masculins / OL - ASSE

« Atteindre les 30 buts… »

Publié le 18 avril 2015 à 15:00 par R.B

André Guy a porté le maillot des deux clubs… Ce grand buteur a marqué pour les deux camps… Retour sur le passé mais aussi un regard sur le présent et notamment sur Alex Lacazette qui pourrait le déposséder de son record…

A 74 ans le natif de Bourg-en-Bresse habite Sanary depuis qu’il a fini sa carrière à Toulon (1973). Investi pendant plusieurs années à la mairie en tant qu’adjoint aux Sports, il a gardé des activités au sein du club de tennis local dont il est un membre actif puisqu’il joue toujours et avec brio (15/3). 440 matches en pro et 244 buts marqués. Un titre de meilleur buteur de D1 en 68-69 avec l’OL (25 buts en championnat pour 30 au total toutes compétitions), un titre de champion de D2 et D1 avec l’ASSE, une Coupe de France avec le Stade Rennais en 71 face à l’OL (le but de la finale sur penalty). 8 sélections et 2 buts. Des débuts à Sochaux avant d’aller 3 saisons à l’ASSE, 2 au LOSC, 4 à l’OL, 2 à Rennes et 2 à Toulon. Pour l’OL, il a inscrit 76 buts en 129 matches ; avec l’ASSE, 60 buts en 95 rencontres. Notons qu’il en a inscrit 25 sur une saison où le championnat de D1 comptait 34 matchs. Il avait marqué dans 18 matchs dont 1 quadruplé, 1 triplé et 2 doublés.



Est-ce-que l’on ressentait l’importance du derby à votre époque ?
« Oui. Je l’ai vécu des deux côtés. Il y avait une rivalité entre les deux clubs et on la ressentait. Je trouve que c’était plus virulent du côté des Verts car l’ASSE avait plus d’antipathie pour l’OL que l’inverse. Cela devait être dû aux différences d’importance des deux villes ou encore aux côtés plus bourgeois de Lyon. Pour la petite histoire, quand j’ai quitté l’ASSE, j’avais deux clubs qui m’avaient demandé : l’ASM et l’OL. Mais le président Rocher n’a pas voulu que j’aille dans l’un de ces deux clubs… Du coup, il m’a envoyé au LOSC ».

Vous avez marqué 4 buts dans les derbies dont 3 pour l’ASSE, est-ce particulier ?
« C’est toujours particulier de marquer dans les matches importants. Et aussi en raison de l’engouement des supporters ».

Vos souvenirs de ces deux époques ?
« Avec l’ASSE, c’est un merveilleux souvenir. J’arrivais de Sochaux où je ne jouais presque pas. La  première saison, on est champion de D2, puis dans la foulée champion de D1 en ayant inscrit 28 buts. J’avais toujours souhaité jouer à l’OL. La première saison a été personnellement bonne avec ce titre de meilleur buteur de D1. Mais globalement les résultats ont été moyens. Nous n’avions pas l’équipe pour jouer les premiers rôles ».

Quel regard portez-vous sur les deux clubs ?
« Je suis admiratif, surtout sur ce que fait l’OL. Après avoir dominé le championnat pendant des années, il a connu une fin de cycle, perdu des joueurs. Il a réussi à refaire surface avec sa formation. Cette saison est vraiment formidable. Bravo au club, à son président, à Bernard Lacombe que j’apprécie beaucoup (il lui a fait marquer son 1er but en pro). L’OL a toujours été mon club de cœur. J’ai d’ailleurs fait mon premier match en pro à Gerland avec Sochaux. Oui, je me régale en regardant jouer cette équipe. C’est une vraie réussite. J’espère simplement qu’il ne va perdre ses meilleurs joueurs ».

Que pensez-vous d’Alex Lacazette ?
« Déjà, je pense que cela ne fait aucun doute qu’il va battre mon record. Il vient de l’égaler contre Bastia. D’ailleurs, il serait temps que mon record tombe. Mais surtout, je lui souhaite de rentrer dans le club des 30 buts. Un cercle assez fermé. C’est un vrai attaquant, adroit devant le but, bon techniquement, qui se déplace bien. Au passage, je trouve qu’il arrive trop souvent que les attaquants ne cadrent pas leurs frappes. Ils ont progressé dans tous les domaines, mais dans celui-ci cela manque souvent de justesse ».

Comment aviez-vous vécu votre titre de meilleur buteur du championnat ?
« J’avais été évidemment content. C’est une référence (il avait parlé à l’époque de consécration, de satisfaction suprême). Après en étant attaquant, plus on marque et mieux c’est. Mais la saison où je mets 28 buts avec l’ASSE, je ne finis pas pour autant meilleur buteur) ».

A vos yeux qu’elles sont les différences entre votre époque et celle actuelle au niveau d’un attaquant ?
« L’organisation défensive est nettement supérieure de nos jours. Les défenseurs actuels sont aussi de meilleurs footballeurs. Après, les attaquants, quand je jouais, étaient moins protégés. Il n’y avait pas de caméra… Il y avait du coup plus de blessures méchantes à l’image de fractures de jambes comme celle de Fleury Di Nallo à la suite d’un véritable attentat. Après un grand attaquant, c’est celui qui est adroit devant le but, qui est vif, qui a du sang froid face au gardien. Il y a plusieurs types de buteurs… Messi et Ronaldo sont par exemple différents. Il y a des buteurs opportunistes, des renards de surface comme l’était Trézéguet. Moi, j’aime ceux qui marquent beaucoup car marquer dans le football, c’est la chose la plus compliquée. Il y a Messi, Ronaldo, Ibrahimovic, Suarez, Benzema…».

Revenons à ce derby. Comment le voyez-vous ?
« A priori, l’OL a une meilleure équipe. Mais sur un match, tout est possible. Le football n’est pas une science exacte. L’OL champion ? Il peut l’être. Le calendrier du PSG peut être un handicap… On va voir ce qui va se passer dans les jours qui viennent… Pour le titre, c’est du 50/50 entre le PSG et l’OL ».

Et pour terminer, André se réjouit à l’idée que l’équipe de Bourg-Peronnas soit dans la course pour monter en L2. « Moi, qui ait connu ce club en promotion d’honneur, cela me parait impensable. Le mur du stade est mitoyen avec mon jardin… C’est sympa de voir de tels  résultats ». Et une envie : « Je ne peux pas trop quitter Sanary, mais j’aimerais bien venir à Gerland pour le dernier match de l’OL dans cette enceinte… ».  

Sur le même thème