masculins / Benfica - OL

Avant match à Lisbonne

Publié le 02 novembre 2010 à 16:59 par R.B

Le soleil… une visite de la ville… un superbe stade… une rencontre avec un mythe…

A 9 h du matin, il est doux de prendre la direction du Château St-Georges, le protecteur de la ville. On grimpe le long des rails du tramway dans une rue tortueuse. C’est le vieux Lisbonne avec ses maisons carrelées, son linge sur les balcons, ses odeurs… Le Château se dresse au sommet. Une vue sur la ville, le Tage. Une vue sur des terrasses protégées. Des remparts, des canons, des pavés…. Et des chats qui font leur toilette au soleil. Les deux ponts de la ville enjambent majestueusement le fleuve. Il y a celui du 25 avril qui ressemble au Golden Gate de San Francisco… Il y a le pont Vasco de Gama. Des bateaux font la navette avec une rive lointaine.

En quelques virages on se retrouve sur la magnifique place du Commerce. Plus loin, le quartier populaire de Belem  avec sa Tour qui protégeait autrefois l’entrée de la rivière ; le monastère ;, le monument à la gloire des explorateurs partis à la découverte du Brésil ou encore la copie de l’hydravion qui fit la première traversée vers ce même pays. Les touristes profitent du paysage et des 20 degrés. Ils iront peut-être déjeuner dans un restaurant au bord du fleuve.

On quitte Belem. Les joueurs sont partis pour leur promenade. 20 minutes dans le parc Eduardo VII à quelques minutes en bus de leur hôtel. Un couple de Lillois prend une photo avec Makoun ; des Italiens ont repéré Gourcuff. Les Lyonnais prennent leur temps. Pied et Gonalons discutent de pêche….Scène ordinaire d’un matin de match. Tiens, connaissent-ils l’équipe de départ ? 20 minutes et retour à l’hôtel pour une séance vidéo.

Rendez-vous au stade de la Luz pour une visite guidée. Le musée ouvre ses portes spécialement pour nous. Une partie de l’histoire de ce très grand club. Une vitrine par saison avec des maillots, des trophées, des photos. On revoit dans sa tête les finales de Coupes des champions en frôlant les images, les coupes… Eusebio, Coluna, Simoes, Costa Pereira….et tous ces immenses joueurs avec plus près nous Tiago sous le même maillot que Luisao, l’actuel capitaine du club.

En sortant du musée, deux maquettes : celle de l’ancien stade d’une capacité de 120 000 places et celle du nouveau. Notre guide explique que le nouveau a été construit partiellement sur l’emplacement de l’ancien, en fait à la place d’un virage. Le nouveau ? Un merveilleux écrin rouge. Ceux qui connaissent l’Emirates Stadium ne sont pas dépaysés.  Une visite aux locaux de la télé du club ; cette chaine de télévision où travaille une centaine de personne. Le SL Benfica est un club omnisports avec d’autres sections professionnelles. Les entrailles du stade sont un véritable labyrinthe ; il y a même une prison pour les spectateurs trop indélicats.

Avant de déjeuner, un détours par un hôtel en plein centre ville ou se tient le repas officiel. La légende Eusebio est présente ; une légende de 68 ans qui a inscrit un peu plus de 600 buts avec le SL Benfica. A ses côtés, Bernard Lacombe,  la légende française des buteurs de l’histoire du championnat de France. Ces deux hommes pèsent largement plus de 1 000 buts ! Des paroles de respect… une odeur appétissante de gambas… il est temps de partir. Dans quelques heures l’OL cherchera à assurer sa qualification pour les 1/8èmes de finale… et Benfica, à rester en vie dans cette compétition… Notons que seulement 17 fois, une équipe adverse s'est imposée au stade de la Luz dans une compétition européenne en 160 matchs!

Sur le même thème