masculins / Mercato

C’était le « Policier »

Publié le 04 septembre 2012 à 10:51 par R.B

En huit saisons à l’OL, le défenseur brésilien est incontestablement entré dans l’histoire du club par son palmarès, ses qualités et son comportement…

Un coup de baguette magique et nous voici revenus au 28 août 2004. Associé au « captain » Claudio, un « chauve » fait ses premiers pas lyonnais en défense centrale. En quelques minutes,  les supporters ont compris que ce nouveau brésilien est une « très bonne pioche ». En deux ou trois interventions, il impose son physique, sa « méchanceté », sa science du poste, son envie de réussir. Cris vient d’arriver pour remplacer Edmilson.  Peu de temps après, Essien le surnommera « le Policier » pour sa façon de faire régner l’ordre sur les différentes pelouses.

Très vite, il devient un des chouchous des supporters. Très vite, il marque son premier but, face à Manchester United en LDC le 15 septembre… Très vite, il est titulaire. La carrière française du natif de Guarulhos est lancée sur des bases élevées.  Il y a « Juni », « Greg », « Claudio », « Maloude », « Sid », « Djila », « Abi »… Il y a, et il y aura, Cris.

 Ce Policier, simple soldat au début aux côtés de son partenaire préféré Cacapa, va disputer en huit  saisons 310 matchs sous le maillot olympien : 225 de L1, 56 de LDC, 29 de Coupes. Il va remporter 4 titres de champion de France, 2 Coupes de France, 3 Trophées des Champions. Il a marqué dans chacune des compétitions qu’il a jouée : 20 buts en L1 dont deux doublés (Bordeaux et ESTAC)… 3 buts en LDC (MU, à Rosenborg, à Fenerbahce), 1 but en Trophée des Champions (Sochaux), un en Coupe de la Ligue (Metz) et 2 en Coupe de France (à Ajaccio et à l’OM). Il a porté le brassard de capitaine après le départ de Juninho en 2009. Il a aussi retrouvé la Selecao pour la Coupe du monde 2006. Il compte 18 sélections.

Performances et récompenses collectives. Performances et récompenses individuelles. « Le Policier » a fait partie trois saisons de suite de l’équipe type de L1. Il a été élu meilleur défenseur central du championnat. Gerland a chanté son nom à maintes reprises. Inoubliable ses Cris… Cris… Cris… qui filaient la chair de poule en descendant des travées de l’enceinte lyonnaise ! Le guerrier auriverde a fermé l’axe central avec 17 partenaires différents : Cacapa, Müller, Diatta, Essien, Squillaci, Monsoreau, Bodmer, Boumsong, Mensah, Faure, Toulalan, Abidal, Lovren, Diakhaté, Gonalons, B. Koné, Umtiti. Il a avoué sa préférence pour son compatriote Claudio Cacapa. Quelle association ! Et quelle complicité aussi avec « Greg » à l’image de ces gestes d’encouragement ou de félicitation avant et après chaque rencontre. Avouons-le, il faisait partie de ces joueurs pour qui on allait à Gerland.

Un coup de tête rageur, une intervention musclée, une relance impeccable, une course dévastatrice, une montée décidée, une faute intelligente… Des gestes défensifs et offensifs pour sauver, rassurer, intimider…  Des images, des souvenirs…

Huit saisons lyonnaises inoubliables, même si ce ne fut pas toujours  un long fleuve tranquille. Il y eut des blessures. Grave à l’image de celle intervenue à Toulouse au début de la saison 2007-2008. Genou brisé en heurtant Elmander, il reviendra sept mois plus tard un 1er mars 2008 au Stade de France face au LOSC. Il y eut des blessures spectaculaires comme ce nez cassé à Eindhoven ou  ce KO à Liverpool. Il y eut la succession de pépins musculaires qui l’ont fragilisé ces deux dernières saisons au point de « l’envoyer »  chaque fois  à la retraite ». Il y eut aussi d’autres périodes délicates liées au contexte du moment. Cris, c’est aussi un caractère avec de l’assurance, de la sensibilité, de la fierté, de l’égoïsme… les attributs d’un sportif de haut niveau.

Il a été certainement le meilleur défenseur central de l’histoire du club… Il a été monstrueux…

Au fil du temps, le Brésilien n’était peut-être plus tout à fait le même « Policier » intransigeant mais il  a été remarquable lors de la finale de la Coupe de France face à Quevilly et encore très important lors du Trophée des Champions face au MHSC ou à Rennes lors de la première journée.

 Tout va très vite, trop vite, en football, mais impossible, impensable d’oublier Cris. « Il a été certainement le meilleur défenseur central de l’histoire du club… Il a été monstrueux… ».  Propos de Bernard Lacombe. Désormais, par son longévité et ce qu’il a apporté au club, on peut dire que Cristiano Marques Gomes a bien été un personnage qui a tenu un rôle majeur à l’OL…

Après Corinthians (1 titre de champion, 1 coupe du Brésil), Cruzeiro (1 titre de champion, 2 Coupes du Brésil), un court séjour au Bayer Leverkusen, l’OL, Cris à 35 ans va découvrir le championnat Turc en s’engageant avec Galatasaray. On lui souhaite tous les bonheurs du monde sous sa nouvelle tunique et de  régner notamment sur le trafic stambouliote. Un immense merci Cristiano.