Site officiel de
L'Olympique Lyonnais

masculins / Conférence de presse

« Au diapason des autres collègues »

Publié le 16 octobre 2012 à 10:32 par RB

La trêve… la reprise… le début de saison de l’OL… son nouveau statut… Hugo Lloris… l’équipe de France… Rémy Vercoutre était en point presse ce mardi avant l’entrainement…

Rémy comment s’est passé la trêve ?
« Plutôt bien, reposante pour les organismes. Tout avait été préparé aux petits oignons par Robert Duverne et le coach pour que « l’on se refasse la cerise ». On n’a pas travaillé la tactique, c’est impossible avec tous ses absents. C’était surtout du physique. Au début, on n’a pas touché le ballon. On l’a retrouvé depuis lundi ».

Comment juges-tu la première partie de saison de l’OL ?
« On a été plutôt conquérant. On regrette cette fausse note face à Bordeaux. Au point de vue comptable, on est dans les clous et dans les places qui nous intéressent pour la fin de saison. C’est cohérent. Est-ce-que une hiérarchie se dégage ? Je me garderais bien de dire cela. En foot, tout va très vite… Mis à part le PSG, qui peut prétendre à quelque chose et l’exprimer… On verra en fin de saison. On a été crédibles. On ne savait pas trop comment cela allait se passer.  Ce début de saison, on l’a fait tous ensemble, c’est notre force. On a engrangé de la confiance. On pourra aborder ainsi les matchs qui viennent, à priori plus compliqués, avec plus de sérénité. Cela nous donne un entrain, un état d’esprit positif. Ce prochain marathon va être très important. Vivre dans l’ombre du PSG et de l’OM ? Vivre cacher, cela nous va bien. Mais, on est à l’OL ; on a de l’ambition sans s’enflammer. Est-ce plus reposant que d’être chassé comme par le passé ? je préférais quand même être chassé…  et on n’était pas souvent rattrapé».

Que t’inspire la venue du Stade Brestois ?
« Cette équipe reste sur une série intéressante à domicile et complétement négative à l’extérieur. Elle va venir sans pression. C’est ce qui va faire la complexité de ce match pour nous. C’est une équipe bien organisée qui ne lâchera rien. C’est un piège pour nous. Et puis le premier match d’une série donne le ton. Il ne faudra pas le prendre à la légère. Ce sera forcément difficile ».

Je n’ai pas douté de devenir numéro UN car je ne me posais pas la question.

Peux-tu analyser tes prestations en tant que numéro UN ?
« Je ne suis pas très à l’aise pour parler de cela. Je m’inscris dans le collectif. On essaie de tout donner à chaque match. On se met au diapason des autres collègues. Sinon, cela va bien. Je prends du plaisir à préparer les matchs, à jouer. Je me sens comme un poisson dans l’eau grâce à tout le monde au club. Les critiques ? Je ne lis plus rien, je regarde moins la télé. Les critiques, je me les fais. Cela me suffit amplement.  Je n’ai pas douté de devenir numéro UN car je ne me posais pas la question. J’étais numéro deux et il fallait un enchainement de faits pour que cela change… mon rôle était établi… »

La situation d’Hugo Lloris… les chances de l’équipe de France face à l’Espagne ?
« Les critiques à l’égard de Hugo après le match face au Japon, sont très sévères. C’est décevant. On ne se rend pas compte de la chance d’avoir Hugo comme gardien de l’équipe de France. Il a relâché un demi ballon et on le remet presqu’en cause… Je ne comprends pas. S’il y a bien un mec exemplaire dans ce groupe, c’est lui… Je ne pense pas que cela le fragilise. C’est un grand champion. Contre l’Espagne, on va passer un sale quart d’heure… mais le foot… Pourquoi, on n’aurait pas la baraka et avec un ballon de contre… Ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne en football. C’est pour cela que ce sport est magique ».

Participez au tournoi de poker de l’OL sur PokerStars ce soir à 21h :
places VIP et maillots dédicacés offerts ! Cliquez ici !