masculins / TFC - OL J-4

Bodmer : "A Lyon pour connaître la concurrence"

Publié le 07 août 2007 à 18:04 par BV

Matthieu Bodmer a joué les vingt-quatre dernières minutes du trophée des champions puis est resté sur le banc contre Auxerre. Il revient sur la "concurrence saine" qu'il rencontre à l'OL. L'ancien Lillois n'est pas surpris : "je suis venu ici pour repartir de zéro".

Comment se passent vos premières semaines à l’Olympique Lyonnais ?
Tout se passe très bien. J’ai été très bien accueilli par le groupe. L’intégration se déroule également très bien. Que ce soit dans le vestiaire ou sur le terrain, j’ai été bien accueilli.

Quelles différences notez-vous entre le LOSC et l’OL ?
Il y a un peu plus de pression à l’OL. Ici, il faut gagner tous les matchs. Même lorsque l’on gagne nos matchs un ou deux à 0, comme face à Auxerre, il faut toujours en faire plus, essayer de marquer le plus de buts possible.

Comment jugez-vous la concurrence à l’OL ?
C’est une concurrence saine. On s’entend tous très bien. Je suis venu ici pour connaitre cette concurrence. Je suis servi parce que pour l’instant je n’ai pas beaucoup joué en match officiel (24 minutes lors du trophée des champions) ; il n’y a pas de problème. Je vais travailler un maximum pour gagner ma place. Ici, je suis le petit nouveau qui vient gagner sa place. (…) Si j’avais voulu jouer tous les matchs, je serais resté à Lille. Je suis venu ici pour gagner ma place, repartir de zéro, me remettre en question et changer de statut.

Comment la vivez-vous ?
Pour l’instant plutôt bien car c’est le début de l’année mais si vous me posez la question dans trois ou quatre mois et que je n’ai pas trop joué, je ne vous ferai pas la même réponse. Je savais que cela allait être difficile. Ici, il n’y a que des internationaux. A moi de tout mettre en œuvre pour être sur le terrain le week-end.

Vous êtes-vous fixé une échéance ?
J’avais auparavant l’habitude de faire 30 à 35 matchs durant la saison. Si dans 3 ou 4 mois, je n’en ai joué que deux ou trois, cela va être difficile de tenir. Mais je sais qu’il y a beaucoup de matchs et d’échéances. A un moment donné, l’effectif va tourner. A moi de saisir ma chance à ce moment-là.

Avez-vous eu une discussion avec Alain Perrin ?
Non. Pour le moment, je n’ai pas besoin d’explication sur ses choix. Je les trouve assez logiques et assez cohérents. A moi de tout faire pour titiller son esprit, pour qu’il voit que je suis là aussi. Donc, pour le moment, patience ! A l’entraînement, je suis toujours à cent pour cent. Je montre que je suis présent, que j’ai des qualités, que je peux apporter quelque chose à l’équipe et au groupe. Au moins tout donner la semaine pour n’avoir aucun regret lors de l’annonce de l’équipe. Ce n’est pas moi qui fais les choix (pour le match du) week-end. Pour l’instant l’équipe a joué deux matchs officiels et obtenu deux victoires. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, après deux matchs de bonne facture, tout est logique dans ses choix. Il n’y a pas de question à se poser.

Comment avez-vous vécu ce premier match ?
Bien même s'il n’est jamais facile de ne pas participer au match. Lorsque l'on est sur le banc, on n’est pas acteur. On est derrière les collègues. On essaie d’encourager tout le monde, de voir comment l’équipe joue et comment le groupe vit durant les mises au vert et les matchs. Rester sur le banc n’est pas du temps perdu.

Comment voyez-vous le match à Toulouse ?
Cela ne va pas être évident car ils viennent de perdre à Valenciennes. Ils préparent un match très important de Ligue des Champions (contre Liverpool). Ils auront donc à cœur de faire un très gros match pour se mettre en confiance en vue de ce tour préliminaire.
Sur le même thème