masculins / OL 1 - Bordeaux 2

Bordeaux refroidit l'OL

Publié le 24 janvier 2007 à 23:05 par BV

Les Girondins de Bordeaux ont dominé l'Olympique Lyonnais 2 buts à 1. Malgré cette première défaite de la saison à domicile, les Lyonnais conservent 14 points d'avance au classement.

Au coup de sifflet final, la joie des Bordelais fut à la mesure de la performance réalisée sur la pelouse des quintuples champions de France. Grâce à une réussite maximale et une générosité mise dans chacun de leurs contres, les Girondins ont infligé aux Rhodaniens leur première défaite de la saison à domicile. Courageux et volontaires en seconde mi-temps, les Lyonnais ne sont pas parvenus à combler l’écart de 2 buts qui avait ponctué une première période durant laquelle ils s’étaient montrés peu inspirés offensivement et bien trop étourdis défensivement. Au cours d'une entame de match complètement manquée, ils s’étaient en effet bien trop compliqué la tâche.
Les Girondins avaient parfaitement comploté pour rapidement mener 2 buts à 0. Plus qu’un avertissement, la première occasion Girondine, jeta un froid sur un Gerland déjà glacé par une température hivernale. Parfaitement lancé en profondeur par Francia, Darcheville vint heurter Rémy Vercoutre à l’extrémité de la surface, offrant à Francia l’opportunité d’ouvrir le score sur penalty (2e).
Le second coup de poignard des hommes de Ricardo vint conclure une première demi-heure de jeu durant laquelle Mavuba et les siens surent plier sans rompre sous les assauts rhodaniens avant de se porter rapidement vers le but de Rémy Vercoutre. Marange déposa son centre sur la tête de Johan Micoud. Esseulé dans la surface, l’international français plaça tranquillement le cuir hors de portée du gardien rhodanien pour inscrire son 3e but de la saison (28e). Les Gones étaient pourtant doublement prévenus. Quelques minutes auparavant, Perea avait totalement oublié Alonso à sa droite, gâchant un somptueux « deux contre un » en enlevant trop sa frappe (25e).

Au terme des 45 premières minutes, les Girondins rejoignaient les vestiaires avec un avantage de deux buts. Logique au vu des errements défensifs des hôtes de Gerland mais flatteur au regard des efforts déployés par Malouda et les siens. Virevoltant sur son coté gauche le Guyanais avait régulièrement pris le dessus sur Jurietti. Ses accélérations et les dribbles derrière son pied d'appui conjugués au travail dos au but de Fred offrirent ainsi à Juninho de nombreux coups francs bien placés. Le Brésilien ne parvint pas à régler la mire (10e, 21e, 22e) ou trouva sur sa route un Ulrich Ramé en forme olympienne (5e, 13e, 30e). Pas plus de réussite dans le jeu pour le numéro 8 lyonnais. Sur un centre en retrait d’Abidal, sa reprise au premier poteau fut somptueusement claquée par le dernier rempart bordelais (17e). Monté aux avant-postes, Cris ne cadra pas ses coups de tête (35e et 40e).

Le début de seconde période ressembla à s'y méprendre à l’entame de rencontre, à l’exception près que Rémy Vercoutre dégagea des deux points la tentative d’Alonso (48e). Le suppléant de Grégory Coupet récidiva quelques minutes plus tard, entretenant vivace l’espoir d’un improbable retour (60e). Dans un Gerland chauffé à blanc, les Gones jetèrent dès lors toutes leurs forces dans la bataille.
Sidney Govou au ras de la lucarne (50e), Fred à côté (53e) puis Malouda sur Ramé (55e) esquissèrent les contours d’un magnifique come-back. Les contours uniquement car seul Fred parvint à tromper la vigilance de Ramé. Déviant de la tête un coup franc de « Juni », il fit renaître l'espoir chez les siens en même temps qu’il donna le coup d’envoi d’une fin de rencontre haletante (64e). Sidney Govou (70e) puis Kim Källstrom d’un tir surpuissant au dessus (74e) n’attrapèrent pas le cadre. Seul face à Ramé, Juninho manqua son face à face (75e). Dans les arrêts de jeu, Milan Baros ne put reprendre un ballon que Cris avait été tout proche de bonifier (90e). S’il laissera longtemps planer une ombre sur une fin de match électrique, le doute entourant la dernière occasion lyonnaise n’entache en rien le succès des Marine et Blanc.

Au travers de cette victoire, les Girondins ont envoyé plus d’un message aux hotes de Gerland. Ils leur ont tout d’abord donné rendez-vous pour le 31 mars pour la finale de la Coupe de la Ligue. Les Lyonnais mesurent désormais mieux la difficulté de la tâche qui les attend. S’ils veulent s’octroyer le premier trophée de cette saison 2006/2007, il leur faudra livrer un match à la hauteur de leur talent... et espérer un peu plus de réussite offensive.
Les joueurs de Ricardo leur ont également rappelé que, contrairement à ce que certains répètent à l’envi, le championnat est loin d’être terminé. L’OL possède toujours 14 points d’avance sur son premier poursuivant, l’OM, mais le chemin qui le mène au titre est jalonné d’obstacles qu’il faudra franchir avec humilité et application.
Sur le même thème