masculins / Du côté de Bordeaux

« Capables de battre n’importe qui »

Publié le 16 mai 2015 à 08:00 par SC

Avec ses 9 buts et 4 passes décisives au compteur pour sa première saison en Gironde, Wahbi Khazri n’a pas perdu de temps pour s’imposer comme un homme fort de Bordeaux. Le néo-meneur de jeu de 24 ans croit aux chances de son équipe de faire un coup à Lyon et accrocher l’Europe.

Quel bilan faites-vous de cette saison sur le plan collectif ?
« Le bilan collectif se fera forcément à l’issue de la saison. Nous avons raté quelques opportunités pour se positionner plus haut au classement. Je pense que nous avions les qualités pour parvenir à ce niveau. Cela se joue à des détails. Que ce soit face à Metz ou à Lille dernièrement, nous nous créons des occasions mais sans les convertir. Nous perdons ainsi des points bêtement. Désormais, il faut se concentrer pour finir au moins dans les six premiers. Si Paris gagne la Coupe de France, cela nous permettrait d’être européens. Ce serait une saison correcte. »

Sur le plan personnel ?
« Individuellement, je suis content de ma saison, mais je sais que je suis capable de faire mieux. J’espère que j’aurai l’occasion de le faire lors des exercices à venir. Il ne faut pas non plus oublier que la saison actuelle n’est pas terminée, j’espère me montrer décisif sur les deux derniers matches à disputer. »

Vous êtes le troisième meilleur buteur sur coup-franc de L1 depuis 2012-13. Quelle importance dans votre jeu, dans votre travail accordez-vous à cet exercice ? Un mot sur les coups-francs de Clément Grenier…
« Si jamais une opportunité se présente, j’ai toujours à cœur de m’appliquer à bien tirer. J’essaye toujours de le tirer de manière à ce que ce soit dangereux. Cela ne change pas en soi ma manière de tirer, de jouer ou d’aborder mes matches… J’ai côtoyé Clément Grenier en Equipe de France Espoirs. C’est un bon ami. Il aime bien tirer les coup-francs à la manière de Juninho, et il le fait très bien. Il faudra absolument éviter de faire des fautes bêtes aux abords de la surface car nous savons de quoi il est capable. J’espère qu’il n’aura pas l’occasion de briller face à nous. Il aura tout le temps de le faire durant le dernier match. »


«Si nous faisons un nul à Lyon et que Paris bat Montpellier, nous assurons notre sixième place au minimum. Nous tenterons de faire une belle prestation, et pourquoi ne pas ramener les trois points. »


 

Replacé en tant que meneur de jeu par Willy Sagnol, est-ce que c’est le poste qui vous convient le mieux ?
« Oui, je me sens bien dans cette position. Depuis que je suis passé professionnel, j’ai évolué à divers postes. J’essaie de m’adapter à ce que me demande de faire le coach. Derrière l’attaquant, c’est un poste qui me plaît beaucoup. J’ai cette faculté à me libérer offensivement, j’aime ce poste car il me le permet. »

Quel est l’objectif, l’ambition de ces deux derniers matchs de la saison ?
« Comme toujours, nous voulons prendre le plus de points possible. Si nous faisons un nul à Lyon et que Paris bat Montpellier, nous assurons notre sixième place au minimum. Nous tenterons de faire une belle prestation, et pourquoi ne pas ramener les trois points. Il faut faire plaisir aux supporters et ainsi s’offrir une belle fête dans notre nouvelle enceinte lors du dernier match de la saison. »

Est-ce que c’est le meilleur moment selon vous de jouer l’OL, qui est désormais assuré de sa deuxième place ?
« Nous sommes les Girondins de Bordeaux, pas une équipe du bas de tableau. Nous visons les premières places. Il n’y a pas de bon ou mauvais moment pour affronter ce type d’équipe. Nous devons être prêts pour ce type de rencontres. Nous sommes capables de battre n’importe qui. Nous l’avons montré face à Paris, Marseille, Monaco ou Saint-Etienne. Quatre équipes du top 5 ! J’espère qu’on pourra accrocher Lyon à notre tableau de chasse pour avoir battu les cinq. »

Comment expliquer le fait que vous ayez souvent répondu présent face aux équipes de tête cette saison ?
« Souvent, les équipes moins bien classées jouent plus reculées face à nous. Nous préférons largement les équipes qui se lâchent et qui se découvrent. Les grosses équipes font leur jeu, il y a plus d’espace, cela nous convient mieux. Contre des équipes regroupées derrière, c’est plus difficile. »

La défaite 5 à 0 du match aller est-elle dans les têtes au moment de venir à Gerland ?
« Non, nous avons effacé ce match aller. Mais c’est vrai qu’à l’approche de cette rencontre retour, les souvenirs de l’aller peuvent refaire surface. Nous sommes concentrés et prêts à laver l’affront. »

Quel regard portez-vous sur cette équipe de l’OL et sa saison ?
« L’attaque, sans hésiter, est la grande force de cette équipe. Avec Alexandre Lacazette et Nabil Fekir, ils ont deux joueurs exceptionnels qui réalisent une saison magnifique. Pour moi, ce sont les deux maillons forts de cette équipe lyonnaise. »

Comment avez-vous vécu ce dernier match de l’histoire à Chaban-Delmas ?« C’était un grand moment pour la dernière à Chaban. Il y avait aussi les adieux de Marc Planus dans ce stade, c’était superbe. Nous avons pris trois points qui nous permettent de rester dans la course à l’Europe. De tous les points de vue, c’est une soirée réussie ! Au-delà de l’adieu à Lescure, nous voulions absolument ces trois points. C’était l’objectif numéro un. Et nous savions qu’en gagnant nous rendrions forcément le public heureux. Cela nous tenait vraiment à cœur. »

 

Sur le même thème