masculins / OL 2 - Manchester 2

Analyse : un nul... du plaisir... et des regrets!

Publié le 16 septembre 2004 à 01:30 par R.B.

[IMG3156L]Au terme d'un match enthousiasment, Lyonnais et Mancuniens se sont quittés sur un score de parité. Et pourtant les Olympiens menaient 2 à 0 à la mi-temps! En 5 minutes, Van Nistelrooy ramenaient les siens au tableau d'affichage. Dommage... Mais Dieu que le football est beau à regarder lorsque les acteurs se livrent de cette façon pendant 90 minutes...

A Lyon, stade de Gerland, OL 2 Manchester 2 (mi-temps : 2-0) ; temps : frais; pelouse : en bonne état; spectateurs : 38 465 ; arbitre : M. Wolgang Stark (Allemagne)



OL : Coupet – Réveillère, Cacapa (cap), Cris, Abidal, Essien, Juninho, Govou (puis Benarfa 75eme), Malouda, Wiltord (puis Clement 87eme), Frau (puis Nilmar 64eme).



Manchester : Howard – O'Shea (puis Phil Neville 82eme), Brown, Silvestre, Heinze, Keane (cap), Djemba-Djemba, Ronaldo, Scholes, Giggs, Van Nistelrooy (puis A. Smith 78eme) .



Buts pour l'OL: Cris (35eme), Frau (45eme)

Buts pour Manchester : Van Nistelrooy (56eme et 61eme).



Carton Jaune pour l'OL : Cris (63eme) ; carton jaune pour Manchester : Heinze (6eme)





Gerland reçoit pour la vingtième fois un adversaire en Champions League ; un des plus prestigieux. En serrant la main de Sir Alex, Paul Le Guen se dira certainement qu'il a en face de lui une icône ; 102ème match dans cette compétition pour l'Ecossais ; 17eme pour l'entraîneur breton ; sans parler de la différence d'âge (23 ans) ; 151ème rencontre pour MU, 39ème pour l'OL et 2 Coupes « aux grandes oreilles » à rien.



Mais à quoi bon se dire qu'il y a si peu de ressemblances entre les 2 clubs, les 2 entraîneurs, les 2 palmarès... L'heure n'est plus aux comparaisons… si ce n'est celles nées du terrain. Et là franchement comme le répète à l'envi de nombreux sportifs : on a tous 2 bras et 2 jambes et le présent ne s'écrit pas qu'au passé ! 9 internationaux au départ chez le Champion de France, cela vaut bien 11 internationaux mancuniens. En quoi, Silvestre, Brown, Djemba Djemba, Howard, Richardson, Bellion… sont meilleurs que Cris, Abidal, Essien, Coupet, Nilmar, Benarfa… ? Il y a bien sûr le rouquin Scholes ; l'OL possède Juninho. Bon d'accord Christiano Ronaldo n'a pas d'équivalent, mais à force de vouloir tricoter une maille à l'endroit, une maille à l'envers, il se mélange parfois les pinceaux et agace ses partenaires. Et ne l'oublions pas Wiltord joue maintenant à Lyon… Rio Ferdinand, Saha, Rooney, d'un côté, Elber, Diarra, de l'autre, étant absents.



On avait dit que l'on arrêtait les comparaisons ! Alors arrêtons et laissons les partenaires de Cacapa jouaient, puisqu'ils ont promis de jouer sans attendre, sans regarder ces Anglais. Le recrutement lyonnais de l'été a permis de densifier le physique, d'ajouter de la vitesse… des ingrédients toujours utiles dans cette compétition prestigieuse. Alors sincèrement pourquoi avoir peur ?



Gerland a la fièvre du mercredi soir… les écrans géants ajoutent une touche supplémentaire de grandeur à l'événement. Serrés, en tribune de presse, comme des sardines marseillaises dans le Vieux Port, les journalistes des deux bords refont le match des « pauvres » Parisiens contre Chelsea ; les Français espérant voir dans quelques instants, bien évidemment, une tout autre tournure au tableau d'affichage !

Les Mancuniens, sortis les premiers à l'échauffement sous le regard de la légende Sir Bobby Charlton, sont aussi les premiers à se mettre en évidence, en signalant au passage les titularisations de O'Shea et de Djemba-Djemba à la place de Phil Neville et de Kleberson ; les premiers en évidence par « Gaby le Magnifique » Heinze qui descend de façon sauvage un Govou qui a décidé de lui rappeler le fameux soir du 3 à 0 contre le PSG ! Carton jaune mérité pour l'Argentin ; dans la foulée sur un contre, les Reds filent le frisson aux supporters olympiens. Heureusement Djemba-Djemba (11eme) frappe au dessus. Il remet çà 4 minutes plus tard, tout comme Giggs sur un service de Keane. Govou signe la révolte lyonnaise (18eme) après un bon travail de Frau. Mais que dire du coup de boule de Cacapa (19eme) sur un corner de Juninho ! Il tutoie le montant droit d'Howard. Et pour couronner le tout Malouda, dans la foulée, bute sur le gardien américain et perd son face à face. Rageant !



Les hommes de Ferguson souffrent, mais en jouant à leur rythme contiennent les maillots gris européens des locaux. Juninho, Wiltord, Frau bombardent le but anglais. Frau, de la tête sur un corner de Malouda (33eme) voit sa tentative détournée sur la ligne par le crâne roux de Scholes. La vitesse, la puissance des champions de France prennent petit à petit le dessus sur l'expérience ordonnée des copains de Silvestre. Et soudain Gerland chavira. Un coup franc lointain de Juninho met dans l'embarras les gants de Tim Howard ; relâchant le ballon maladroitement… Cris (35eme) en profite... il ouvre le score. Govou, par 2 fois, Juninho continuent de titiller la cage de MU. Ce qui devait arriver… arriva ; au terme d'une extraordinaire chevauché de « Nino » Wiltord (45eme), une sacré recrue, Frau d'un extérieur du pied droit transformait le caviar de l'ancien Gunner en but. Une première mi-temps d'une beauté inouïe de la part des partenaires de Cacapa. Quant aux Anglais, ils ont vraiment souffert, à l'image de Christiano Ronaldo mangé tout cru par un énorme Abidal.



Que pouvait-il arriver aux Olympiens en revenant sur le terrain. A priori rien … sauf qu'une équipe « british » ne meurt jamais avant la fin d'une rencontre ! En 5 minutes, Van Nistelrooy met d'abord une tête hors de portée de Coupet sur un centre de Ronaldo (56eme) et récupère ensuite une frappe manquée du jeune portugais (61eme) pour remettre les compteurs à zéro. Ses 2 premiers buts de la saison sur ses 2 premières frappes. « Shit » pour ceux qui comprennent l'Anglais… tout est à refaire. Sir Alex Ferguson n'a pas 101 matches de champions League derrière lui pour rien. En changeant de côté Ronaldo et Giggs, il a sem� le bazar dans les lignes grises, d'autant que Scholes, sans l'air d'y toucher, menait le jeu des siens à sa guise et qu'en face, on n'avait pas trouvé la solution avant de constater les dégats.



Il fallait attendre les 20 dernières minutes de cette somptueuse rencontre pour revoir les partenaires de Juninho. Nilmar (78eme) mettait à côté un centre de Malouda ; on se demande encore comment ! Wiltord frappait ensuite au dessus ; Malouda (90eme) était accroché dans la surface sans que l'arbitre allemand ne manifeste sa désapprobation. Mais que dire pour conclure de cette frappe des 20 mètres de Juninho, au bout du bout des arrêts de jeu, caressant le poteau gauche du remplaçant de Barthez. 2 à 2, l'OL pouvait avoir des regrets. Mais Dieu que ce match avait été beau à regarder.





Statistiques:



Hors jeu OL: 2

Hors jeu Manchester: 1

Corners OL : 7

Corners Manchester : 2

Coups francs OL : 19

Coups francs Manchester: 14

Tirs cadrés OL: 5 Cris 1, Frau 2, Wiltord 1, Malouda 1

Tirs cadrés Manchester : 3

Tirs non cadrés OL : 11

Tirs non cadrés Manchester : 5

Coupet arrêts : 1

Coupet arrêts décisifs : 0



R.B.

Sur le même thème