masculins / OL - OM J-2

Arnaud Malosse interview Eric Abidal

Publié le 15 décembre 2004 à 13:38 par AM.SR

J'ai réalisé cette interview dans le cadre d'un stage en entreprise. A l'aide du service Communication Web, j'ai donc rencontré Eric Abidal pour un entretien. Cela m'a permis de retracer le parcours du néo-international qui voulait être à l'origine Architecte…



[IMG33874#W]
- Natif de Lyon, ayant fait tes classes dans la banlieue Lyonnaise. C'est finalement à l'AS Monaco que tu as signé ton premier contrat pro. Comment l'as-tu géré ?

- Parti de Lyon, je suis arrivé à Monaco où il n'y avait pas ma famille. Je me suis retrouvé tout seul dans un milieu que je ne connaissais pas trop. J'ai ensuite eu la chance de faire de belles connaissances, de connaître des gens qui m'ont bien entouré. Claude Puel ? Oui c'est sur que les coachs en font partie. Ils s'occupent du recrutement; l'intégration au sein de l'équipe n'a pas été difficile; comme pour les autres d'ailleurs, anciens ou plus jeunes, il fallait s'adapter. Ils y ont mis du leur et j'y ai mis du mien.



- Ensuite vient ton passage au LOSC avec une grosse blessure à la cheville gauche en milieu de saison 2002/2003. Es-tu sorti plus fort d'une telle blessure ?

- Peut-être. Lorsque l'on ait blessé, on se prépare pour revenir et réattaquer à son meilleur niveau. On revient plus frais tandis que les coéquipiers ont la tête dans le guidon et enchaîne les rencontres. On revient pour donner plus, apporter plus. De toute façon, la préparation est toujours la même - que ce soit en 2003 ou cette année - à partir du moment où l'on revient, c'est toujours pour donner le meilleur de soi même.



Ensuite tout s'enchaîne, le transfert à l'Olympique Lyonnais, une première sélection nationale contre la Bosnie-Herzégovine… Tu rentres en équipe de France tandis que Lilian Thuram en sort, on aurait pu vous imaginer tous les deux en charnière centrale, un petit regret ?

On a toujours des regrets parce qu'on a tous envie de jouer avec de grands joueurs. Beaucoup de piliers de l'équipe de France on fait un choix; il faut respecter ce choix. On m'a pas mal comparé à Lilian. Il a effectué une belle carrière en équipe de France côté droit. Si j'ai la chance de réintégrer l'équipe de France, j'espère faire la même... côté gauche.



On sait que l'Angleterre attire beaucoup les jeunes joueurs Français, est ce le championnat étranger qui t'attire le plus ?

Non. C'est vrai que l'on voit des beaux matchs en Angleterre, mais bon je m'intéresse à pas mal d'autres championnats Européen dont ceux espagnol, Italien... Chaque joueur a une prédilection. Le championnat d'Angleterre n'est pas une priorité. Dans mon choix je le place en troisième position sans citer les deux de devant.





- Après ta carrière de joueur, seras-tu sur un banc de touche à l'image de Paul Le Guen ou plutôt en dehors du monde du football ?

- C'est bien trop tôt pour parler de cela. Pour l'instant, je ne pense pas rester dans le milieu du football. Avant de devenir pro, je faisais de la déco et de l'architecture, c'est ce qui me plaisait. Plus tard, peut-être que l'envie d'encadrer des jeunes viendra. Ainsi je souhaiterais les aider à progresser en m'occupant de poussins ou de débutants. Autrement, je peux bien rester au chaud, avec la famille au soleil de Madinina (Martinique).



- Si tu n'avais pas été footballeur justement…

- Comme je l'ai laissé entendre juste avant, j'aurais pu poursuivre dans l'architecture. Cela aurait été pas mal. J'aimais bien aussi tout ce qui touchait à la cuisine. Je m'exerçais d'ailleurs à la maison.



- La trêve arrive après le match contre Marseille avez-vous déjà des projets ou un voyage de prévu ?

- Je ne peux pas répondre cette question si cela passe sur le site du club. Ma femme va me griller et comme c'est notre anniversaire de mariage, cela ne serait pas bien de dévoiler la destination aujourd'hui. Autrement j'ai des petits trucs de prévus; je vais profiter de passer du bon temps avec ma fille, et l'emmener à Disneyland. Je vais également me reposer durant la trêve pour revenir en pleine forme sans abuser de l'alcool bien sur !!!



- Maintenant que peut-on vous souhaiter pour la suite de la saison? Un titre, deux trophées ?

- Pour ceux qui ont déjà gagné le titre de champion de France, cela serait bien que nous fassions un bon parcours en Champions League, qui est un objectif collectif. Le doublé serait pas mal pour tous. Surtout pour ceux qui sont arrivés cette saison à l'OL et qui n'ont pas encore remporté le championnat.



- Est-ce que tu as vraiment cru en toi étant jeune pour devenir pro ?

- Quand j'étais jeune on me disait que j'avais des qualités mais je ne pensais pas vraiment devenir professionnel. Je pensais plus à m'amuser. En grandissant on a toujours des objectifs qui changent, que cela soit en amateur où dans les clubs pro. J'ai eu la chance de faire des bonnes prestations avec mon club amateur; cela m'a permis de passer le niveau. Ensuite mon loisir est devenu un métier... tout en resta,t un loisir.



- Est-ce que tu gardes une bonne image de ta jeunesse par rapport à ton mode de vie actuel ?

- C'est vrai qu'à l'époque, ce n'était pas la joie. On n'avait pas grand-chose et il était difficile de s'en sortir. Aujourd'hui le mode de vie à changé. Mais j'ai pas mal d'amis qui sont restés là ou j'étais avant ; donc je pense que la meilleure des choses c'est de rester simple, de ne pas s'enflammer. On a la chance de pouvoir s'acheter ce que l'on veut, mais il faut rester raisonnable.



- Quant est-ce que l'on vous revoit sur un terrain ?

Je suis opérationnel, je fais les entraînements et cela se passe plutôt pas mal. Que je joue ou pas avant la trêve, c'est la décision de l'entraîneur. Le staff est assez professionnel pour savoir si je peux jouer ou pas.



- Je t'ai vu tirer quelques coups francs à l'entraînement. Est ce que c'est quelque chose dans lequel tu as envie de faire des prouesses ?

- Non, je pense simplement qu'il faut travailler tous les points. C'est vrai que j'aime bien tirer les coups francs mais bon, en match, c'est autre chose. Il y a toujours des tireurs désignés et je pense que pour le futur il faut travailler et travailler a l'entraînement. J'ai montré ce matin que j'e possédais une bonne qualité de frappe. Je n'en ai pas mis un seul, mais peut être qu'en match, cela pourrait rentrer. Si un jour, en match, il faut dépanner "la gâchette Juninho" on essayera de dle faire au mieux.



- Juninho en a mis combien ce matin ?

Sachez le... il ne compte pas combien il en a marqués... mais combien il en a loupés !



Arnaud Malosse















Sur le même thème