masculins / Montpellier - OL J-2

Boumsong : « Il reste deux semaines, il va falloir y aller »

Publié le 30 avril 2010 à 14:27 par DC

Le partenaire de Cris en défense centrale s’est présenté à 13h en conférence de presse. IL est revenu notamment sur la fin de saison de l’OL, et ses objectifs personnels. Extraits…

Jean-Alain, comment s’est passé le retour à la réalité ?
Honnêtement on est passé à autre chose. La déception était là quand même, mais il faut tout de suite repenser au championnat, et c’est très bien parce qu’on a un match dimanche. En plus il y a de l’enjeu, car si on veut retrouver la Champions League l’an prochain, on va devoir faire une grosse fin de saison.

Ce match vous l’abordez avec un esprit de revanche ?
Non il ne faut pas partir avec un esprit vindicatif. L’objectif évidemment c’est de prendre les trois points. Montpellier aura aussi très envie, d’ailleurs je crois qu’une prime est prévue en cas de victoire contre nous. C’était déjà le cas au match aller, faut croire que Lyon… En tout cas la perspective de la Champions League est une source de motivation suffisante.

A quel type de match tu t’attends ?
Je pense qu’ils vont nous sauter dessus. A l’image du match aller, je pense qu’ils seront confiants, et vont mettre de l’agressivité dans la rencontre. Certes ils vont moins bien depuis quelques semaines, mais en football ca va vite.

"On a notre destin
entre les pieds"

Peut-on craindre un syndrome post-Barcelone ?
Il reste deux semaines, il va falloir y aller. On n’a pas le temps de s’apitoyer. Si on se plante, c’est toute la saison qui devient mauvaise. Mais pour moi on va aborder ces derniers matchs la fleur au fusil. Et pour moi il y aura toujours une opportunité de jouer une place en Champions League. Je pense qu’on a l’expérience de la saison dernière.

Il y a 15 points en jeu aujourd’hui, combien en faut-il d’après toi pour accrocher le podium ?
Si on en prend 12, je pense qu’on y est, mais il faut viser 15 points. Surtout qu’on a l’avantage de jouer contre des concurrents directs. C’est à double tranchant, mais au moins on a notre destin entre les pieds.

Comment expliques-tu le parcours d’équipes comme Montpellier et Bordeaux ?
Je suis surpris par la constance d’Auxerre. Mais il y a une équipe qui vit ensemble depuis quelques années, et en plus il y a un très bon entraîneur. Et puis c’est vrai que ces deux équipes ne vivent pas avec la même pression que nous ou que Marseille par exemple. Mais quoi qu’il arrive ils font une très belle saison.

Jean-Alain tu retrouves enfin le terrain, quels sont tes objectifs personnels de fin de saison ?
Mon objectif personnel est lié au collectif, donc c’est participer activement à la bonne fin de saison de l’OL, et puis bien évidemment être dans les 23 pour la Coupe du Monde. Et si j’y suis, c’est pour être actif. Ca veut dire être performant si je joue, et participer à la vie du groupe, être affable avec mes partenaires si je ne suis pas sur le terrain. Je ne vais pas casser des tibias pour pouvoir jouer (rires).

Comment est-ce que tu vas gérer l’enchaînement des matches en vue de cette liste des 23 ?
Il faudra être intelligent, c'est-à-dire être prudent par rapport à cet enchaînement. J’ai eu une rechute la dernière fois avec la répétition des matches, donc je verrai tout cela avec le staff et le coach, pour ne pas me griller pour la liste.



Tu vas affronter successivement Montano et Jelen, une préférence peut-être ?
Non, quand on est défenseur il faut s’adapter. Ma seule préférence c’est d’être bon.

Tu parlais de la Coupe du Monde, tu penses à un podium ?
Il y a une flopée d’équipe qui peut jouer pour la gagner. Le Brésil, l’Argentine, l’Angleterre, la France, l’Espagne mais aussi l’Allemagne et les Pays-Bas. Après certaines ont un petit avantage. D’autres vont moins bien démarrer et mieux finir. En tout cas j’espère que la France fera au moins parti du dernier carré.

Tu ne penses pas que l’équipe de France ne part pas sur de bonnes bases ?
Avec tout ce qu’elle a traversé (rires)... Je ne pense pas que ces histoires puissent être un handicap. Ces deux dernières années, il y a eu beaucoup de critiques. Il faut éviter de trop les écouter. Il ne faut pas être con et en tenir compte, il faut savoir ne pas les écouter, et surtout rester humbles.

Pense-tu que c’est sympa d’avoir Mourinho en entraîneur quand tu es défenseur ?
C’est un grand entraîneur. Comme Benitez et Van Gaal, c’est le top. Ils ont un peu le même style de jeu. Il faut être dans les petits papiers bien sur pour en profiter, mais être entraîné par des gens comme ça c’est le top. Ranieri qui m’a coaché est aussi un très bon entraîneur, malheureusement il m’a mis à la cave (rires).

Tu n’as pas cité Claude Puel ?
C’est un très bon entraîneur, c’est sincère je le pense. Maintenant par rapport à ceux que j’ai cités, il lui manque encore des titres au niveau international. 

Quel bilan tu tires de la saison européenne ?
J’aime bien être positif. Je pense qu’on a fait un super parcours. Ok on prend une petite correction face au Bayern, mais dans l’ensemble, c’était assez bon. Et pour améliorer cela il faut se qualifier pour la prochaine. Ne pas la jouer serait une déception. Maintenant on peut toujours se relever d’une saison sans Ligue des Champions. Le Bayern l’a fait.

Sur le même thème