masculins / OL Féminin

Bilan : 13 journées pas à pas...

Publié le 22 décembre 2005 à 14:30 par MG

Du match nul à Compiègne à la victoire 2-1 sur le PSG, le championnat de France féminin de D1 a fait voyager les lyonnaises en région parisienne, à Toulouse ou Montpellier. 7 matchs disputés à l'extérieur et 6 autres à la plaine des jeux de gerland. Petit rappel des faits, pas à pas...

J1 : 1-1 face à COMPIEGNE.
Est-ce par timidité ? Les joueuses de l’Olympique Lyonnais ont démarré la saison, le 4 septembre, par un match nul.
Ce jour là, les compiègnoises, qui n’étaient pas données favorites, ont quitté leur pelouse avec l’impression d’avoir plutôt bien assuré.
Les lyonnaises, dépossédées de leurs recrues américaines de l’an dernier, ont pris conscience qu’il allait falloir redoubler de motivation… en attendant le retour des internationales.

J2 : 1-0 sur le PSG
Elle faisait tourner la tête des supporters. La belle américaine Lorie FAIR, fraîchement revenue de Los Angeles, n’a pas vraiment réussi à faire tourner la tête des parisiennes. Devant leur public, les joueuses de Farid Benstiti, malgré la victoire, n’ont pas vraiment fait l’unanimité. Mais les 4 points furent les bienvenues.

J3 : 2-0 à ST MEMMIE
Les rencontres se suivent et ne se ressemblent pas. L’équipe lyonnaise prend forme au fil des semaines. Sur le terrain de St Memmie, Danielle Slaton, est venue compléter l’effectif après plusieurs mois de vacances aux US. La joueuse et ses partenaires ont permis à Sandrine Brétigny et Delphine Blanc de faire rugir le Lion… ou la lionne.
Pour la première fois de la saison, Cécile Locatelli, la doyenne de l’équipe, regardera, du banc de touche, l’intégralité de la rencontre...

J4 : 1-1 devant CLAIREFONTAINE
Mauvais réveil ce dimanche, les filles de Gerland avaient tout pour écraser le CNFE en première période. Elles ne comptabilisaient pourtant qu’un but à la mi-temps. La réaction du CNFE aura été imparable. Score nul, décevant pour les filles et pour leur coach qui avait une nouvelle fois laissé Cécile Locatelli sur le banc.
12 points à l’issue de la 4ème journée. C’est le début de l’envolée juvisienne dans le championnat de France féminin.

J5 : 4-0 dures comme un ROC !
1 renard en attaque + 1 américaine blessée – une doyenne + 200 spectateurs. Cela donne une équipe dure comme un Roc face aux olympiennes de La Roche.
Sandrine Brétigny a fait de ce match une démonstration de sa ruse, entraînant avec elle la jeunesse olympienne. Alix faye-Chellali a goûté, pour la première fois en D1, aux plaisirs du travail accompli.
« A la Roche, tous les ballons sont entrés au fond. C’est ce qui prouve que pour les autres matchs, on a vraiment manqué d’efficacité »Farid Benstiti.

J6 : 0-0 sans la tête de Soyaux !
Elles avaient tout pour être confiantes. Tout ? Trop ? Peut-être. Aucune défaite depuis le début de la saison. Une réussite exaltante la semaine précédente. Les lyonnaises n’ont pas fait preuve de beaucoup de réalisme et ont laissé le score vierge pour la première fois de la saison.

[IMG39568#R]J7 : 0-0 Toulouse, le doute…
Et pourtant elles n’ont pas si mal joué ! Côté lyonnais, comme côté toulousain, il fallait gagner pour ne pas laisser Juvisy changer d’atmosphère. Sur la pelouse du stadium annexe, les attaques de Sandrine Brétigny et Claire Morel n’auront pas suffit. Les interrogations commencent à peser… L’équipe est-elle prête à jouer le titre de championne de France cette année ? D’autant que la formation lyonnaise vit assez mal le départ soudain de Danielle Slaton. Sans compter que ce dimanche 30 octobre, elles auront du intégrer une nouvelle copine dans l’équipe, la brésilienne Simone Gomes Jatoba qui a disputé le premier match de sa carrière dans le championnat français. Résultat : plutôt concluant.
« A Toulouse, on a eu énormément d’occasions, comme face au CNFE à domicile où on a fait une très bonne première mi-temps »Farid Benstiti.

J8 : 2-1 et les premières pluies montpelliéraines !
Les premières gouttes de pluie à Montpellier auront éclaboussé le solide bloc défensif des lyonnaises. Première pluie et première défaite de la saison, concédée face aux championnes de France en titre. C’était un peu à prévoir. Oublions ce résultat et avançons, se disaient certainement les filles… sauf peut-être Sandrine Brétigny qui écope d’une expulsion et ne disputera pas le match contre les leaders de JUVISY, et Aurore Pegaz, la gardienne, qui peut se féliciter d’avoir stopper le penalty de Camille Abily.
« Il y a eu deux matchs référence cette saison, dont celui à Montpellier. On mène 1-0 sans être dominé, avec Lorie Fair et Simone qui ont fait un très gros match. C’est là que j’ai senti une capacité à réagir de nos joueuses et à faire de bonnes performances contre les gros. Mais on a manqué de maturité. Montpellier revient vers la fin. On perd 2-1 sur la jeunesse et c’est très difficile à digérer » Farid Benstiti.

[IMG39569#L]J9 : 0-1 Le « fallait s’y attendre » bis
JUVISY. 7 jours plus tard. Le choc avec les leaders en effrayait déjà quelques unes. Exit Lorie Fair, trois jours plus tôt. Exit Cécile Locatelli qui annonce sa retraite officielle des terrains pour se consacrer au coaching des plus jeunes footballeuses de Lyon.
Deuxième défaite donc. Mais seulement 5 buts encaissés en 9 matchs, la statistique rassure le coach. Cap sur le développement de l’attaque lyonnaise… on espère voir arriver de nouvelles recrues car la jeunesse de l’effectif (moyenne d’âge 19 ans) ne laisse entrevoir aucun changement miraculeux. Et Juvisy poursuit son ascension…

J10 : 0-0 et des conditions nulles !
Neige et froid dans le nord de Hénin-Beaumont. Le renard est de retour à la pointe de l’attaque lyonnaise mais sans succès.

J11 : 0-0 et de quatre !
Comment sortir de ce mutisme dans lequel est plongé le compteur des buts lyonnais. Les spectateurs de la plaine des jeux espéraient pourtant assister à un festival. Mais en recevant les alsaciennes de Vendenheim, lanterne rouge, les joueuses de l’Olympique Lyonnais n’ont pas présenté leur meilleur profil. Et aucun but sur le terrain numéro 10 !
«J’étais exaspéré par le comportement de mes joueuses qui ont manqué d’objectivité. Elles n’ont pas exprimé leur potentiel et ça, ça ma frustre énormément» Farid Benstiti.

J12 : victorieuse 1-2 à Paris
Enfin une victoire pour les Féminines de l’OL. Ce bon résultat fait suite à 6 rencontres sans réussite (4 Nuls et 2 défaites) et devenait impératif pour des prétendantes au titre.
Ce sont pourtant les parisiennes qui ouvraient le score à la 13ème minutes. La réponse des lyonnaises ne se sera pas faite attendre. SIMONE puis la jeune Alix Faye-Chellali remettront le compteur à l’avantage des lyonnaises.
Le déplacement à St Germain en Laye aura été l’occasion pour le coach d’aligner 2 nouvelles joueuses, Chrystelle Braillard et Mélissa Amalfitano, absente depuis le début de la saison pour blessure.
« Après Vendenheim, je me demandais vraiment comment on allait être face au PSG. C’est une nouvelle équipe. Je connaissais bien les anciennes joueuses et leurs capacités à réagir, mais là, ce sont des jeunes. Je ne savais pas dans quel état on allait se retrouver au PSG. Finalement, j’ai été sincèrement étonné par la qualité d’Alix Faye, de Sarah Chorfa, Emilie Gonssollin et Coralie Ducher, pour ne citer que les jeunes. Elles m’ont vraiment surpris et je ne vais pas les lâcher parce qu’il est hors de question qu’elles ne répètent pas ce type de match dans la durée» Farid Benstiti.
Une chose est sûre, dans la course au titre, rien n’est joué. A l’issue de cette 12ème journée, les 4 poursuivantes des lyonnaises n’ont que 3 points d’écart, au maximum, au classement.

[IMG39567#R]J13 : 4-0 Avant les vacances…
Les joueuses de St Memmie sont venues à Gerland chercher quelques points (2 auraient suffit) pour quitter le siège inconfortable de lanterne rouge. Mais à la veille de Noël, les lyonnaises n’auront fait aucun cadeau. En deuxième mi-temps, Sandrine DUSANG fait son retour sur la pelouse après 7 semaines de rééducation. Elle inscrit d’emblée le premier but de la rencontre et fera par la suite les trois passes décisives à Sandrine Brétigny. Score final 4-0.
Un résultat important avant la trêve, pour le moral d’abord, et pour les points ensuite.

L’OL s’accroche à sa place de dauphin. Les joueuses de Farid Benstiti ont démontré cette saison de la qualité technique, de la motivation et de l’ambition. Pour cette jeune équipe, qui a tardé à prendre ses marques collectivement, le titre ne serait pas si loin avec à peine plus de réussite.
Continuez l’OL…
Sur le même thème