masculins / Lens - OL J-3

Alou Diarra : « Pourquoi pas le Nou Camp ? »

Publié le 14 décembre 2006 à 15:14 par BV

Alou Diarra évoque le tirage au sort de la Ligue des Champions qui aura lieu demain à Nyon. Il avoue sa préférence pour le FC Barcelone et son "stade mythique". Il parle également de la rencontre de dimanche contre ses anciens coéquipiers lensois.

Alou, un petit mot concernant le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Avez-vous une préférence ?
Non je n’ai aucune préférence. On a surtout confiance en nous. On sait qu’on peut produire des grands matchs quel que soit l’adversaire sur lequel on tombe. On jouera ces deux matchs à fond.

N’avez-vous pas envie d’éviter le Barça ou l’Inter Milan ?
Non. A ce stade de la compétition, il n’y a pas de petite équipe. Que ce soit le Barça, l’Inter, ou une autre, on aura 2 matchs très difficiles. A nous d’être prêts afin de répondre présents.

Sans évoquer une équipe, y a-t-il un stade que vous aimeriez découvrir ?
Oui bien sûr. Le Nou Camp est un très beau stade. Comme beaucoup d’autres. C’est un stade impressionnant, alors pourquoi pas. Jouer dans un stade aussi mythique, pour tout joueur, cela constitue un événement, un rendez-vous à ne pas manquer.

Dimanche, vous allez retrouver le Racing Club de Lens, dans quel état êtes-vous ?
Cela ne va pas être évident de jouer contre mes anciens collègues. Je suis content de retrouver certains amis, mes anciens coéquipiers, un stade que j’aime beaucoup. J’espère que le résultat sera au bout. On s’attend à un match très difficile car on sait que Lens à domicile est une équipe très costaude. J’y ai joué. Je sais qu’à Bollaert, il est très difficile de les manœuvrer. A l’exception d’un faux pas contre Parme, ils sont en effet invaincus chez eux. Contre nous ils seront « ultra motivés ». Ce sera un match de très haut niveau, entre le premier et le deuxième.

Y a-t-il une certaine émotion au moment de retrouver Bollaert ou vous sentez-vous déjà détaché ?
Non, il y aura une certaine émotion. Il s’agit d’un stade que j’affectionne beaucoup. Il y a un public fantastique. Pour un joueur qui a porté les couleurs lensoises, ces ambiances sont inoubliables.

Cela vous étonne-t-il de voir vos anciens coéquipiers à cette deuxième place ?
Non pas du tout. L’an dernier, à la trêve, nous étions déjà deuxièmes. Je ne suis donc pas du tout surpris. Je connais la qualité de cet effectif. Il a peu changé. Il y a des joueurs de grand talent. Aujourd’hui. Lens est à sa place. Les voir à ce niveau là me fait plaisir.

Qu’est ce qui fait leur force ?
La continuité. Ils se connaissent depuis 2-3 ans. Ils disposent dans chaque ligne de joueurs capables de faire la différence. C’est une équipe très complète, physique, technique qui pratique un excellent football, avec de très bonnes phases de jeu.

Avez-vous récemment parlé avec certains de vos anciens coéquipiers ?
Bien sûr. J’ai souvent au téléphone des anciens collègues avec lesquels je suis resté très ami. Ils nous attendent. En ce moment, ils sont dans une bonne dynamique comme nous. A nous de casser cette dynamique.

Seriez-vous satisfait de quitter Bollaert avec un match nul ?
On fera le maximum pour gagner les 3 points. On part pour faire un résultat là-bas, mais au coup d’envoi, on sera à 0 à 0, ce qui serait déjà très bien.
Sur le même thème