masculins / Rétro 2008

Avril , en manque de point (I)

Publié le 19 juin 2008 à 08:00 par MG

1 point sur 6 possibles. Le bilan de cette première moitié de mois d’avril n’est pas des plus engageants.

« En avril, ne te découvre pas d’un fil », dit le proverbe. C’est un peu facile pour commencer, mais l’OL de Juninho n’a pas respecté la consigne et a bien failli s’en mordre les crampons. Tandis que Rooney, Tevez et Evra se qualifiaient pour les demi finales de ligue des Champions, les lyonnais, confiants, combatifs et en bon état de forme, ont effilé doucement le bas de laine accumulé en mars… on rêvait déjà trop vite du 7ème titre…

D’abord Marseille, au Vélodrome, se montra plus rugissant que le Lyon. A l’issue d’un match de haute voltige, l’OL sans Cris du s’incliner. Fred et Jérémy Toulalan resteront sur le carreau. Le mois d’avril avait bien mal commencé, et Jean-Michel Aulas, le président tout juste rentré de Suède où il était allé assister à l’élimination des féminines en ½ finale de Coupe d’Europe face à Umea, aurait préféré meilleur scenario…

Le lion est rentré blessé de son voyage en terre phocéenne et en retrouvant son antre confortable de Gerland face aux partenaires de Sylvain Wiltord, il espérait trouver un peu de réconfort… Le policier, guéri de sa scarlatine et surmotivé, engageait parfaitement la soirée en catapultant un ballon de Juni dans les filets de Patrice Lusi. Mais c’était sans compter un ultime coup de tête de M’Bia qui dans les arrêts de jeu laissa comme un goût de défaite dans les gorges lyonnaises.

1 point sur 6 possibles. Le bilan de cette première moitié de mois d’avril n’est pas des plus engageants. L’OL allait pouvoir se concentrer à présent sur la coupe de France et la réception des Messins de Pouliquen pour faire le point sur la maison lyonnaise… Sur ce point précis, les débats vont d’ailleurs s’engager, déjà, autour de l’avenir d’Alain Perrin à la tête de la formule 1.
"Les entraîneurs sont payés très chers pour prendre les décisions qu'ils estiment devoir prendre. Je ne suis pas là pour former l'équipe. Mais j'ai mon avis ..." déclarera Jean-Michel Aulas à nos confrères du journal l’Equipe qui titraient avec un peu de provocation « Aulas se paie Perrin». L’entretien du président olympien va faire un tollé et provoquer quelques tensions dans les relations médiatiques du club.
Sur le même thème