masculins / Euro 2008

Bilan des Lyonnais à l'Euro

Publié le 25 juin 2008 à 19:36 par BV

Lundi 30 juin, une partie du groupe lyonnais retrouvera les terrains de Tola Vologe pour la reprise de l’entraînement. Les joueurs ayant participé à l’Euro reprendront quant à eux le 15 juillet. L’occasion de dresser, avec Florian Maurice, un bilan de leur Euro.

France :

France - Roumanie : 0 - 0
France - Pays - Bas : 1 - 4
France - Italie : 0 - 2

Grégory Coupet a disputé les trois matches de l'équipe de France dans leur intégralité (270 minutes). Peu mis en difficulté par les attaquants roumains, il a reconnu que sa responsabilité était engagée sur 2 des 4 buts encaissés face aux Pays – Bas. Le portier des Bleus ne pouvait en revanche rien faire sur les deux réalisations des Italiens (un penalty de Pirlo et un coup franc de De Rossi détourné dans le mur par Thierry Henry). Face à la Squadra Azzurra, il fut l'auteur d'un des plus beaux arrêts du tournoi, sur un coup franc de Fabio Grosso.

Il s’y attendait certainement un peu : des 11 joueurs lyonnais présents en Suisse et en Autriche, Sébastien Squillaci est celui qui a le moins joué ; le Toulonnais n’a pas disputé la moindre minute, Raymond Domenech lui préférant William Gallas et Lillian Thuram en défense centrale face à la Roumanie et les Pays-Bas puis Eric Abidal lors du dernier match face à face à l’Italie.

Après la déroute de l’équipe de France face au Pays-Bas, et notamment celle de Willy Sagnol sur le flanc droit de la défense, le sélectionneur français a écarté le Munichois pour la rencontre face à l’Italie au profit de François Clerc. Le Bressan a disputé les 90 minutes.

[IMG43273#L]L’expulsion d’Eric Abidal, après 25 minutes de jeu, face aux Transalpins a permis à Jean-Alain Boumsong de jouer 64 minutes. Sa capacité à évoluer à gauche de la défense a probablement incité le sélectionneur français à le faire entrer en jeu, au détriment de Sébastien Squillaci.

Avec 6 buts encaissés en 3 matches, la défense française s'est rarement montrée à son aise. « Les Français n’ont pas eu un super parcours mais les prestations de Sidney Govou et de Jérémy Toulalan ont été plutôt bonnes » analyse Flaurian Maurice.

La blessure à la cuisse de Patrick Vieira a en effet empêché le traditionnel capitaine français de fouler les pelouses suisses. En son absence, Jérémy Toulalan a formé avec Claude Makelele la paire de milieux de terrain récupérateurs des Bleus. Il a joué 270 minutes. Auteur d’une bonne prestation contre la Roumanie, l’ancien Nantais a été le meilleur Français contre l’Italie mais sa débauche d’énergie fut insuffisante pour éviter à l’équipe de France de sombrer.

Sur le banc contre la Roumanie, Sidney Govou a joué 75 minutes contre les Pays-Bas puis 66 contre l’Italie (141 minutes au total). Timide face aux Transalpins, il fut le seul joueur français à surnager face aux "Oranje".

[IMG43274#R]Titularisé aux cotés de Thierry Henry à la pointe de l’attaque contre la Roumanie, Karim Benzema fut (étonnamment !) la principale victime de l’apathie de l’attaque française et du changement de système de jeu opéré contre les Pays-Bas. Son maintien sur le banc contre ces derniers suscita l’étonnement. A nouveau titulaire face à l’Italie, il se montra à son avantage, tenta beaucoup et fut même tout proche de marquer d’une frappe enroulée que Buffon claqua magnifiquement. Au final, il a joué 167 minutes. « On attendait beaucoup de lui ; c’est un très jeune joueur et c’était sa première compétition internationale, note Florian Maurice. Il ne faut pas lui jeter la pierre. Il a fait son maximum dans une équipe de France qui n’a pas fonctionné sur un plan offensif. Il ne pouvait pas faire la différence tout seul. Il aura beaucoup appris. Il sera présent en 2010. »


Suisse :

Suisse - République Tchèque : 0 - 1
Suisse - Turquie : 1 - 2
Suisse - Portugal : 2 - 0

C’était l’objectif de sa saison après la grave blessure au genou qui l’avait privé des campagnes nationales et européenne de l’OL : Patrick Müller a joué tous les matches de la Suisse dans leur intégralité (270 minutes au total). Piégés d’entrée de tournoi par la République Tchèque, les coorganisateurs de l’Euro ont ensuite sombré face à la Turquie, futur demi-finaliste de l'épreuve avant de dominer le Portugal dans un match sans enjeu. Malgré cet ultime succès, l'ensemble est tristoune pour les joueurs de la Nati.

Suède et République Tchèque :

Suède - Grèce : 2 - 0
Suède - Espagne : 1 - 2
Suède - Russie : 0 - 2
République Tchèque - Suisse : 1 - 0
République Tchèque - Portugal : 1 - 3
République Tchèque - Turquie : 2 - 3

Kim Källström et Milan Baros ne garderont certainement pas un souvenir impérissable de leur Euro. Le Suédois a participé aux deux défaites de la Suède contre l’Espagne et la Russie, jouant en tout et pour tout 38 minutes (4 mn puis 34mn). Inexistants face aux Russes, les Scandinaves, handicapés par les problèmes physiques de Zlatan Ibrahimovic, ont raté leur compétition.

Après une victoire initiale contre la Suisse, les Tchèques en tirent le même bilan. Les coéquipiers de Milan Baros, qui a disputé l’intégralité de la rencontre face au Portugal (total 90 mn), regretteront longtemps d’avoir complètement bâclé leur fin match face aux Turcs, encaissant trois buts en un quart d’heure, et laissant du même coup filer une qualification qui leur tendait les bras.


Italie :

Italie - Pays-Bas : 0 - 3
Italie - Roumanie : 1 - 1
Italie - France : 2 - 0

Fabio Grosso est le joueur lyonnais qui est allé le plus loin dans le tournoi, le seul à avoir disputé les quarts de finale o¹ l’Italie a logiquement cédé aux tirs au but devant l’Espagne. Après avoir regardé une partie de la déroute de l’Italie contre les Pays – Bas du banc de touche, le défenseur latéral de l’OL est entré en jeu à 35 minutes de la fin puis fut titularisé contre la Roumanie, la France et l’Espagne. Au total, son temps de jeu s’élève à 305 minutes. Il fut l’une des rares satisfactions d’une sélection italienne bien timide. « Il a été très performant tant défensivement qu’offensivement, relève Florian Maurice. Il a fait un très, très bel euro. Il a été beaucoup critiqué à l’OL en début de saison mais on s’aperçoit que c’est un élément très important de la sélection italienne."



[IMG43272#L]Ce soir, en demi-finale, l’Allemagne défie la Turquie.
L’avis de Florian Maurice : « Ca devrait être un match très engagé car il y a beaucoup de Turcs en Allemagne ; ce sont un peu des frères ennemis. Je vois l’Allemagne passer car la Turquie a pas mal de problèmes aux niveaux qualitatif et quantitatif en cette fin de tournoi. Pour eux, cela risque d’être compliqué même si on a vu qu’ils étaient capables de renverser des situations extraordinaires. Beaucoup de choses peuvent se passer sur un match ».

Demain, l’autre demi-finale mettra aux prises la Russie et l’Espagne :
L’avis de Florian Maurice : « Je suis fan de la Russie. Je suis les Russes depuis le début de la compétition. J’en ai très vite fait un favori ; ils ont un jeu collectif sublime. Tu prends beaucoup de plaisir à voir jouer cette équipe avec des joueurs que l’on avait entrevus sous le maillot du Zénith Saint-Pétersbourg, comme Archavine. J’aimerais qu’ils gagnent car c’est une équipe qui respire le foot. Je préfère voir gagner une équipe qui joue comme cela plutôt qu’une équipe qui défend et ne marque pas énormément de buts. "