masculins / #CultureClub

Bruno Genesio : « Je l’ai dit plusieurs fois que j’aimais mes joueurs »

Publié le 21 mai 2016 à 15:03 par SC

Sa présence dans Culture Club ce vendredi sur OLTV a été l’occasion pour le coach lyonnais de faire un bilan de cette saison renversante, de se confier sur la relation particulière qu’il a avec ses joueurs mais aussi de se projeter vers le prochain exercice.

Comment résumeriez-vous cette saison 2015-16 ?
« Il y a eu trois périodes dans la saison. La première avec une intersaison agitée où il y a eu des tensions. La deuxième, où on a été en grande difficulté notamment en fin d’année. Ça nous a couté très cher pour la suite. Le jeu et l’état d’esprit de l’équipe se sont liquéfiés. C’était inquiétant. La troisième partie, c’est la phase retour avec un premier mois un peu mitigé et des résultats non conformes à la qualité de jeu. Le déclic a été le match de Paris, qui a propulsé l’équipe sur les bons rails. On a fini en boulet de canon. Remonter 10 points en 7 matchs, c’est fort.

Sur quels leviers vous êtes-vous appuyé pour relancer la machine à l’intersaison ?
Dès le stage à Marbella, on a organisé des réunions pour mettre en place le cadre, les règles de vie et l’exigence qu’on attendait à l’entraînement et en dehors du terrain. Il fallait se dire les choses et les définir. On a beaucoup insisté sur le respect. On a eu beaucoup de satisfaction par rapport à cela.

Quelle importance accordez-vous à la complicité coach-joueurs dans de bons résultats ?
L’image de la célébration collective contre Toulouse est belle. J’ai besoin de cette relation avec les joueurs. Je pense que c’est indispensable. La rigueur et le sérieux n’empêchent pas la bonne humeur, la rigolade. Je l’ai dit plusieurs fois que j’aimais mes joueurs. Ça ne veut pas dire qu’il faut les laisser tout faire. Les aimer, c’est les soutenir, leur faire accepter que des fois c’est un peu plus difficile. Je veux être toujours là, à leurs côtés. C’est ma façon de faire… J’avais l’avantage de bien connaitre les joueurs. J’avais leur adhésion. C’est la raison pour laquelle j’ai accepté la mission. L’ambiance est aussi liée aux résultats. La confiance est indispensable entre les joueurs et le staff. Même en difficulté, on n’a pas montré de signes de faiblesse. A l’image du match contre Nice, où on a su renforcer nos convictions même dos au mur.

Quel sentiment dominait dans le groupe avant le choc final face à Monaco ?
J’étais très très confiant avant le match. Avant Ajaccio, j’étais plus tendu. Lors de la semaine d’entraînement, j’ai senti les joueurs dans un état d’esprit où il ne pouvait pas nous arriver grand-chose. Il y a avait une force qui se dégageait. Je leur ai dit de s’amuser, que c’était un match exceptionnel à jouer. Il fallait profiter de ces moments, qu’il y ait du plaisir, de l’enthousiasme. Ce discours les a désinhibés, je pense. Le stade nous a aussi poussés. On se sent très forts dans ce genre de matchs.

Comment avez-vous réagi après cette fausse note contre Reims ?
Je suis sorti déçu car je suis un compétiteur. Je voulais qu’on termine bien en battant le record du nombre de points pris sur la phase retour. Je pouvais comprendre qu’il y ait une petite décompression. Il y a eu aussi quelques changements dans l’équipe donc j’ai aussi ma part de responsabilité. Je ne peux pas en vouloir à mes joueurs.

Allez-vous avoir un œil attentif sur la finale de Coupe de France samedi ?
Oui, je vais regarder pour savoir si on jouera le Trophée des Champions ou non. Mais je ne serai pas supporter du PSG. On aimerait jouer ce Trophée des Champions. C’est un match de compétition qui nous permet de bien préparer le début de championnat et de se mettre dans le bain. Et il y a un trophée au bout surtout. Ça nous permet d’avoir déjà un objectif en début de saison.

Quel est votre actualité en ce moment une semaine après la fin du championnat ?
On est déjà projetés vers la prochaine saison. On est dans la préparation pour composer l’effectif et programmer la reprise. Certains joueurs reprendront le 23 juin, d’autres un peu plus tard. Il faut tout planifier. Ce n’est pas la meilleure période, même si ce n’est pas la plus dure non plus.

Est-ce que vous craigniez cette période de transferts ?
C’est toujours la crainte. Le mercato est une période délicate. On veut savoir avec quel groupe on va travailler mais il y a plein d’incertitudes. Il faut vivre avec et essayer d’anticiper au maximum. Alexandre Lacazette ? Je n’ai pas envie de le perdre. Le meilleur recrutement est de garder nos meilleurs joueurs comme lui, Umtiti, Lopes, Gonalons, Darder, Ferri, Jallet… Il y en a plein que je peux citer. Il faut les garder si on veut être ambitieux.

Est-ce que des modifications sont prévues dans le staff ?
Non. Michel Audrain ne sera pas remplacé. Je garde en adjoints Gérald Baticle et Claudio Caçapa, avec chacun des fonctions élargies pour ce qui concerne les attaquants et les défenseurs. Joël Bats garde son statut d’adjoint à temps plein. Antonin Da Fonseca et Dimitri Farbos, les deux préparateurs physiques, ont fait du très bon boulot.

Quel regard portez-vous sur l’évolution de Rachid Ghezzal ?
Je ne suis pas étonné. J’ai eu l’idée de le replacer sur le côté droit car je pensais qu’à gauche gauche, il manquait un peu de vitesse, de puissance. Il apporte plus avec son pied gauche lorsqu’il joue de l’autre côté. Il a continué de travailler et de s’accrocher. Il a trouvé une efficacité qu’il n’avait pas avant. Il a des statistiques de haut-niveau. Il a surtout su reproduire en match ce qu’il faisait à l’entraînement. Sa réussite, il en est le premier responsable.

Comment expliquez-vous l’absence d’Alexandre Lacazette dans la liste des 23 pour l’Euro ?
Je ne sais pas. Il faut jouer à l’étranger, si on écoute le sélectionneur. Je pense qu’il ne fallait pas déclarer ça. C’était déplacé de dire qu’on a plus de chances d’être sélectionné lorsqu’on joue à l’étranger plutôt qu’en France.

Est-ce qu’Anthony Lopes peut espérer une place de titulaire avec le Portugal ?
Je ne sais pas ce que le coach va faire mais il n’est pas dans cet état d’esprit. C’est déjà bien qu’il soit dans la liste. Ça va être une superbe expérience pour lui avec ce match au Parc OL aussi, qui sera un moment extraordinaire. »