masculins / OL - Bayern

Anderson : «LVG, un grand entraineur»

Publié le 27 avril 2010 à 09:25 par R.B

Sonny Anderson a connu l’entraineur du Bayern pendant ses deux saisons à Barcelone. Il se souvient de cette période… et nous parle du Néerlandais…

Quels souvenirs gardes-tu de Louis Van Gaal ?
« J’ai toujours dit après ma période barcelonaise que je lui devais ma réussite à Lyon. Ce que j’ai vécu mentalement au Barça m’a endurci. Je le connaissais de l’Ajax, mais sans plus. Je n’avais aucune idée de sa personnalité. Je l’ai vraiment découvert en Espagne. Il était venu me voir jouer à Metz avec Monaco. C’est à ce moment qu’il a pris la décision de me faire venir. Après, il m’a souvent fait joué la première saison en milieu de terrain. Avec lui, il faut être capable de s’adapter et de jouer partout. Ensuite, il m’a écarté de l’équipe parce que j’avais parlé dans la presse en disant mon mécontentement. J’ai eu tort, j’aurais du discuter avec lui. Pendant deux mois, je n’ai fait que m’entrainer… A la fin de ma seconde saison, je suis allé le voir. Il m’a dit que j’étais le numéro deux derrière Kuivert. Il a accepté que je parte. Depuis, je ne l’ai pas revu. Mais j’irai le voir avec plaisir mardi soir »

Quel entraineur est-il ?
« Il est boulot, boulot. Il passe beaucoup de temps au travail. Il est exigeant avec lui comme avec les autres. IL ressemble à Claude (Puel). Il regarde les matchs des jeunes. Il a toujours sorti des joueurs du Centre partout où il a entrainé. Ce n’est pas vraiment un affectif. Il a des principes. Le joueur doit être pro en tout par rapport à son jeu, son comportement, son club. Le club et le collectif passent avant le joueur. Il n’y a pas de favoritisme. Le joueur doit donc se plier aux exigences de l’entraineur et du club. Il dialogue avec tous les joueurs, mais il faut avoir des arguments. Au niveau de l’entrainement, c’était un régal. Je venais chaque jour avec plaisir. C’était varié, intéressant »

LVG

Tactiquement ?
« Il est toujours le même. Ce qu’il demande à Ribéry dans son positionnement, il l’avait demandé à Rivaldo. Alors que les deux joueurs voulaient jouer dans l’axe. A Barcelone, il ne faisait pas beaucoup de vidéo, mais énormément de travail tactique. En revanche, il connait avec précision tous les joueurs adverses. Le jeu du Bayern ressemble un peu à celui du Barca en écartant systématiquement. Une de ses philosophies, c’est de terminer les actions offensives par un centre, une frappe. Il n’accepte pas que son équipe perde le ballon. Contre l’OL au match aller, il a toujours garder la même philosophie de jeu. Dans le jeu, il laisse de la liberté à ses joueurs à condition qu’ils respectent les consignes. C’est lui qui décide ».

Est-ce un grand entraineur ?
« Oui, un des plus grands que j’ai connu. C’est un entraineur qui gagne. Un entraineur qui attire le respect, qui ne laisse rien passer. Tu as vu quand Robben est sorti mercredi soir, il n’a pas hésité à le recadrer parce qu’il avait montré son mécontentement. Je suis sur qu’il a du en parler le lendemain devant tout le groupe. Il avait à Barcelone Mourinho comme adjoint. Je suis persuadé que le Portugais doit beaucoup à Van Gaal. » 


Extrait de La Tribune OL / BAYERN à télécharger en intégralité ici

Sur le même thème