masculins / OL - Ajaccio J-1

Champions... samedi... dimanche... ou plus tard?

Publié le 07 mai 2005 à 14:14 par R.B

[IMG2056L]Tout le monde le sait, ce n'est qu'une question d'heures pour ce quatrième sacre de rang. L'OL sera-t-il champion ce samedi soir sans jouer… dimanche soir en s'imposant devant <b>Ajaccio</b>… ou un peu plus tard dans le pire des cas ? Attendre déjà jusqu'aux environs de 21h 45 pour savoir si cette couronne sera acquise le <b>7 mai </b>en regardant Monaco et Lille devant sa télé ou en écoutant la radio...

Tout le monde le sait, ce n'est qu'une question d'heures pour ce quatrième sacre de rang. L'OL sera-t-il champion ce samedi soir sans jouer… dimanche soir en s'imposant devant Ajaccio… ou un peu plus tard dans le pire des cas ? Attendre déjà jusqu'aux environs de 21h 45 pour savoir si cette couronne sera acquise le 7 mai en regardant Monaco et Lille devant sa télé ou en écoutant la radio. Pas vraiment excitant, ni fatigant sauf pour les ongles des plus anxieux. Monaco à Rennes et Lille en recevant le PSG n'ont pas l'embarras du choix pour espérer « l'impossible » exploit de doubler sur le fil ces Gones leaders depuis la 10ème journée : vaincre ! Cela ne semble ni compliqué, ni aisé en raison des ambitions des Bretons et des Parisiens en cette fin de saison. C'est donc clair… tout autre résultat qu'un succès des Monégasques et des Lillois consacreraient ce samedi soir les Lyonnais. Ils pourraient alors sortir le champagne sur le lieu de leur mise au vert sans en abuser et attendre de retrouver le lendemain leurs supporters pour partager en tenue ce titre mérité.



Admettons que l'une ou l'autre, voire les 2 équipes se soient imposées, cela obligerait les partenaires de Claudio Cacapa à s'imposer ou à partager les points dans le cas où seul Monaco aurait pris les 3 points la veille. Pour leur cinquantième match de la saison, tout le monde attend un cinquantième triomphant… en ce jour du 8 mai ; le jour de la célébration de la Victoire de 1945. Les 2 formations connaissant tous les résultats de cette 34ème journée, ils auraient tous leurs atouts en main. Les Olympiens bien sûr, au grand complet mis à part Pierre-Alain Frau toujours en soins. Des Olympiens qui devraient se présenter au coup d'envoi dans la même configuration que celle victorieuse à Auxerre. Pourquoi changer un onze qui gagne avec en plus des matchs désormais espacés ? Un groupe qui a manifesté son intention d'en finir le plus vite possible avec le « suspense ». Cela permettrait à tous les impatients de connaître en suivant la décision de Paul Le Guen !



Les Corses auront suivi, eux aussi, avec attention les résultats de Strasbourg, Metz, Caen, Nice, Nantes et Bastia… Avec 39 points, les Ajacciens ne sont pas complètement rassurés. Mais au regard de leur récent parcours, 3 défaites lors des 15 dernières rencontres ; 14 points pris à l'occasion des 6 derniers matchs, les hommes de Courbis ont le vent en poupe pour s'en sortir. S'il a fallu du temps pour dégager un collectif cohérent, c'est chose faite désormais. Solides derrière avec un axe Seck-Dzodic ; travailleurs et techniques au milieu avec les Ouadah, André-Luiz, Demont, les Corses peuvent compter sur leur buteur Lucas, 10 buts dont 7 de la tête, et la patte gauche de Chapuis appelé à remplacer le Brésilien Edson blessé. Vous secouez le tout avec une sauce à la Courbis… cela donne incontestablement un joli mélange.



Reste une dernière possibilité que personne ne souhaite, bien évidemment, dans l'entourage du club olympien et chez les supporters. Que ces Corses, qui n'ont jamais pris le moindre point en 8 visites à Gerland, mettent un terme à leur virginité. Ce ou ces points pris, joints à une victoire des Lillois contre les Parisiens, remettraient à plus tard le sacre tant attendu. Ce ne serait pas dramatique, mais ressemblerait fort à une faute de goût. Et comme les Lyonnais n'en ont quasiment pas fait cette saison, elle serait vraiment mal venue. D'autant qu'ils seront vigilants en se souvenant que le dernier visiteur, le PSG, est reparti avec les 3 points. Connaissant leur mental de compétiteurs, leur orgueil bien placé, leur envie de marquer l'histoire sans attendre… il semble plus qu'improbable qu'ils passent à côté de leur sujet. Ce 8 mai doit rejoindre dans les vitrines du club le 4 mai 2002, le 20 mai 2003, le 15 mai 2004. A choisir, franchement pour l'émotion, un quatrième titre le 8 mai, ce serait mieux qu'un 7 en éteignant sa télé ou son poste de radio !



R.B

Sur le même thème