masculins / OL F�nin

Cécile Locatelli : le football féminin doit évoluer

Publié le 10 mai 2005 à 11:15 par LB

Cécile Locatelli, capitaine de l'Olympique Lyonnais Féminin revient sur l'évolution du football féminin en France, sur les changements qu'elle a pu constater tout au long de cette saison après l'intégration au sein l'OL, mais aussi les perspectives d'évolution pour son sport.



"L'intégration à l'OL a apporté du changement et nous en apportera encore. Nous avons pu le constater cette année et cela ne va aller quand s'améliorant. Nous avons la chance de bénéficier de la logistique de l'OL ce qui est une bonne chose pour nous. Avec le FC Lyon Féminin nous étions arrivées au bout du chemin, nous n'avions plus les moyens de faire plus, l'OL nous donne les moyens d'évoluer".



"Le gros problème que le football féminin rencontre aujourd'hui se situe au niveau du statut des joueuses. Le football féminin en France est encore totalement amateur juridiquement alors que sur le terrain nous tendons vers le professionnalisme.

Par le biais de l'OL et d'autres clubs pros nous pourrions arriver à une semi professionnalisation du milieu, ce qui serait une grande victoire. Cela passera peut être par la création d'un syndicat. Ce sont des clubs importants, ils ont de la puissance, la fédération ne pourra que les écouter. Nous, on travaille dans les clubs, il faut que notre travail soit reconnu.

Tant que la Fédération Française de Football n'aura pas la volonté de créer un statut professionnel ou semi professionnel, le football féminin ne progressera pas. Dans d'autres pays comme la Suède, le Norvège ou encore l'Allemagne, le football féminin a évolué grâce à l'intégration de ces statuts, les filles ont évolué socio-professionnellement, elles ont droit à une couverture sociale, c'est tout un système qui s'est mis en place. Et les résultats sont au rendez vous, l'Allemagne est Championne olympique en titre.

Si on veut que le football prenne en qualité, ça passe par là. Augmenter le nombre de séances d'entraînement par semaine est une bonne chose, mais par expérience, comme on peut le voir aujourd'hui à l'Olympique Lyonnais avec les Américaines, la récupération est très importante. Avec une semaine de travail normale, il nous est impossible de récupérer comme elles d'un match ou d'une séance d'entraînement. A un moment donné on connaît un passage à vide durant la saison, le statut semi professionnel pourrait gommer certaines carences."



"L'instauration de critères dans le football féminin a été une bonne chose notamment au niveau du staff technique. Un entraîneur de 1ère division féminine est aujourd'hui dans l'obligation de détenir des diplômes, notamment le diplôme d'entraîneur fédéral. A l'OL, nous avons la chance d'avoir un staff compétent et complet, un entraîneur, un préparateur physique, de très bons kinés…"



"Dans mon cas personnel j'ai eu la chance en travaillant dans le football de pouvoir aménager mon emploi du temps en fonction des compétitions mais toutes les joueuses n'ont pas eu cette chance. Je me souviens que certaines filles étaient obligées de prendre sur leurs congés pour pouvoir partir avec la sélection nationale, elles se retrouvaient coincées pour prendre des vacances car elles ne disposaient plus de jours de congés.

Le football féminin demande plus de reconnaissance, plus d'aménagement, il nous faut du concret."



"Notre intégration au sein de l'Olympique Lyonnais à fait prendre conscience aux gens que même un très grand club, plein d'ambitions et d'objectifs pouvait s'intéresser au football féminin. Mr Aulas voit dans le football féminin un très grand avenir. Après avoir fièrement porté l'écusson du FC Lyon, aujourd'hui nous avons celui de l'OL et nous en sommes très heureuses. C'est un honneur, une chance de pouvoir jouer avec ces couleurs. Les joueuses par leur sérieux, leur investissement prouvent qu'elles sont très fières de représenter le club en France et à l'étranger. Au niveau des dirigeants, l'intégration a redonné un second souffle à leur engagement.

Ce qui nous a agréablement surpris a été l'engouement des supporters autour des équipes féminines. Ils sont toujours présents. Nous avons su conquérir un nouveau public en plus de nos fidèles. Il est appréciable de constater que les supporters de l'équipe masculine viennent nous encourager et prennent du plaisir à nous voir évoluer. Ils ne font pas de différence entre les deux footballs c'est très important."





LB

Sur le même thème