masculins / ASSE 2 - OL 3

ASSE/OL: du côté du derby...

Publié le 03 octobre 2004 à 20:31 par R.B

Au départ de Lyon et sur les premiers ponts traversant l'autoroute en direction de St-Etienne, il y avait des drapeaux à la gloire de l'OL. Puis en se rapprochant du Forez tout faisait penser que l'on était entré au pays des Verts, notamment en regardant les plaques d'immatriculation : 01, 74, 07, 21… colorés avec des écussons, drapeaux, banderoles, casquettes… A l'intérieur des hommes en vert. Une fois dans le stade du vert, encore du vert. Dans les tribunes derrière les buts, pas un spectateur sans sa couleur supporter. Le responsable de la boutique n'en revenait pas. « Pour un dimanche soir, il y a vraiment du monde ; je n'y croyais pas. Les gens sont venus acheter en masse des produits siglés ASSE, notamment des écharpes. Et puis parmi tous ces supporters, il y en de Marseille, de Valence… C'est impensable ; demain les gens travaillent… Un derby… et c'est la meilleure recette de la saison assurée».



L'ambiance ? A quelques minutes du coup d'envoi, elle est bonne enfant ; il y a des chants ; on se chambre… mais aucun problème. Bien évidemment, lorsque les joueurs olympiens sont venus repérer le cadre du derby, les sifflets leurs ont fait savoir qu'ils n'étaient pas les bienvenus. Les 2 cars étant arrivés quasiment en même temps, les Stéphanois ont rejoint presque immédiatement leurs adversaires sur le pré. Et là, les sifflets sont devenus des encouragements.



Un derby, n'est pas un match comme un autre ; les photographes n'ont pas la traditionnelle tenue verte ici... on les confondrait avec les joueurs; alors ils sont en rouge. Dans les tribunes on reconnaît du beau monde : Jacques Santini, Willy Sagnol… d'autres anciens Verts dont le fameux Yvan Curkovic, gardien immense lors de la belle épopée, aujourd'hui président du Partizan Belgrade. Ce gardien inoubliable donnera le coup d'envoi. Un message fort à l'adresse des joueurs d'Elie Baup pour qu'ils n'oublient pas le passé ; un message fort, quelque part aussi, pour les Champions de France. On s'est serré la main entre anciens partenaires sous d'autres cieux : Wiltord a retrouvé Piquionne, Feindouno ; les Africains, des 2 côtés, ont parlé du pays ; Carteron, titulaire ce soir, a rajeuni de quelques années en saluant Govou, Coupet. Un « Greg » plus excité que d'habitude aux dires de son mentor Joël Bats.



Tout est réuni pour que les 35 000 spectateurs du Chaudron, à guichet fermé ce soir, vivent un grand et beau moment de sport. L'arbitre M. Pascal Garibian ayant la chance de diriger ses débats tant attendus.



RB/SR

Sur le même thème