masculins / Pendant la trêve

Anthony Réveillère : "Repartir du bon pied"

Publié le 10 octobre 2008 à 16:40 par BV et RD

L’arrière droit de l’OL fait le point sur son état de forme actuel et évoque les importantes échéances qui attendent l’OL dans les prochains mois.

Cette trêve internationale de deux semaines vous fait-elle du bien ?
Oui. La trêve est assez longue, d’une quinzaine de jours, et nous permet de remettre la machine en route. On travaille dans la joie et la bonne humeur, on insiste principalement sur le travail physique. Cette trêve tombe au bon moment dans la mesure où l'on va entamer dès le week-end prochain une série de matches très importants.

Vous permet-elle également de souffler mentalement ?
Oui, même s’il est toujours préférable de gagner le dernier match avant la trêve. Ca n’a, cette fois-ci, pas été le cas (défaite à Rennes 0 – 3) mais ce revers est désormais oublié, on se tourne déjà vers le prochain match (contre Lille). Il va falloir repartir du bon pied. Pour l’instant, on s’entraîne et on prend du plaisir.

Avec le recul, comment analysez-vous la défaite à Rennes ?
On aurait pu jouer encore longtemps sans parvenir à marquer. On n’a pas concédé beaucoup d’occasions mais on a encaissé des buts comme lors des rencontres précédentes : tout se paie cash, il faut savoir l’accepter. Ce fut un match sans, on est passés à côté collectivement.

[IMG43473#R]La blessure de François Clerc vous permet d’enchaîner les matches. Comment vivez-vous cette période ?
J’enchaine les matches, je ne suis donc pas malheureux. Lorsque l’on joue tous les trois jours, le plus important, c’est la récupération entre les matches pour être le plus frais possible. Mais je ne me sens pas du tout intouchable ; d’autres joueurs, comme Boumsong peuvent jouer à droite. A chaque match, il faut rendre la meilleure copie possible et donner le meilleur de soi-même. Aujourd’hui, je me sens bien, de mieux en mieux, je monte en puissance petit à petit.

Le retour de blessure de Fabio Grosso vous soulage-t-il ?
C’est un arrière gauche, or ces dernières semaines, ça n’a pas été évident pour John Mensah ou Kim Källström qui ne sont pas coutumiers du poste. Retrouver un pur gaucher est une bonne chose pour l’équipe, tout comme pour la vie du groupe. La trêve tombe très bien pour lui.

Avez-vous revu les images de votre faute sur Jimmy Briand ?
Non, j’ai vu une photo. Sur l’action, je pousse trop le ballon, il me bouscule un peu et passe devant ; j’essaie de prendre le ballon mais je ne veux pas faire de faute. J’étais fâché parce que j’avais le sentiment qu’il y avait une faute de Briand. J’ai voulu sauter, passer à l’intérieur pour prendre le ballon mais j’ai tout pris. Je lui monte plus dessus que je ne le tacle par derrière. C’était très impressionnant, c’était un peu du kung-fu ; on avait l’impression de revenir aux « années Di Meco » mais ce n’était pas méchant. J’ai vu Jimmy Briand à la fin du match, je lui ai confié que ce n’était pas intentionnel ; il me connait et m’a dit qu’il n’y avait aucun souci. Je m’en sors bien car j’aurais pu prendre un carton rouge.

Quel regard portez-vous sur le début de championnat de l’OL ?
On réalise un début de saison correct. On avait six points d’avance avant le match contre Rennes. On n’en a désormais plus que deux. Avec les matches à trois points, tout va très vite. Il ne faut pas s’endormir. A nous de réagir à domicile contre Lille (9è journée, samedi 18 octobre, 21h). Le plus important pour nous est d’être toujours en tête, ça nous permet de regarder devant nous.

[IMG43472#L]Êtes-vous étonné par le classement de Toulouse (2e) que vous aviez dominé lors de l’ouverture du championnat (3 – 0) ?
Non, c’est une équipe qui se bat avec du cœur, jusqu’au bout, à l’image du but de Gignac à Valenciennes. Il faut savoir aller chercher les points dans la douleur. Ils ont lutté pour ne pas être relégués la saison dernière et n’ont pas envie de revivre la même situation. Ils savent que le plus important est de bien débuter.

En Ligue des Champions, la double confrontation face à Bucarest est-elle déjà décisive dans la course à la qualification ?
Le groupe est très serré, les deux prochains matches face au Steaua (mardi 21 octobre à Bucarest et mercredi 5 novembre à Gerland) seront très importants. N’oublions pas qu’on était aussi dans l’obligation de l’emporter la saison passée à la veille des deux matches contre Stuttgart, et on a réussi à se qualifier. Mais il faut d’abord penser au match contre Lille pour ne pas avoir la tête ailleurs et se rater.