entraîneur du Stade Brestois, Alex Dupont, ne cache pas son « bonheur » de retrouver la Ligue 1 avec Brest, un club qui attendait ça depuis 19 ans. Avec une philosophie de jeu ambitieuse : « le plus grand danger, le plus grand risque pour nous serait de ne pas jouer. »

Comment la ville de Brest vit-elle l’accession en Ligue 1, 19 ans après son dernier séjour à
ce niveau ?
Cette montée était aussi attendue qu’inespérée car il faut se souvenir qu’on s’est maintenus d’extrême justesse il y a deux ans. Grâce à une saison aboutie et un groupe solide qui a produit du jeu, on a mérité cette montée. Notre équipe s’est découverte, elle a trouvé son style, sa personnalité. On a assisté à une véritable communion entre une équipe et son public. Autour de nous, il y avait une forte attente car la Bretagne est une terre de foot, surtout à Brest. La période dorée des années 80 – 90 restera gravée à jamais dans la mémoire des supporters mais elle fait désormais partie du passé.

Le style et la personnalité dont vous parlez peuvent-ils demeurer les mêmes malgré le changement de division ?
Oui. Cet effectif a du potentiel. Notre priorité doit rester de jouer sans pression, en faisant preuve de régularité dans la qualité et avec l’intention de produire du jeu. Pour former ce groupe, on s’est attachés à la valeur des joueurs mais également à celle des hommes. On a privilégié l’état d’esprit. Je demande à mes joueurs de se donner sans retenue morale ou physique. Ils sont enthousiastes et ont une grosse envie de réussir ensemble.

Que l’on soit entraîneur ou joueur, on aspire tous à évoluer au plus haut niveau, mais ce n’est pas une fin en soi

Que représente cette saison de Ligue 1 pour l’entraîneur que vous êtes ?
Que l’on soit entraîneur ou joueur, on aspire tous à évoluer au plus haut niveau, mais ce n’est pas une fin en soi. Je prends ça comme des moments de bonheur, c’est du plaisir. Ce club colle bien à ma personnalité, et vice-versa.

Votre groupe a peu d’expérience de la Ligue 1. Est-ce un handicap ?
Non. Cela donne de l’enthousiasme, de la fraicheur. Mais nos forces sont également nos faiblesses : ce vécu de la première division que nous n’avons pas occasionne parfois un manque de concentration et des petites erreurs que l’on paie lourdement, comme face à Auxerre. Au haut niveau, les matches sont très équilibrés et se jouent souvent sur des détails.

Nolan Roux a terminé la rencontre face à Auxerre blessé. Sera-t-il rétabli samedi pour le déplacement à Lyon ?
Oui, cela devrait aller.

Le fait d’avoir réussi à le conserver constitue-t-il votre principal recrutement de l’intersaison ?
Non. Nolan Roux n’est pas le Stade Brestois à lui tout seul. C’est un des maillons de l’équipe. Il fait partie de ces jeunes joueurs qui ont les dents longues. Son état d’esprit, c’est ce qui caractérise l’équipe de Brest mais il n’est pas tout seul. Parmi les jeunes prometteurs, on peut également citer Bruno Grougi, Benoît Lesoimier, ou Ahmed Kantari. Il y a également les joueurs chevronnés sur lesquels je peux m’appuyer. La vedette, c’est l’équipe.

Dupont

Vous avez pris un point en deux matches. Est-ce un début de saison conforme à vos attentes ?
Non. Il nous manque les deux points du match contre Auxerre. Le match nul est un résultat flatteur pour Auxerre mais qui fait partie de notre apprentissage. La défaite contre Toulouse est extrêmement sévère. On aurait pu ramener quelque chose. Un bon championnat commence par un bon parcours à domicile mais je sais que mon équipe est capable d’aller grappiller des points à l’extérieur. On doit ramener quelque chose de Lyon, comme de Caen. Le plus grand danger, le plus grand risque pour nous serait de ne pas jouer. Si on veut prendre des points cela passera par là. C’est dans un cadre rigoureux, basé sur une discipline collective et une dynamique de jeu que mes joueurs peuvent s’exprimer.

L’OL présente à ce jour un bilan d’un nul et une défaite. Est-ce le bon moment pour affronter les Lyonnais ?
Il n’y a pas de bons ou de mauvais moments. Lyon, comme les autres équipes vivent les incertitudes inhérentes à tout début de saison. Bien que privé de Réveillère, Cris, Bastos ou encore Lisandro, Lyon possède un réservoir de joueurs qui lui permettra de passer ce moment délicat. Notre idée première n’est pas de penser à l’adversaire, fût-il Lyon. On se concentre avant tout sur les moyens que l’on se donne de réaliser quelque chose. Cela se jouera à pas grand-chose. Lyon aura bien entendu à cœur de gommer sa défaite à Caen (3 – 2). Nous aurons également envie de prendre des points. Notre objectif est d’atteindre le plus rapidement possible les 40 points.

Sur le même thème