masculins / Monaco - OL J-1

Anthony Réveillère : « La route est encore longue »

Publié le 14 mars 2008 à 22:52 par BV

Avec 6 points d’avance sur Bordeaux à 10 journées de la fin du championnat, l’OL est exactement dans la même situation qu’il y a deux saisons. En 2005/2006, les Lyonnais avaient finalement été sacrés champions de France avec 15 points d’avance sur les Girondins. Le même postulat aura-t-il le même dénouement ? Bien que nantis d’une avance de deux victoires, et d’une différence de buts à leur avantage, les Lyonnais restent sur leurs gardes. « Il reste encore 30 points à distribuer, relève Sébastien Squillaci. En battant Bordeaux, on a surtout fait un grand pas, psychologiquement. » « Ces six points ne veulent rien dire, renchérit Anthony Réveillère. La route est encore longue. C’est une belle avance, mais qui peut fondre très vite si on n’est pas concentrés jusqu’au bout. On n’a pas le sentiment que le plus dur est fait. »

Selon Alain Perrin, l’OL aurait besoin de 72 ou 73 points pour être assuré de remporter le titre. Il en manque donc encore 14 ou 15 qu’il faudra récolter lors de 4 réceptions et 6 déplacements. Conséquence mathématique de ce calendrier déséquilibré : l’OL ne peut pas se contenter de « faire le plein » à domicile. Comme le note l’entraîneur lyonnais : « C’est à l’extérieur que l’OL doit faire la différence. » Le moins que l’on puisse écrire est que les Olympiens vont rapidement être fixés. Sur les quatre prochaines journées de championnat, ils effectueront en effet trois déplacements à Monaco, Valenciennes et Marseille. Soit la moitié des matchs à l’extérieur leur restant à disputer. « On y verra plus clair dans un mois, dit Réveillère. On fera alors un premier bilan ».

Un mois décisif qui commence par un déplacement périlleux à Monaco, samedi, où Alain Perrin, en plus d’être contraint de composer sans Juninho et Sidney Govou, blessés, devra trouver les solutions pour renouer avec un succès sur le Rocher qui fuit l’OL depuis 7 ans *. « On a proposé à Monaco de jouer ce match à Marseille parce qu’il serait plus intéressant pour nous d’évoluer sur un terrain neutre, ironise-t-il. Les dirigeants monégasques n’ont pas accepté. Tant pis, on essayera de vaincre le signe indien. » Sous le maillot monégasque, « Toto » Squillaci a largement contribué à faire de l’ASM l’une des « bêtes noires » de l’OL**. Il explique les difficultés récurrentes que rencontrent les Rhodaniens à Louis II : « je ne pense pas que ce soit dû à l’ambiance. C’est un match très attendu à Monaco. Même si l’ASM connait actuellement une passe difficile, elle a de bons joueurs. J’ai encore pas mal d’amis là-bas, je sais qu’ils sont capables de faire de bonnes choses. » Pour Anthony Réveillère, « c’est un hasard, un challenge supplémentaire (…) qui donne un peu plus de piment à cette rencontre ».

[IMG41931#R]Pour imiter les Girondins de Bordeaux qui étaient allés s’imposer en Principauté lors de la 25e journée (6 -0), les Lyonnais devront plus s’inspirer de leur victoire au Stade de France face à Lille (1 – 0) que de leurs cinq déplacements précédents en Ligue 1. Entre leur succès à Rennes (le 24 novembre 2007, 2 – 0) et celui aux dépens des hommes de Claude Puel (le 1er mars 2008, 1 – 0), ils ont en effet connu la défaite à trois reprises et concédé deux matchs nuls. « Si j’avais la recette, ce serait facile, affirme Sébastien Squillaci. A l’extérieur, on a du mal. En ce moment, les pelouses sont difficiles, cela nous handicape parce que l’on aime produire du jeu et partir de derrière. C’est une raison, mais ce n’est pas la seule. On perd également parce que l’on encaisse trop de buts. On doit être plus solides. » De son coté, Alain Perrin souligne que les équipes sont toujours « sur-motivées » au moment d’accueillir l’OL. « On n’a pas toujours mis les ingrédients nécessaires en termes d’engagement pour surmonter la volonté adverse », reconnait l’entraîneur rhodanien.

En 2005/2006, les Lyonnais avaient remporté 4 de leurs 5 derniers déplacements de la saison pour filer à toute allure vers le titre. Les hommes d’Alain Perrin seraient bien inspirés de faire bégayer l’histoire en rééditant une performance qui les rapprocherait grandement de leur septième sacre d’affilée.

*L’OL ne s’est plus imposé à Monaco en Ligue 1 depuis la saison 2000-2001 (2 – 0). Lors de ses 6 derniers déplacements au Stade Louis II, l’OL a subi 5 défaites et obtenu un match nul.

** Avec l’AS Monaco, Sébastien Squillaci a battu l’OL à trois reprises en 2002/2003, 2003/2004 et 2005/2006.
Sur le même thème