masculins / Bastia - OL J-2

Brêves d'entraînement... brêves... brêves

Publié le 27 janvier 2005 à 11:59 par R.B

[IMG4478L]Un lendemain de match dans le vent de <b>Tola Vologe</b>. Ceux qui ont joué ne se sont pas attardés dans le froid ; les autres ont eu droit à une séance de physique avec <b>Robert Duverne </b>et un petit jeu sur le synthétique... Coupet est revenu sur un arrêt que M. Lannoy ne lui a pas accordé... Edmilson était aussi présent...

Un lendemain de match dans le vent de Tola Vologe. Ceux qui ont joué ne se sont pas attardés dans le froid ; les autres ont eu droit à une séance de physique avec Robert Duverne et un petit jeu sur le synthétique. Dur, dur… ces conditions climatiques. « Avec le temps de mercredi soir, les gars ont dépensé 10% d'énergie en plus par rapport à des conditions normales. Il faut bien évidemment en tenir compte. Il faudra bien faire quelque chose un jour au sujet du calendrier… ». Robert Duverne est un peu en colère. En attendant, que cela change, il surveille Sylvain Wiltord qui a accéléré sa préparation.



Quelques instants auparavant, Grégory Coupet s'apprête à quitter Tola Vologe. Quand on lui dit qu'il n'a rien eu à faire contre Rennes, il répond du tac au tac : « et l'arrêt que je fais en seconde période sur la frappe de Bourillon ? ». Oui, mais M. Lannoy n'a pas accordé le corner aux Bretons. « Et alors, je la touche ; pour moi, c'est un arrêt, peut-être même décisif. A Lille, quand Dumont manque sa frappe qui se transforme en passe pour Moussilou, est-ce que cette passe n'est pas comptabilisée dans les passes décisives ? Là, c'est pareil ». Bon, si tu veux. Effectivement, « Greg » l'a touché ce ballon ; le ralenti le prouve. Et à part ça ? « C'était chiant mercredi soir avec ce vent, ce froid… Ces conditions ne sont agréables pour personne ».



On remonte le temps de cette matinée…par la visite d'Edmilson. Le Barcelonais n'a pas oublié son français en quittant Lyon pour Barcelone. Comment se porte l'artiste Brésilien ? «Cela fait maintenant 4 mois que je me suis blessé contre Numancia. Cela a été difficile à vivre au début parce que c'était simplement mon 5ème match avec le Barca. Mais, bon, ce sont les risques du métier (rappelons que l'ancien défenseur lyonnais a été opéré du genou pour une rupture des ligaments). L'équipe ? Elle va bien ; il faut continuer car le Real Madrid n'a pas encore perdu le championnat. Cela fait maintenant 6 saisons que notre club n'a rien gagné ; il faut remporter quelque chose… le titre ou la Champions League. Pourquoi pas les 2. Mais notre effectif n'est pas pléthorique. Rencontrer l'OL en Champions League ? Cela pourrait arriver, mais avant nous devons éliminer Chelsea et l'OL doit en faire de même avec le Werder ».



Le grand « Edmi » se sent bien en Espagne dans ce club particulier. « C'est spécial, parce que nous représentons aussi la Catalogne. Il y a 120 000 socios. Le foot est différent en Espagne. Les joueurs aiment recevoir le ballon dans les pieds ; ils jouent court et ils le touchent plus souvent le ballon qu'en France. En France, c'est plus physique. Au début, il a fallu que je m'adapte… Ce poste de milieu défensif, c'était prévu. J'avais la même position qu'avec l'équipe du Brésil. » Et l'OL ? « Je regarde ; je me tiens au courant. Contre Rennes, les conditions n'étaient pas bonnes pour jouer au ballon. Ce ne fut pas un match de haut niveau. Je suis resté en contact avec Claudio, Juninho, Elber. Je ne suis pas surpris par les résultats. Le président a fait et fait des belles choses. Ce club est compétitif à tous les niveaux. Il n'a rien à envier aux grands d'Europe. Cris ? Je le connais depuis l'époque des jeunes. Je connaissais ses qualités. Il a profité de son expérience malheureuse au Bayer Leverkusen pour s'imposer cette fois ci en Europe. Il fait une très bonne saison. Lille? Je crois que cette équipe va baisser de régime et qu'elle aura du mal à être dans les 3 premières à la fin du championnat. Parmi les concurrents de l'OL, je vois plus Monaco, Marseille...".



Edmilson espère rejouer en avril et participer à la fin de saison de son équipe. Que faisait-il à Lyon ? « Je suis venu avec ma famille parce qu'un ami portugais qui m'a beaucoup aidé quand je suis arrivé en France est malheureusement décédé… ».



R.B

Sur le même thème