masculins / Interview

Aly Cissokho : «Donner du plaisir aux supporters »

Publié le 22 juillet 2009 à 14:25

Le nouveau défenseur lyonnais évoque les conditions de son transfert et nous livre ses impressions sur son coéquipier Lisandro Lopez.

Concernant ton transfert, les supporters lyonnais ont suivi l’évolution du dossier de prêt, ils ont eu peur quand ils ont vu que tu allais finalement partir au Milan AC, qu’est-ce qui s’est passé réellement ?
Je ne savais pas trop, j’avais beaucoup d’opportunités. Le Milan AC s’est présenté, m’a vraiment mis dans des conditions qui ont fait qu’il était difficile de refuser. Et puis le Milan AC c’est vraiment un rêve d’enfant pour moi et c’est une grosse équipe. Donc j’avais ce rêve de signer les papiers du Milan AC. Malheureusement, il s’est passé ce qui s’est passé. Comme je l’ai dit à tout le monde, ce n’est pas un problème de dents (il rigole), il s’agit de problèmes financiers qui n’ont pas été réglés par le Président de Porto qui ne voulait pas baisser certaines choses.

Lyon c’était un second choix quand même ?
Non, Lyon n’est pas un second choix. C’était dans mes choix, mais j’avais fait le choix du Milan AC. Mais Lyon m’a toujours appelé, m’a toujours dit qu’il était là, prêt à m’accueillir donc j’étais vraiment surpris. Ca m’a montré qu’ils voulaient vraiment que je vienne progresser avec eux, montrer ce que je sais faire, et j’espère le redonner sur le terrain, en tout cas je vais tout faire pour que ça marche.

On va parler gros sous parce que maintenant. Tu sais que tu es le plus gros transfert d’un défenseur lyonnais. Tu as même battu Edmilson, tout cet argent et toute cette attente aussi, qu’est-ce que ça te dit ?
Honnêtement, les 15 millions je n’y pense pas trop, ces 15 millions ils ne sont pas dans ma poche. Après, c’est les discussions entre les Présidents. Il y a des joueurs qui partent pour 4 millions, ils réussissent, ils ne réussissent pas. Ils y en a qui partent pour 20 millions, ils réussissent, ils ne réussissent pas, ça ne s’explique pas. Moi je pars pour 15 millions, j’espère réussir et si je ne réussi pas c’est que la vie est ainsi. On va continuer à travailler pour que ça marche.

Tu as pris le numéro 20, ce numéro que portait Eric Abidal à Lyon et on sait que ça lui a plutôt bien réussi.
Oui, j’avais demandé à avoir un numéro entre le 20 et le 28. Le numéro 28, c’est celui que j’avais à Porto mais il était déjà prit. On m’a dit le 20 c’était Abidal, donc je l’ai prit en me disant pourquoi pas. Si je fais la moitié de ce qu’il a fait à Lyon, de ce qu’il a donné à Lyon, ça serait déjà bien.

On a hâte de te voir sur le terrain, j’imagine que toi aussi tu as hâtes de revêtir ce maillot lyonnais, ça sera normalement pour la Peace Cup ?
Oui, la Peace Cup, j’espère qu’on va faire un bon tournoi là-bas. Je vais retrouver le FC Porto pour le deuxième match, ça va faire vraiment bizarre. Mais maintenant j’espère gagner face à mes anciens partenaires. J’espère m’adapter vite sur le terrain au niveau des automatismes avec les gars, donc on verra bien.

Un petit mot sur Lisandro, parce que tu es peut-être le mieux placé pour en parler, ce joueur qui va succéder à Karim Benzema au poste d’attaquant ?
Oui, Lisandro est vraiment un joueur de qualité. C’est un attaquant qui est là pour marquer, qui, je pense va faire du bien à Lyon. Lui aussi est venu ici avec un transfert élevé, mais nous deux on ne se met pas de pression, on est là pour jouer au foot, tout simplement, pour montrer de quoi on est capable. J’espère que ça se passera bien, autant pour moi que pour lui.

Tu maîtrise le portugais, ça va être un atout parce qu’il y pas mal de portugais et de brésiliens à Lyon ?
Oui, je parle un peu portugais avec Michel (Bastos), Lisandro, Cris, Ederson, et c’est déjà une bonne chose. Comme ça je ne vais pas oublier mon portugais.

Pour terminer, un petit mot aux supporters lyonnais pour ton arrivée ?
Bonjour à tous supporters, supportrices aussi. On espère donner le meilleur de nous même pour faire un bonne saison, gagner des matchs, donner du plaisir aux supporters et faire du spectacle, en espérant que tout se passe bien.