masculins / OL - Toulouse J-4

Anthony Réveillère : "La concurrence, on s'y attend ! "

Publié le 06 août 2008 à 19:57 par BV

Toutes les séries ont une fin. Pour la première fois depuis 2002, et le début de son règne sur la Ligue 1, l’OL n’a pas entamé sa saison par un succès lors du Trophée des Champions. Un abandon qui, bien qu’inhabituel, ne semble pas affliger outre mesure les Rhodaniens ; la nature de l’échec - les tirs au but - atténuant sensiblement la déception. « On a perdu le trophée mais on n’a pas perdu le match, analyse Anthony Réveillère. Jouer contre Bordeaux, qui était plus affuté que nous, était un test. (…) Les Bordelais étaient plus compacts, plus forts dans les duels, ils avaient plus de jus que nous. » Selon l’ancien Rennais, l’essentiel est ailleurs : « on a un championnat à préparer », rappelle-t-il.

Une fois de plus, le championnat sera, cette saison, le principal objectif de l’OL. Une tâche malaisée au regard d’une concurrence qui n’a jamais semblé aussi dense. C’est l’un des enseignements tirés par Claude Puel du revers face aux Bordelais : « La marge que pouvait avoir l’Olympique Lyonnais se réduit constamment. Cette année, il y a beaucoup plus d’adversaires et de qualité. ». Et dans le rôle de l’ennemi numéro un, Réveillère voit « Bordeaux, qui a une belle équipe », « l’OM, qui possède un gros potentiel offensif », ou encore « Paris ». Cette concurrence accrue, « on s’y attend ! assure-t-il. On sait que l’on a la plus grosse équipe mais également que tout le monde veut taper Lyon, que l’on doit toujours faire plus d’efforts pour remporter le championnat. »
Comme lors de l’intersaison 2006/2007, l’OL a, cet été, changé d’entraîneur, laissé partir plusieurs joueurs majeurs de la saison passée (Coupet, Ben Arfa, Squillaci) et recruté parmi les plus prometteurs talents de la Ligue 1 (Pjanic, Lloris, Mensah, Makoun, Ederson) . « Le groupe est aussi bon que celui de la saison dernière, juge Réveillère qui avait, au printemps, fait état de son mécontentement face à la stricte rotation imposée entre lui et François Clerc au poste de latéral droit. Cet été, j’ai eu des contacts, il y a eu des rumeurs (de départ), mais, au final, je suis là. J’ai toujours dit que j’étais bien à Lyon. Je vais rester à l’OL, j’ai envie de m’imposer dans cette équipe lyonnaise. Ce que je regrettais l’année dernière, c’était qu’il n’y eût pas de vraie concurrence, il fallait faire plaisir à tout le monde. J’ai dit que je ne voulais pas revivre ça. Avec le changement d’entraîneur, on repart de zéro ; Claude Puel a laissé entendre qu’il n’y aurait pas de titulaire indiscutable, que tout le monde devait être compétitif. Quand je viens à l’entraînement, c’est pour me battre, pour être le meilleur et gagner ma place sur le terrain ».

[IMG41568#R] Lors des matchs amicaux, Anthony Réveillère a évolué aux postes d’arrières gauche et droit. Une polyvalence qui n’offre toutefois pas que des avantages : « Je peux dépanner à gauche, cela ne me pose pas de problème. Je crois aussi que le club cherchait une doublure (à Fabio Grosso) à gauche, ce n’est pas plus mal car cela me permettrait de me fixer à droite ». Avec l’émergence du jeune Lamine Gassama (18 ans), lui aussi capable d’évoluer sur les deux cotés de la défense, Claude Puel dispose aujourd’hui de quatre arrières latéraux et va donc avoir des choix à faire : des problèmes de riches, déclareront certains. « A l’OL, il n’y a que des internationaux et des titulaires en puissance, sourit Réveillère. Je n’aimerais pas être à la place de l’entraîneur. Gérer une équipe comme l’OL, c’est avant tout gérer des hommes. »