masculins / Ajaccio - OL J-1

Cela redémarre par un tour en Corse...

Publié le 03 mars 2006 à 21:00 par R.B

En perdant à Lens et contre Rennes, le mot d’ordre se résume facilement : Ajacciens et Lyonnais n’ont pas le choix. Les premiers pour tenter de se sauver ; les seconds pour laisser à distance des Bordelais de plus en plus affâmés à l'idée de coiffer la possible couronne de France...

« Ce match à Ajaccio est important, intéressant sur le plan de la performance et du résultat ; nous avons besoin de récupérer de la confiance. Pas question pour autant de faire une obsession sur notre poursuivant Bordeaux. Nous savons ce que nous avons à faire pour atteindre nos objectifs. La course en tête n’est jamais facile ; nous n’avons jamais dit que nous serions tranquillement champions. Nous souffrons actuellement, mais nous avons la capacité de repartir, de gagner surtout lorsque nous devons surmonter l’adversité ». Gérard Houllier n’a pas oublié la défaite face à Rennes, mais il préfère se projeter sur le présent et l’avenir. Et les Corses, ont eu une semaine entière pour préparer quasi collectivement la rencontre de samedi, les Olympiens se sont contentés d’une petite séance et d’une mise en place en raison des nombreux sélectionnés en sachant que leurs obligations vont s’accélérer dans les jours qui viennent… sans pouvoir souffler, si tout va bien.

Battus lors des 2 derniers matchs (Bordeaux et Lens), les Corses de José Pasqualetti ont freiné leur course poursuite avec le 17ème de la L1, voyant même les Strasbourgeois les devancer au classement. Mais rien n’est encore perdu pour le maintien. « Il ne faut pas lâcher ; il faut y croire ; il faut tout faire pour prendre des points samedi ; il faut battre n’importe qui pour se remettre rapidement sur de bons rails… ». Le capitaine Rodrigo, sur le Site Internet du Club, donne le ton avant la réception du leader. Il poursuit : « je crois qu’il faudra s’imposer collectivement dès l’entame du match. Nous parvenons et nous parviendrons à faire un résultat uniquement si tout le monde presse l’équipe adverse. Enfin le soutien du public sera important ». Cela promet pas mal de dimension physique dans le jeu des Rouge et Blanc sans oublier leur qualité technique symbolisé par André Luiz, Chafni... Pour le réalisme, Moussa N’Diaye, qui a inscrit les 4 derniers buts ajacciens, voire Lucas, peuvent à tout moment trouver le chemin des filets adverses. José Pasqualetti sera toutefois privé de Rocchi, Jabi, Robin et Dzodic, voire d’Antonio Carlos.

Que reste-t-il de la claque rennaise dans les rangs olympiens? D’abord un sentiment de réaction et aussi la volonté de repartir de l’avant. «Les joueurs et le coach veulent réagir. Nous devons faire preuve d’abnégation et nous remettre en cause afin de repartir sur le droit chemin. On espère avoir commis toutes nos erreurs face à Rennes et ne plus en faire jusqu’à la fin de saison. Pas question de cogiter… ». Grégory Coupet résume l’état d’esprit du groupe avant ce voyage en Corse et conclut : «produire du jeu sera probablement très difficile en raison de l’état de la pelouse. De toute façon, à l’extérieur, nous sommes moins contraints de produire du jeu ; cela nous permet de plus resserrer les lignes qu’à domicile et nous sommes plus rigoureux ».

Ces Lyonnais s’exportent effectivement mieux qu’ils ne reçoivent. Plus de point par match… plus de but marqué et moins de but encaissé. Cela fera un an jour pour jour qu’ils sont aussi invaincus à l’extérieur et ce toutes compétitions confondues. Autre élément à considérer après un revers : ils n’ont plus perdu 2 fois de suite depuis le mois de novembre 2003 (à Anderlecht puis à Rennes) ; en championnat, il faut voyager un peu plus loin dans le temps et remonter au mois de septembre 2002 avec un déplacement à Nantes et une réception de Monaco. Cela tombe bien, Gérard Houllier a déjà dit : « une grande équipe ne perd jamais 2 fois de suite ». Comme il sait que lors des 7 rencontres précédentes d’avant rendez-vous européens, sa formation s’est imposée 7 fois ; les Ajacciens ayant déjà fait partie du lot quelques jours avant Olympiakos. Ce match samedi ? Pas sûr que l’ancien manager de Liverpool débute avec un milieu à 2 éléments surtout en déplacement. Des changements ? « Je tiendrais certainement compte du programme des internationaux qui ont joué en semaine avec leurs sélections et du match de mercredi soir face au PSV… ». Gérard Houllier n’a pas voulu en dire plus. Alors Berthod, Pedretti, Clément, Ben Arfa seront-ils, par exemple, alignés d’entrée ? Peu importe ce 11 de départ ! Une saison ne se joue pas à 11 ou 16 éléments comme les objectifs élevés se gagnent en groupe. Cette solidité collective nécessaire pour repartir avec des points de ce tour en Corse.
Sur le même thème