masculins / OL - Nancy

Christophe Jallet : « On est tous dans le même bateau, on a tous une responsabilité »

Publié le 07 février 2017 à 15:00 par SC

Le latéral droit lyonnais était présent en conférence de presse à la veille d'affronter Nancy pour la 23ème journée de Ligue 1.

L’après-derby

« C’est toujours difficile de repartir. On a la chance de pouvoir enchainer trois jours après et de ne pas avoir trop de temps pour gamberger. On avait aussi perdu le derby en début d’année la saison passée mais on avait su relever la tête et faire une grosse fin de saison. »

L’ambiance dans le vestiaire après le match

« C’était très morose dans le vestiaire. Il y avait ce sentiment de ne pas avoir fait le job. On ne pouvait pas être satisfaits de ce qu’on avait fait. On n’a pas réussi à répondre à l’engagement de Saint-Etienne. On s’est quand même crées quelques occasions après la pause. C’est le premier gros rendez-vous raté cette saison. A nous de remettre la machine en route… Il faut montrer qu’on est des hommes, qu’on a une fierté. Tout le monde a son rôle de leader à jouer même si certains ont plus de facilité. Envoyer un message positif n’est pas forcément par la parole mais aussi par les actes… Le coach, les joueurs, on est tous dans le même bateau. On a tous une responsabilité dans cette défaite et cette mauvaise série. Il faut arrêter de taper sur le coach. Chacun doit balayer devant sa porte. »

Les objectifs de cette fin de saison

« L’objectif du podium est plus loin mais c'est un challenge supplémentaire à relever. On est là pour être performant. Il y a un peu moins de confiance. Le football, ça va vite dans un sens comme dans l’autre. »

Les entames ratées

« C’est un constat évident. Quand on prend une grosse pression d’entrée, on a du mal à ressortir les ballons, à tenir la dragée haute à notre adversaire. »

L’expulsion de Corentin Tolisso

« On n’aime pas voir ce genre de geste sur un terrain. C’est facile de lui jeter la pierre. Il y a beaucoup de gestes par frustration, c’est déjà arrivé. On est des hommes, ça déborde un peu des fois. Ça arrive de péter les plombs. Il n’a besoin de personne pour savoir que ce qu’il a fait n’est pas bien. Ca ne remet pas en cause ses qualités de joueur et d'homme. C’est une réaction épidermique, humaine qui arrive parfois… L’arbitre a manqué peut-être un peu de diplomatie sur le deuxième carton jaune de Rachid Ghezzal. C’est difficile à analyser. Le geste de Tolisso n'aurait peut-être pas existé sans cela. »

Les difficultés sur coup de pied arrêté

« C’est un indicateur de l’agressivité, de l’impact, de l’état d’esprit. C’est une question de concentration. On concède beaucoup d’occasions sur cette phase jeu. Il faudra encore travailler là-dessus. Ce sont des phases de jeu importantes qui peuvent nous pénaliser. »

Sur le même thème