club

24. Claude Puel

Il est le 24e entraîneur du club. Il est aux commandes de l'équipe fanion pendant trois saisons entre 2008 et 2011.

Né le 2 septembre 1961 à Castres. Entraîneur de l'Olympique Lyonnais de juin 2008 à juin 2011.

Il commence sa carrière de footballeur très tôt à l’âge de 12 ans. A 15 ans il entre au centre de formation de Monaco, nous sommes en 1977. Il jouera son premier match avec les professionnels en 1979. Il n’a connu qu’un seul club dans sa vie de milieu récupérateur c’est Monaco. Il restera fidèle à cette équipe de 1979 à 1996 soit 17 ans. C’était un récupérateur acharné, ne lâchant jamais rien, devenu au fil du temps l’un des éléments incontournables de l’équipe monégasque.

En janvier 1999, il succède à Jean Tigana et devient entraîneur de l’ASM. Il restera à ce poste jusqu’en 2001. Il sera Champion de France à deux reprises avec ce club en 1982 et 1988. Il remportera deux fois la Coupe de France en 1985 et 1991, une fois le Trophée des champions en 1985. Il sera finaliste de la Coupe des Coupes en 1992 et emmènera les Monégasques en demi-finale de la Ligue des Champions en 1994. Malgré ce palmarès, en juin 2001, son contrat ne sera pas renouvelé.

Le 29 avril 2002, il s’exile dans le Nord et devient entraîneur du LOSC. Un club où il restera jusqu’en juin 2008. Avec le club nordiste il remportera la Coupe Intertoto en 2004. Deuxième du championnat en 2005, troisième en 2006 et emmènera Lille en 8ème de finale de la Ligue des Champions en 2007 battu par Manchester United. En 2006 il reçoit le trophée UNFP de meilleur entraîneur de l’Hexagone.

En juin après de nombreuses discussions il s’engage avec l’Olympique Lyonnais pour 4 ans avec le statut d’entraîneur général. Cet homme est connu pour sa rigueur, son professionnalisme et sa fidélité. Un homme discret, réservé qui parle très doucement.

Il participe physiquement aux entraînements qu’il dirige, jouant les oppositions. Lors du stage à Tignes en juillet 2008, à l’instar de Paul Le Guen, on a pu le voir enfourcher un VTT et monter le Col de l’Iseran terminant cinquième à l’arrivée au sommet.