masculins / Le Mans - OL : 1 - 0

Ca tombe mal !

Publié le 16 février 2008 à 20:08 par BV

Cette semaine, les Lyonnais ont bien tenté d’évoquer le moins souvent possible Manchester, rappelant qu’avant le très attendu huitième de finale aller de Ligue des Champions se tenait un important déplacement au Mans.

Pourtant, sur la pelouse du stade Léon-Bollée, ils ont donné l’impression d’avoir la tête ailleurs. En panne d’inspiration, sans envie ni sursaut d'orgueil, ils ont rendu une copie bien terne. Il fallait produire une prestation de qualité pour bien préparer la réception de Manchester : c’est raté. Il fallait se rassurer défensivement : c’est partie remise. Il faudra donc se montrer brillant et hermétique sur le tas.

Tout ne fut pourtant pas à jeter, notamment dans le domaine défensif. Le bloc lyonnais sembla longtemps en mesure de ramener le premier blanchissage en championnat depuis le déplacement victorieux à Rennes le 24 novembre 2007 (0 – 2). Mais un oubli a suffi à singulièrement assombrir le tableau : sur un centre de Camara, Yebda dévia de la tête pour De Melo qui reprit de volée pour tromper Coupet (71e). Jusqu’alors, Squillaci et les siens avaient pourtant plutôt bien contenu les assauts des Manceaux. Tour à tour, Sessegon et Matsui avaient crocheté François Clerc mais manqué de justesse dans la finition (7e et 37e), De Melo pas suffisamment appuyé sa tête (12e), Toto Squillaci dégagé en corner le centre tendu de Calvé (15e) et Coupet accompagné au dessus de sa transversale celui de Gervinho (22e). En seconde période, le portier rhodanien avait aisément capté les tentatives de Romaric (64e) et Gervinho (68e).

En revanche, en l’absence de Fred, cloué au lit par une angine, et Benzema sur le banc, le domaine offensif lyonnais ne brilla jamais par son imagination et son allant. Les leaders de la Ligue 1 traversèrent ainsi la première période sans parvenir à prendre le jeu à leur compte : deux frappes de Kim Källström contrées par la défense mancelle (12e et 21e) ; un tir hors cadre d’Hatem Ben Arfa (26e) ; deux coups francs de Juninho au dessus (32e) et sur Pelé (39e). Après la pause, le portier manceau capta la frappe lointaine d’Hatem Ben Arfa (49e) et De Melo contra la reprise en talonnade de Boumsong (56e). Plus inquiétant : après l’ouverture du score mancelle, les joueurs d’Alain Perrin ne se procurèrent pas la moindre occasion de but.

Malgré l’entrée en jeu de Karim Benzema et le passage en 4 – 2 - 3 - 1 après celle de Kader Keita à la place de Juninho, l’OL fut incapable d’inverser la tendance. Bien au contraire, ce sont les joueurs du MUC 72 qui auraient de nouveau pu tromper Grégory Coupet s’ils s’étaient montrés plus adroits et inspirés : Gervinho oublia De Melo et Matsui seuls sur sa gauche (76e) ; Coupet capta le coup franc de Romaric (81e) ; Sessegnon n’attrapa pas le cadre (84e) ; Gervinho négocia très mal un deux contre un (90e).

Malgré la pâle prestation offerte par les Rhodaniens, les motifs d’espérance demeurent. L’intensité de la Ligue des Champions n’a en effet rien à voir avec un match avancé de Ligue 1 au Mans, le rouge de Manchester devrait ainsi bien plus les inspirer que celui du MUC 72. Les plus optimistes rappelleront par ailleurs qu’avant leur inoubliable succès à Glasgow (3 – 0), les Lyonnais s’étaient inclinés à Caen (0 – 1), oubliant comme ce soir de jouer. Si ce non-match présage pas d'une débâcle face à Manchester United (dans le même temps vainqueur d'Arsenal 4 - 0) mercredi à Gerland, c’est parce que cet OL-là a autant de talent que de caractère. Hyde dans la Sarthe samedi, il possède suffisamment de technique et de folie pour se muer en Jekyll à Gerland mercredi…
Sur le même thème