masculins / Nomination

Claude Puel nouvel entraîneur général

Publié le 18 juin 2008 à 17:45 par BV

Claude Puel est le nouvel entraîneur général de l’Olympique Lyonnais. L’ancien entraîneur de Monaco et de Lille a signé aujourd’hui un contrat de 4 ans avec le septuple champion de France. Un mariage pressenti à chaque changement d'entraîneur lyonnais, rendu possible cette saison par des aspirations enfin convergentes. « L’OL est un club prestigieux, qui a déjà gagné beaucoup de titres, or j’avais besoin d’une remise en cause au sein d’un club de haut niveau avec une ambition importante, raconte Puel. L'appel de Jean-Michel Aulas tombait bien parce que j’étais dans une période de réflexion, d’ouverture. A Lille, j'étais arrivé au bout d’un projet, à un tournant : j’avais besoin d’un nouveau challenge ».

« On avait pensé lui faire signer un contrat à durée indéterminée, explique de son côté le président lyonnais. Cette arrivée nous fait doublement plaisir car on avait depuis longtemps la volonté de le faire venir ; on avait depuis plusieurs années le sentiment que nos chemins devaient se rencontrer, ils se rencontrent aujourd’hui. Le moment est stratégique : on a pensé qu’il fallait évoluer, que le moment était venu de mettre en place une nouvelle organisation; la saison dernière a bien été celle de tous les succès mais aussi celle de tous les doutes, de tous les risques ».

[IMG43245#R]Hier, lors de la conférence de presse de présentation de Jean II Makoun, il avait annoncé « non pas une révolution mais une évolution ». En douceur mais ferme, comme l'explique de sa voix basse et posée l’ancien joueur de l'AS Monaco (entre 1977 et 1996) : « Il était important à mes yeux d’avoir un rôle comparable à celui que j’avais au LOSC, de disposer d’un champ d’action qui dépasse le simple rôle d’entraîneur de terrain. Au moment de signer, j’ai eu la possibilité de définir les tâches des uns et des autres, de choisir avec qui j’allais travailler. Il n’est pas question de remettre en cause quoi que ce soit, j’intègre ce club avec beaucoup d’humilité. Je vais simplement apporter ma pierre à l’édifice (…) L’OL est un club qui fait partie du gotha européen, maintenant, il faudra pour moi m’en montrer digne et travailler. » Le nouveau technicien lyonnais ne modifiera donc pas le « staff lyonnais » (Duverne, Génésio, Bats notamment) comme il le définit lui-même. « J’ai de très bons rapports avec eux , dit-il. Je les connais bien tant sur le plan humain que professionnel. Je crois en eux et en leurs compétences. Je viens à l’OL avec Patrick Collot qui était déjà mon adjoint à Lille. ».

[IMG43246#L]Entraîneur général et entraîneur, ce n’est pas la même chose ; l’intitulé a son importance. Comme l’explique Jean-Michel Aulas : « avec Gérard Houllier comme avec Alain Perrin, on a éprouvé des difficultés à faire jouer la même partition à tout le monde en même temps. Le chef d’orchestre aura cette fois-ci les moyens de coordonner l’ensemble : d’une part la formation mais aussi la gestion de l’équipe professionnelle au jour le jour. Quant à moi, cela va me permettre d’être moins souvent en première ligne, de laisser beaucoup plus de respiration et d’espace au nouvel entraîneur général ».
Avant de laisser la parole à celui qui constituait sa« priorité numéro un », il confie : « Il y avait trois bons candidats. Laurent Blanc aurait pu venir mais très vite Nicolas de Tavernost (président du directoire de la chaîne M6) a exclu cette possibilité. Didier Deschamps faisait aussi partie de mes plans mais le fait que Claude (Puel) se soit déclaré rapidement et ait bien réussi avec une équipe aux moyens financiers peu importants a été le facteur déterminant. »

Ce dernier est en effet parvenu à qualifier le LOSC pour la Ligue des Champions à deux reprises (2005 et 2006). Une compétition qu’il refuse d’ériger en objectif prioritaire : « on débute toute compétition pour aller au bout mais si on veut réussir en coupe d’Europe, il faut être au niveau en championnat. Il faut faire preuve de régularité quelle que soit la compétition, ne pas avoir des résultats en dents de scie ». Un discours guère dissonant de celui de son président : « ces matchs se jouent sur peu de choses. Il faut une bonne équipe, un bon entraîneur et de la réussite. Il faudra dans les quatre ans qui viennent aller chercher quelque chose de mieux que nos trois quarts de finale, mais, sans langue de bois, il ne faut pas tomber dans des ambitions impossibles à atteindre. Essayons déjà de progresser et on n’en sera alors pas très loin. "

Depuis janvier 2008, l'OL a en tout cas investi beaucoup pour pouvoir mener de front les compétitions nationales et continentale : comme le rappelle Jean-Michel Aulas, près de 70 millions d'euros pour s'attacher les services de Delgado, Ederson, Pjanic, LLoris et Makoun. "Ca m'a fait plaisir de voir Jean II (Makoun) signer à l'OL, sourit Puel, c'est un joueur de très haut niveau. L'effectif est déjà intéressant mais il faut l'équilibrer. On va désormais y travailler, mais il n'y a pas de bouleversements à prévoir".