masculins / ASSE - OL J-2

« Ce dont tout footballeur peut rêver »

Publié le 08 décembre 2012 à 10:00 par R.B

Maxime Gonalons évoque le fameux derby. L’international tricolore rappelle ses souvenirs et sa volonté de gagner…

 Maxime, comment aborde-t-on un match face à Saint-Etienne ?
« Il a toujours une saveur particulière. La plupart des jeunes ici le considère comme le match de l’année, celui de toute une région. Pour les supporters, c’est le match à ne pas perdre. Je me souviens de la saison passée où on avait réussi à l’emporter à trois reprises : c’était quelque chose de grand ! On va se donner les moyens de reproduire ce résultat dimanche, en tout cas le club et l’équipe sont déterminés à ramener une victoire de Geoffroy-Guichard ».

L’OL et l’ASSE occupent tous deux le haut du classement. Est-ce le derby le plus attendu de ces dernières années ?
« Oui. Peut-être le plus gros choc car l’écart est très mince. Saint-Etienne fait de belles performances depuis le début du championnat et en coupe. On connaît sa force, c’est une équipe redoutable à domicile. Ce sera à coup sûr une belle affiche avec une ambiance explosive… Bref, ce dont tout footballeur peut rêver ».

Au centre de formation on regardait les pros avec des yeux émerveillés (Sourire). A cette époque, l’OL gagnait souvent le derby… Ils ont montré la voie, à nous de s’en inspirer

 Ce « Chaudron », théâtre du passé glorieux des Verts, t’impressionne-t-il ?
« Je ne fais pas attention à cela, certes quand tu entres sur le terrain, il y a un engouement et une atmosphère spéciale. Mais seule la gagne compte ! L’entourage, famille, amis, me parlent de ce derby, il est coché sur le calendrier. Je suis impatient car c’est un match exceptionnel à disputer pour un joueur formé au club. Mais comme toute bonne rivalité, il faut en sortir gagnant ».

Si tu devais en retenir un souvenir ?
« Il y en a trop ! D’abord en 2004 ce succès 3-2, avec le but vainqueur de Sidney (Govou), ou encore un ballon piqué décisif de Tiago lors d’un 3-1 (en 2007). Moi, j’étais jeune. Au centre de formation on regardait les pros avec des yeux émerveillés (Sourire). A cette époque, l’OL gagnait souvent le derby… Ils ont montré la voie, à nous de s’en inspirer ».

Et en tant que protagoniste ?
« Lorsque j’étais en CFA, sous les ordres de Robert Valette, on s’était imposés 3-0 là-bas. J’avais même marqué un but. J’ai les images chez moi ! Je me souviens d’Anthony Réveillère, qui revenait de blessure, il évoluait à nos côtés et s’est montré surpris par l’agressivité de part et d’autre. Ces souvenirs restent gravés dans ma tête ».

Sur le même thème