masculins / Sparta Prague – OL

Autant en profiter…

Publié le 21 novembre 2012 à 20:35 par RB

Sans être un simple voyage d’agrément, ce dernier déplacement européen de la phase de poule ne suscite pas une attente « exagérée» face à une formation motivée à l’idée d’une probable qualification…

 Les Lyonnais sont déjà qualifiés pour les 1/16èmes de finale de la Ligue Europa et presque assurés de terminer à la première place de leur groupe…  Ils ont une série de rencontres  très importantes à disputer en championnat (TFC, OM, MHSC...).

Il était prévisible que Rémi Garde s’adapte à cette situation en laissant quelques cadres au repos (Gomis, Lacazette, Malbranque, Bisevac) en étant déjà privé de Bastos, Briand, Lovren, Mvuemba.

L’entraineur lyonnais va donc faire tourner son effectif comme il l’a d’ailleurs déjà fait dans cette compétition. Il a rajeuni considérablement son groupe. Il devrait donner du temps de jeu à ceux qui en ont eu moins ces derniers temps comme Grenier, Monzon par exemple. Pas question de considérer pour autant que la troupe lyonnaise traite ce match par-dessus la jambe. L’OL a rarement galvaudé une rencontre européenne.

Il y a toujours quelque chose à retirer de ce genre de confrontation. Tiens, d’assurer définitivement la première place du groupe sans attendre la venue de l’Hapoël Shmona le 8 décembre… De montrer un peu plus que l’OL dispose cette saison d’un collectif élargi… De montrer sa belle jeunesse… De signer pourquoi pas un cinquième succès de rang en cinq matchs de poule…  Autant en profiter avec cet esprit libéré de quasi toutes contraintes.

Le Sparta Prague avait quitté Gerland au match aller en ayant montré son caractère pour revenir sur les talons de Lyonnais en manque cruel de réalisme à l’image de Gomis 1 but et 7 occasions. Depuis, il a confirmé avec deux succès et un nul. Le voilà à un point de la qualification tout en pouvant encore espérer la place de numéro UN. Sans rêver à des chimères, ce point manquant, les coéquipiers de Kadlec pensent le prendre avec la venue de l’OL plutôt qu’en misant sur un voyage réussi à Bilbao le 8 décembre.

Les données de ce 199ème match européen de l’Histoire olympienne sont claires. L’OL n’a pas grand-chose à perdre… Le Sparta, beaucoup à gagner… Il serait étonnant, malgré tout, que cela donne une opposition fermée…  Autant en profiter.

Sur le même thème