masculins / OL Féminin

Benstiti ne se contentera pas d’une 2ème place

Publié le 08 août 2006 à 13:00 par MG

Les olympiennes ont repris l’entraînement depuis un peu plus d’une semaine. Avec 4 nouvelles joueuses extirpées à Montpellier, l'OL affiche plus que jamais ses ambitions. Benstiti s'en va cette saison chercher le titre, sans ambiguité.

Les ambitions sont plus que jamais affichées à l'Olympique Lyonnais. On veut des championnes de France. Avec quatre nouvelles joueuses internationales extirpées à l’effectif de Montpellier, le club semble s’être donné les moyens d’atteindre son rêve de titre. A l'heure où le groupe participe à un stage de préparation au Mont Vantoux, le coach Farid Benstiti nous présente les recrues 2006 : Hoda Lattaf, Laure Lepailleur, Camille Abily et Sonia Bompastor.


Farid, les saisons précédentes, l’OL se renforçait à l’automne voire en hiver. Cette année, le club a anticipé. Es-tu satisfait ?
On ne peut être que satisfait d’un effectif de début de saison comme celui-ci. D’autant qu’on augmente notre potentiel d’internationales. Lorsque l’on voit aujourd’hui le niveau des meilleures, on a de quoi être optimiste pour les deux prochaines années. On devrait obtenir très vite des récompenses.

C’est toi qui a choisi les quatre nouvelles joueuses. Comment s’est fait ton choix ?
La première recrue sur laquelle j’avais des objectifs bien précis de jeu, c’était Hoda Lattaf. Je cherchais quelqu’un devant, quelqu’un qui me permettrait de construire autour de bases défensives solides, d’accentuer mon jeu chez l’adversaire et surtout de rester chez l’adversaire. Hoda a ces valeurs de décrochage, elle sait aller vers le porteur, saisir les espaces. Pour une équipe, ce sont des valeurs qui permettent d’accentuer les actions offensives.
En milieu de terrain, je n’avais pas de gauchère. Cela déséquilibrait le jeu offensif. J'ai donc choisi Sonia Bompastor. Sa qualité de pressing, sa volonté d’aller vers l’avant, sa tenacité, sa pugnacité sur le terrain m’ont très vite conduit vers elle.
Camille Abily est un peu plus jeune mais c’est un milieu de terrain très technique. Elle a des qualités d’organisation, de temporisation de jeu, d’accelération de jeu avec le ballon. Elle va nous permettre d’accentuer notre assise et augmenter le temps de conservation du ballon chez l’adversaire.
Laure (Lepailleur) est venue se greffer aux autres. Ce sont les trois autres filles qui m’ont orienté vers elle. Elle était libre et souhaitait suivre ses coéquipières à Lyon. Elle est jeune et elle va encore progresser. C’est une joueuse, comme Camille Abily, assez athlétique avec un très bon jeu de tête. Toutes les deux gagnent souvent leurs duels. Laure m’offre derrière une joueuse à la fois jeune et expérimentée au niveau international. On devrait du coup être plus à l’aise offensivement.

Tu attends de ce nouveau groupe des résultats immédiat ? Un Titre ?
Il faut faire la meilleure saison possible. Cette année on a fini 3ème du championnat et on a joué la finale du Challenge que l’on a perdu contre Montpellier à quelques détails près. Cette saison, il faut aller chercher quelque chose. D’abord le titre parce qu’il y a une Coupe d’Europe en jeu et le club en a bien besoin. Avec des joueuses de ce niveau et dès le départ, je ne me satisferai surtout pas d’une deuxième place.

Les recrues s'intègrent-elles déjà bien avec les anciennes et les plus jeunes de ton effectif ?
Les filles se connaissent déjà entre elles des équipes nationales. Certaines ont joué ensemble en A ou en moins de 21. Donc avec les internationales, c’est assez facile. Aujourd’hui les filles ont compris qu’il y a un renouveau et que l’Olympique Lyonnais ne s’arrêtera pas là. Il y a un tel engouement pour le foot féminin que ça va valoir le coup d’être dans cette équipe si on est champion et si on accède au niveau européen. C’est ce que j’essaie d’expliquer aux plus jeunes surtout.

Tu es secondé par Nicolas Quinault. Il a travaillé un peu aux côtés des pros l'an dernier. Comment s'organise ce travail à deux ?
Nicolas est arrivé l’année dernière. Il remplace Thierry Cote qui était avec moi avant. On se partage les objectifs de travail. On essaie de construire un travail athlétique pour que les filles se sentent de plus en plus à l’aise. Il s’occupe surtout du médical et de la préparation athlétique annuelle. Moi de ce qui est d’orde tactique et technico-tactique. Nicolas est quelqu’un d’attachant. Je crois que les joueuses l’apprécient et chez les filles, l’affectif c’est important. Il est très humble. Il s’est mis au service de l’équipe.
Sur le même thème