feminines / PSG - OL Féminin

Amandine Henry : "Une grande rivalité"

Publié le 27 septembre 2013 à 16:29 par OT

La milieu de terrain de l'OL revient sur son séjour en équipe de France, et évoque le choc de dimanche sur le terrain du PSG.

 Amandine, es-tu satisfaite des performances des Bleues ?
Oui, on a d'abord joué un amical contre la République Tchèque (2-0) qui nous a permis d'aller au Kazakhstan dans de bonnes dispositions. On a ensuite gagné 4-0 ce premier match des éliminatoires pour le Mondial 2015, donc on peut dire qu'on a fait le boulot.

Les premiers contacts avec Philippe Bergerôo ont-ils été bons ?
Oui c'était bien. On a passé un bon séjour, on a fait la découverte du nouveau staff. Tout est nouveau, c'est bien car il y a un regard neuf sur le football féminin avec le nouveau sélectionneur. Maintenant, c'est à nous de nous montrer pour  prouver qu'on mérite notre place.

Pas trop difficile d'enchaîner avec ce déplacement à Paris ?
C'est vrai qu'entre le décalage horaire et le vol, on a un peu de mal à récupérer. Mais le staff médical met tout en oeuvre pour nous permettre de retrouver la forme. Il n'y a pas de raison qu'on soit fatiguées dimanche.

C'est l'un des plus grands rendez-vous de la saison, on n'a pas le droit de se louper.

Comment abordes-tu ce match face au PSG ?
C'est l'un des plus grands rendez-vous de la saison, on n'a pas le droit de se louper. Face à Paris, c'est toujours tendu, c'est très physique, il existe une grande rivalité entre les deux équipes. Il y a notre ancien entraîneur et plusieurs anciennes joueuses de l'OL. On sait qu'elles vont être surmotivées, car il y a forcément un peu de rencoeur. Mais nous aussi on est très motivées, on veut garder notre place de leader du championnat.

Paris est-il armé pour vous contester le titre cette saison ?
Cette année, elles vont jouer la Ligue des Champions et elles ont recruté pour cette compétition. Je pense qu'on a quand même encore une longueur d'avance parce qu'on travaille ensemble depuis plusieurs saisons. Il faut qu'elles trouvent leurs automatismes, mais sur un match, tout peut se passer.

Sur le même thème