masculins / Tola Vologe

Claude Puel : "On est un peu dans l'expectative"

Publié le 03 septembre 2008 à 16:35 par BV

Avant de répondre aux questions de la presse, Claude Puel a fait un point sur la situation des blessés : « Fabio Santos a repris la course aujourd’hui. Joan Hartock ne peut pas "plonger" pas mais a effectué un gros travail physique. Kader Keita a été quelques jours en Afrique et va prochainement reprendre le vélo. »

Avez-vous programmé un match amical en fin de semaine ?
On a effectué une recherche, qui a « capoté ». On cherche encore mais il n’y a pas beaucoup de possibilités. Je voulais un club étranger pour que les joueurs voient d’autres équipes que celles contre lesquelles on a déjà joué.

Comment allez-vous gérer cette période de trêve internationale ?
Ces périodes ne sont jamais évidentes à gérer car elles cassent le rythme. On ne peut pas du tout travailler tactiquement, il faudra ensuite remobiliser tout le monde pour le match contre Nice alors que certains auront été pas mal sollicités lors les matchs internationaux, que d’autres auront eu une coupure psychologique de 15 jours. Beaucoup de choses peuvent se diluer en deux semaines. Il sera donc important de retrouver tout le monde pour une remobilisation générale.

Quel bilan dressez-vous de ce premier mois de compétition ?
A chaque match, il y a eu une progression intéressante. Mais on est un petit peu dans l’expectative : va-t-on, après la trêve, conserver certains principes ? Va-t-on perdre certaines choses qui semblaient acquises ? Va-t-on être en mesure d’apporter un plus à notre collectif ? Ce match de Nice constitue donc une interrogation.

Y a-t-il des domaines qui ne vous ont pas convaincu ?
Les points sont là, c’est déjà une bonne chose. Petit à petit, on fait des matchs de plus en plus solides, on est de plus en plus constants. On peut encore s’améliorer au niveau du jeu : on développe des séquences intéressantes mais pas encore sur la durée. On a déjà la solidité et le volume nécessaires sur tout un match mais on a encore une bonne marge de progression pour trouver du liant dans le jeu pour avoir un peu moins de déchets et être capables de jouer encore plus sous la pression adverse. Petit à petit, ces principes devraient être acquis pour devenir des réflexes.


Avez-vous commencé à travailler en prévision de la Ligue des Champions ?
Pour le moment, on est dans la collecte d’informations, de DVD, on met en place les déplacements et toutes les dispositions inhérentes à la préparation des matches de Coupe d’Europe, mais les joueurs n’aborderont cette compétition qu’après le match face à Nice (le samedi 13 septembre).

Vous allez participer au Forum des entraîneurs d'élite, organisé jeudi et vendredi au siège de l'UEFA, à Nyon. Quel est l’objectif d’une telle réunion ?
C’est la seconde fois que je m’y rends. Cela permet d’avoir des échanges avec des collègues européens. Il y a un coté sympathique et ludique mais également une partie travail.

Le fait de ne pas avoir dégraissé l’effectif, que celui-ci soit étoffé, constitue-t-il un problème ?
Petit à petit, tout le monde y trouve sa place. Il y a de la concurrence, le but c’est qu’elle soit vécue le plus sainement possible, que tout le monde se sente impliqué. Ce ne sera pas évident au quotidien mais un joueur qui accepterait de ne pas débuter ne serait pas compétiteur et donc pas professionnel. Il faut toujours rechercher l’excellence, vouloir être titulaire. Le nombre de places est limité et l’implication doit être totale. On va jouer tous les trois jours, on aura besoin de tout le monde.

Quel est le programme de John Mensah ?
Si on ne joue pas de match amical, on verra s’il effectue une grosse séance d’entraînement ou s’il participe au match de CFA samedi.

Où en est Cris physiquement ?
Son genou a retrouvé pratiquement toute sa force. Il est équilibré, ce n’était pas le cas depuis le début de la saison. Il va continuer de progresser durant les quinze prochains jours.