masculins / ASSE - OL J-1

ASSE/OL: l'OL... en champion du présent!

Publié le 02 octobre 2004 à 19:15 par R.B.

[IMG3222L]Quand revient l'heure du <b>derby</b>, nous avons tous tendance à radoter ! Le livre d'or des 2 clubs, des joueurs, des supporters n'a pas assez de pages pour en parler. Alors quand après 3 saisons… sans <b>Chaudron</b> pour les uns, sans <b>Gerland </b>pour les autres… Les temps ont cependant bien changé. L'OL n'est plus le petit puceau hexagonal qui affronte un ex grand seigneur...

Quand revient l'heure du derby, nous avons tous tendance à radoter ! Te souviens-tu de la saison où ? Qui avait inscrit ce but lors de la dernière victoire lyonnaise ? Ce jour là, on avait réussi le hold-up parfait… Le livre d'or des 2 clubs, des joueurs, des supporters n'a pas assez de pages pour en parler. Alors après 3 saisons… sans Chaudron pour les uns, sans Gerland pour les autres, l'heure des retrouvailles annoncée en lettres majuscules sur le calendrier du championnat, « le bon peuple de l'herbe » et d'ailleurs ne se tient plus de joie. On va savoir de nouveau qui c'est les meilleurs !!! Pas sûr que cet hymne du passé soit suffisant pour pousser les Verts au succès dimanche… D'autant que les données ont bien changé, même si à Geoffroy-Guichard le Lion a rarement rugi en 40 apparitions ; 5 victoires, 11 nuls et 24 défaites ; 28 buts marqués et 70 encaissés. Oui mais voilà, ce Lion n'est plus le petit puceau hexagonal qui affronte un ex-grand seigneur de France (10 titres de champion). L'histoire, une fois écrite, ne s'efface pas. Les gens sensés le reconnaissent, quelque soit leur camp. Et c'est logique…



Mais il ne faut pas oublier, sans faire injure à qui que soit, que les Lyonnais vont plus affronter un club de légende, dont le dernier trophée remonte à la saison 81, qu'une équipe sur le même piédestal qu'eux. Ainsi va la vie… On ne va pas raconter sans cesse la chevauchée de Piazza, le tacle de Lopez, les poteaux carrés de la finale perdue contre le Bayern… le talent de Mekloufi, l'histoire du taxi de Salif Keita, le génie des entraîneurs Jean Snella, Albert Batteux, Robert Herbin… et les paroles de Monty, un chanteur oublié. Cela a existé, on le sait et on a même apprécié. Ne jouons pas aux personnes âgées dont le présent puise son dernier souffle de vie dans le souvenir du pass�! C'est comme lorsque les supporters lyonnais rabâchaient Tottenham, Hambourg ou encore les victoires en Coupe de France de 64, 67 et 73… Di Nallo, Combin, Chiesa, Lacombe…



La mémoire individuelle et collective se nourrit du présent pour le ranger ensuite aux rayons des souvenirs. Le présent, sur le papier, c'est qu'il n'y a pas photo entre l'OL 2004 et l'ASSE 2004. L'un surfe sur la vague des succès, des titres et espère se placer de mieux en mieux au niveau européen. L'autre vient juste de quitter la Ligue 2 et se reconstruit pour durer de nouveau. Certes, ce match n'est pas qu'un match de football. C'est un derby ! 60 bornes entre les 2 villes. Tout a déjà été dit entre les différences marquées des 2 cités; au point d'exacerber un peu plus cette « passion ».

Que peuvent redouter les partenaires de Claudio Cacapa dimanche ? Le fait pour la plupart de ne pas connaître l'ambiance du Chaudron ; le fait de n'avoir jamais pris cette route vers le Forez où l'on ressent au fil des kilomètres ce qui fait les différences… Tout ceci peut nouer quelques estomacs. Soit ! Mais quand vous avez joué, par exemple, un derby brésilien, Cruzeiro – Mineiro vous devez être blindé ! « Un jour j'ai perdu 5 à 1. Les jours suivants, je n'osais pas sortir ; je me planquais quand je me faisais livrer une pizza… j'avais honte» ; Captain Claudio connaît la petite musique du derby : avant, pendant et après ! Et les caciques du club ont bien briffé les béotiens de la chose. Si les colosses Essien, Diarra, Cris sont au parfum, ils auront le muscle encore plus saillant. Quant aux locaux Coupet, Govou, il y a toujours du plaisir, en revenant à côté de chez soi, à montrer son plus beau visage.



Alors que redouter? Les Verts d'aujourd'hui bien sûr; une sympathique "salade mélangée" faite de jeunes pousses locales, étrangères; de feuilles plus charnues (Carteron, Hognon, Janot...) ; de craquant avec du talent (Feindouno, Sablé...). L'esprit Coupe? Ils l'affirment tous, de Carteron à Baup en passant par Sable... c'est un véritable match de coupe. Et on sait, dans ce genre de match, que le petit peut manger le gros; l'histoire l'a prouvé maintes fois et les Verts l'ont encore fait récemment en Coupe de la Ligue la saison dernière en "tapant" Lille, Nice; en étant à deux doigts de sortir Sochaux. Alors esprit es-tu là?

La fatigue? A la différence des Stéphanois, les champions de France vont boucler leur premier marathon de la saison, soit un 7ème match en 21 jours contre 5 pour les Verts. Mais n'oublions pas que 2 matches de Champions League vous pompent une énergie terrible. « Les gars auront eu 5 jours de récupération depuis la rencontre à Prague. Ils auront eu le temps de récupérer. Ils seront au point physiquement ». Le « Doc » Jean-Jacques Amprino a réglé le problème éventuel du surmenage ! D'autant que dimanche soir sous les coups de 23h, mis à part pour les internationaux de toutes nationalités, place à un peu de repos. L'idée de rester invaincus, de prendre pourquoi pas le fauteuil de leader aux Monégasques et de souffler quelques jours l'esprit complètement libéré, cela a franchement de quoi doper les Lyonnais. Sans parler de rajouter un 6ème succès dans la vitrine souvenirs du Derby et de répondre à cette question lancinante entre les 2 clubs : qui c'est les meilleurs ? Evidemment, en ce moment, c'est nous !



On ne dit pas pour autant que cela sera facile sur ce pré historique. « On respecte tous nos adversaires… ». Juninho n'a de cesse de le répéter. Justement en respectant les Stéphanois, dans ce cadre si particulier, les Lyonnais, privés d'Abidal et d'Elber, ne peuvent passer à côte de leur sujet, surtout s'ils retiennent le meilleur de leurs matches contre MU, le Sparta, Nice… Et pour finir l'OL actuel préfère les voyages aux réceptions. Sans se soucier de l'accueil promis…



R.B.

Sur le même thème