masculins / OM - OL J-4

Carew: "C'est à moi de m'adapter..."

Publié le 10 août 2005 à 13:17 par R.B

[IMG6419R]Que de monde ce matin à Tola Vologe pour l'entraînement des Lyonnais ! Du monde derrière les balustrades pour supporter… du monde en salle de presse pour interviewer ; notamment des télévisions venues pour <b>John Carew</b>. Le Norvégien, victime hier d'un petit bobo vers la cheville, est resté aux soins. Tout comme Diarra. Quant à <b>Essien,</b> il a participé à l'entraînement avant de retrouver son agent Fabien Piveteau... Mais revenons au <b>Norvégien</b>...

Que de monde ce matin à Tola Vologe pour l'entraînement des Lyonnais ! Du monde derrière les balustrades pour supporter… du monde en salle de presse pour interviewer ; notamment des télévisions venues pour John Carew. Le Norvégien, victime hier d'un petit bobo vers la cheville, est resté aux soins. Tout comme Diarra. Quant à Essien, il a participé à l'entraînement avant de retrouver son agent Fabien Piveteau, présent dans les locaux du groupe professionnel. Du physique intense d'abord avant de retrouver le terrain pour une séance à base de petits jeux.



John Carew est donc venu s'asseoir devant les caméras de Télévision. Souriant, détendu, disponible, John a satisfait en anglais à la curiosité des télés. « Ce match contre Strasbourg a été un bon moment. Je suis content d'avoir marqué, mais le plus important, c'est l'équipe et la victoire. Moi, j'essaie de faire mon boulot du mieux que je peux afin d'aider l'équipe. Surpris par mes débuts ? Non. J'ai un challenge à relever. Marquer ? D'accord, mais le plus important, c'est de continuer de bien jouer et que l'équipe gagne. Mon but contre les Alsaciens ? Il est étrange. J'ai tiré et j'ai vu avec plaisir le ballon entré dans la cage. Une faute sur le défenseur ? C'est l'arbitre qui décide. L'OL ? Je connaissais l'équipe. Je l'avais vue jouer à la télé lors des matchs européens. Je suis content d'être ici ».



John est grand, très grand. Il est impressionnant par son physique. Cela lui a valu un surnom de la part du président Jean-Michel Aulas : « Le Jonah Lomu de l'OL » et un autre de Grégory Coupet : « L'animal ». Le savait-il ? « Non. Je l'apprends. Je prends cela comme un compliment. Mon jeu ? Je joue celui que je sais jouer. J'aime bouger un peu partout sur le terrain ; je ne suis pas statique… du moins, j'essaie. J'apprécie le contact du ballon. J'ai de bonnes relations avec mes partenaires, même si elles demandent à être améliorées. C'est facile… nous n'avons pas à apprendre le football… il faut juste mieux se connaître ». Va-t-il changer le jeu des Lyonnais ? « Je ne sais pas si ma présence change le jeu du groupe. C'est à moi à m'adapter et non l'inverse ». Un journaliste lui demande s'il n'est pas trop nerveux quand il joue. «Vous devez toujours vous contrôler ; mais il faut garder une part d'excitation. Si vous êtes mou, ce n'est pas bien. Il y a donc un équilibre entre les deux états à trouver. Je ne cherche pas à impressionner mes adversaires par mon jeu, mon comportement. Je ne recherche que le jeu ».



Enfin, avant de déplier ses longues jambes, il fut question du choc OM – OL de dimanche. « Je sais. C'est un grand match pour les 2 équipes… ». John s'est levé; il a quitté tranquillement la salle de presse, en donnant au passage quelques tapes amicales. Avant de monter dans sa voiture, il s'est encore plié gentiment à d'autres demandes des télévisions. Puis en arrivant devant les supporters massés à l'entrée de Tola Vologe, il s'est arrêté pour signer des autographes. Décidemment, en quelques semaines olympiennes... deux ou trois attitudes, ce buteur a déjà montré un comportement de grand seigneur.



R.B