masculins / OL - Auxerre J-1

Champion en passant ?

Publié le 25 novembre 2006 à 19:20 par BV

La statistique résonne comme une implacable vérité : depuis que Gérard Houllier a posé ses valises dans la capitale des Gaules, son équipe a toujours remporté le match de championnat précédant une rencontre de Ligue des Champions.

L’envers du miroir n’est pas aussi étincellement… de peu. Le bilan « post match de Ligue des Champions » des Rhodaniens comblerait en effet tous les entraîneurs du vieux continent. 9 victoires, 3 nuls et seulement 2 défaites : le tableau de chasse n’a, somme toute, rien d’infamant ! Avant leur dernier revers en Bretagne face à Pouplin et les siens pour le compte de la 12e journée, les joueurs de Gérard Houllier restaient même sur une série de 6 succès de rang, depuis un déplacement à … Rennes lors de la saison précédente. Une défaite que l’entraîneur olympien érige en exemple pour appeler ses joueurs à la « vigilance ». « L’an dernier, nous avions été très bons lors de notre déplacement à Eindhoven avant de perdre 4 buts à 1 à domicile contre Rennes. Le danger c’est de croire que « qui peut le plus peut le moins ». Cela va être beaucoup plus difficile qu’à Madrid ».
Une difficulté accrue par le regain de forme des Icaunais. Après une bonne entame de championnat, les joueurs de Jean Fernandez ont en effet connu un délicat passage à vide avant de retrouver du jeu en même temps que le Polonais Jelen, très en vue contre les Rangers jeudi. « Ils vont beaucoup mieux actuellement » souligne Gérard Houllier.

Comme lors des 3 saisons précédentes, l’affrontement entre Lyonnais et Auxerrois aura des allures de « rendez-vous des amis ». Après les retours, de Violeau et Luyindula, ce sera au tour de Benoît Pedretti de revenir à Gerland dimanche. Une opposition qui marquera également le « retour de l’(équipe) amie ». Le club champion de France en 1996 présente en effet la particularité de très bien réussir à Sidney Govou et Juninho. En championnat, « Sid » a déjà trompé Fabien Cool à 5 reprises (dont un doublé en 2000). C’est mieux pour Juninho qui présente un total de 6 réalisations (dont 1 triplé en 2002). Après l’incertitude née de sa cuisse droite, l’international français réintègre le groupe olympien pour la première fois depuis la réception de Valenciennes. Une munition offensive bienvenue pour un coach olympien à l’effectif déjà amputé de Tiago (coup au genou), Fred et Benzema (déchirure de la cuisse).

Autre bonne nouvelle pour Gérard Houllier, les déplacements à Sedan et Madrid ont marqué les retrouvailles de John Carew avec son football. Grand artisan du match nul ramené de la capitale espagnole, le Norvégien sera à n’en pas douter l’une des clés de la rencontre de dimanche. Un succès face aux Auxerrois, conjugué à une perte de points de leurs rivaux, et les Lyonnais seraient sacrés champions d’automne, un titre honorifique qu’ils doivent en partie à leur brillant été, et qui viendrait couronner un groupe au parcours jusqu’ici presque parfait. « Champion d’automne ? Cela ne m’évoque que les feuilles qui tombent » ironise Gérard Houllier pour définir le peu d’attention qu’il porte à ce type de récompense. Après avoir brillamment obtenu l’assurance de terminer pour la seconde année consécutive en tête de leur groupe en Ligue des Champions devant le Real Madrid, et devant les 12 points d’avance sur son trio de dauphins (avant la 15e journée), on imagine aisément que les ambitions des Lyonnais sont tout autres. Fidèles à leur philosophie consistant à aborder les rencontres « match après match », les coéquipiers de Juninho viseront donc avant tout les 3 points dimanche. Histoire d’être champions d’automne… au passage.
Sur le même thème