masculins / Stage Dinard

Claude Puel au coin du feu

Publié le 03 janvier 2009 à 12:18 par RB

Vendredi soir, l’entraineur lyonnais a abordé divers sujets dont celui de la Coupe de France… Un entraineur qui attend aussi que son équipe progresse lors de la seconde partie de cette saison…

La chaleur d’une cheminée  dans un cadre très douillet. L’hôtel où sont logés les Lyonnais affichent encore complet. La thalassothérapie a ses adeptes en toute saison à voir le cortège de peignoirs qui déambulent dans les couloirs. Le champion de France est donc en stage en Bretagne. «Un besoin de se retrouver pour aborder le long sprint final. On se demande toujours comme on va retrouver le groupe après une coupure. Je suis satisfait, la reprise s’est très bien passée. Il y a eu beaucoup de qualités dans le travail effectué depuis lundi ». Le Tarnais est déjà dedans. Mais a-t-il seulement débranché. « J’avoue que j’ai pensé football pendant la trêve… ».

Comment faire autrement en cette période de la saison, entre analyses et perspectives. Sur l’analyse des 5 premiers mois, il convient que son groupe a gardé une part de mystères sur son potentiel, a suscité des interrogations et qu’il n’a pas toujours montré cette régularité que tout entraineur souhaite. « Effectivement. Nous avons eu du mal, notamment, a passer d’une compétition à une autre ; à garder cette motivation, cette envie que nous avons étalées en Ligue des Champions. Mais je l’ai déjà dit, ce groupe n’a pas les mêmes caractéristiques que celui des saisons passées. La comparaison est impossible ! Il y a de jeunes joueurs pas aussi expérimentés que par le passé. Mais je trouve cependant que nous avons progressé. » Et puis, il ya eu un facteur important. « Nous avons de très nombreux blessés. Cela nous a perturbés. Il a fallu trouver des solutions ; Nous avons développé des polyvalences. Au-delà de ces blessures, le groupe a rarement travaillé ensemble depuis le mois de juillet en raison des obligations des internationaux, sans oublier que la répétition des matchs gêne aussi le travail collectif à l’entrainement. En janvier, nous allons pouvoir le faire tout en effectuant un rappel physique ».

Si tout se passe sans pépins, cela devrait offrir plus de latitude à l’ancien lillois pour composer ses équipes. Au fait les systèmes de jeu ? «Nous en avons utilisé plusieurs. On se rend compte qu’il y a des joueurs qui sont plus à l’aise dans le traditionnel 4-3-3 lyonnais que d’autres. On a vu aussi ce que pouvaient apporter Delgado, Pjanic, Ederson en jouant dans l’axe avec un autre système… C’est bien d’avoir plusieurs solutions. Nous verrons pour la suite… »

Regrettant toujours cette élimination en Coupe de la Ligue face à Metz, il comprend les critiques des médias sur le jeu de sa formation, mais trouve qu’ils n’ont pas toujours mis en avant les bonnes choses, les qualités démontrées comme en Ligue des Champions. « Une qualification et du spectacle avec des scénarios incroyables. Le match à la Fiorentina ? Certainement le plus abouti à ce jour. La motivation est toujours là dans ce genre de rendez-vous. Ces matchs m’ont plus. J’ai apprécié le jeu, le comportement de mon équipe. Est-ce-que je l’ai dit aux joueurs ? Oui. Je ne me fais pas de souci pour les rencontres face à Barcelone. Je souhaite que mon équipe ait tout le temps ce comportement ».

Malgré toutes les imperfections constatées, l’OL est toujours dans ses objectifs au moment de cette reprise. « Nous sommes effectivement en course dans les 3 compétitions. L’OL doit défendre notamment 2 trophées. Il faut bien débuter samedi en Coupe de France. Soyons pros dans cette rencontre face à Concarneau. Après pour aller au bout… la Coupe de France reste la Coupe de France. En tant qu’entraineur, je ne l’ai jamais remportée. J’ai perdu une finale de Coupe de la Ligue face à qui vous savez. En tant que joueur, je gagné la Coupe de France avec Monaco. J’ai aussi perdu en finale. J’ai même été suspendu pour une finale parce que j’avais été expulsé en ½ contre Lille. J’en avais pleuré… J’aimais bien ces matchs de coupe. J’étais toujours à mon meilleur niveau ».

Dans quelques heures l’OL va débuter la seconde partie de sa saison. Une qualification est logiquement attendue. L’exigeant Claude Puel va vivre une nouvelle fois pleinement le match sur le banc. Au fait, a-t-il changé depuis qu’il est lyonnais ? « Non. Je pense être le même. Et je suis toujours une éponge. J’apprends. Je progresse. Je crois que l’on progresse, que l’on peut progresser tout le temps, jusqu’à la fin de sa carrière ». Progresser, finalement, comme cet OL 2008-2009.