masculins / La Gantoise - OL

Canaux, pavés et cathédrales

Publié le 16 septembre 2015 à 12:22 par SC

Située entre les effervescentes de Bruges et Bruxelles, la ville flamande de Gand par son centre-ville historique est un coin de douceur qui se découvre le long des canaux, au fil des petites ruelles pavées et des monuments médiévaux.

Elle est à la fois moderne et contemporaine, colorée et terne. La ville de Gand, qui doit son nom du mot celtique « Ganda » signifiant confluent, est traversée par différentes idées, différents courants. Située au confluent de la Lys et de l’Escaut, le chef-lieu de la Flandre-Orientale regorge de canaux, de fines rivières, de ponts par dizaine. Gand, sa tradition pour les fleurs et son architecture flamande se savourent au fil de l’eau. Mais aussi des pavés.

Le centre historique de la quatrième ville de Belgique, largement inspiré de son époque médiévale à l’image du Château des Comtes, est une immense zone piétonne où les voitures sont minoritaires. Un musée à ciel ouvert en quelque sorte. Piétons, cyclistes ou passagers des wagons de tramway à l’ancienne y sont rois. Ils ont pris possession des lieux. Pas étonnant que le calme règne dans cette bourgade, pourtant, de plus de 250 000 habitants. Le bruit des pavés foulés est quasiment le seul à occuper l’espace sonore. Une fois par heure, le clocher de certains édifices religieux s’invitent dans la danse.

Le plus incontournable de ceux-là est la cathédrale de Saint-Bavon, dont la cime est perchée tout là-haut dans le ciel grisâtre de Gand. Imposant, l’édifice présente une architecture gothique. Il se refait une beauté depuis 2013. Malgré les travaux, certains supporters lyonnais, qui sont plus de 500 à avoir fait le déplacement, profitent du cadre grandiose, d’un centre-ville apaisé loin de l’agitation et du brouhaha d’autres cités. Une promenade dans la douceur flamande tout simplement.

Sur le même thème