académie / OLTV

Clément Grenier dans Culture Club

Publié le 23 avril 2015 à 08:00 par SC

Le milieu de terrain était mercredi soir l’invité de Culture Club sur OLTV. L’occasion pour lui d’évoquer son bonheur de retrouver la compétition et de se projeter vers l’excitante fin de saison qui attend les Lyonnais.

Ton retour sur les terrains

« J’étais très heureux de pouvoir rejouer. Ca me manquait énormément. C’était du soulagement, ça a été long. Il y a eu du travail et ça paie à un moment donné. J’étais très fier du travail fait par tout le monde. Le bout du tunnel ? J’espère. C’est une blessure bizarre. Il faut entretenir son corps. Il ne faut pas rechuter. Je n’y pense pas. Ça va me servir pour la suite... Des douleurs latentes ? Ce sont des vraies douleurs mais qui sont normales et qu’il faut gérer du mieux possible. Il faut continuer à travailler. Le plus dur est fait. »

L’accueil et le soutien reçus

« Je remercie le public pour son accueil. Ça m’a fait chaud au cœur. Je ne m’y attendais pas du tout. J’étais concentré sur ce que je devais faire. Ça m’a donné des forces. Je suis sur les réseaux sociaux. J’ai reçu beaucoup de messages. Et ça m’a poussé à ne pas lâcher. Quand on n’a pas regouté à ce public et ce stade depuis longtemps, il y a un petit stress. Et puis on oublie tout ça lorsqu’on rentre… Beaucoup de personnes m’ont aidé. Ma famille, les gens qui m’ont suivi, qui m’ont aidé à franchir cette étape. Je n’ai pas toujours été simple avec eux. Mon mental m’a permis de ne pas rester au fond du trou. Ça m’a forgé un nouveau caractère. »

Ta communication

« C’est important de rester proche de ses fans, des supporters. Je voulais montrer comment je travaillais, ce que je faisais. C’était un soulagement d’échanger, de lâcher ce qu’il y avait en moi, la frustration. La communication, c’est très compliquée. Je ne pense pas qu’il y a eu d’erreur. La blessure a été longue. Je me demandais si je ne devais pas arrêter de communiquer. Puisqu’il y avait souvent des rebondissements, entre espoir et désespoir. »

Les leçons tirées

« Il y a toujours des choses positives même dans les moments compliqués. Je ne vais retenir que cela. Ça a été une période délicate mais j’ai pu m’en sortir. J’ai de l’expérience pour gérer ces situations. La patience n’est pas ma qualité première donc j’ai appris. Quand on n’est pas sur les terrains, c’est compliqué. Si demain je me retrouve dans une telle situation, je l’a gérerai d’une autre manière. J’ai eu du mal à me fixer des objectifs. J’ai écouté mon corps et les douleurs. J’ai eu des rechutes. J’avais plus envie de m’en fixer. Puisqu’on prend des coups derrière la tête. C’était au jour le jour. »

Le derby

« On a fait un match presque parfait. On a montré des vertus magnifiques. Si on les a jusqu’au bout, on pourra prendre le plus de points possibles. Mais il va falloir remettre le bleu de chauffe. Il y avait de la frustration puisqu’on sentait qu’on pouvait faire la différence même à 10. Ils ont eu le maximum de réussite. On perd deux points dans la course au titre. Tout est encore jouable. »

Tes objectifs

« Il y a des objectifs personnels mais ça serait égoïste de penser à moi au vu de tout ce que les autres ont fait depuis le début de la saison. Je vais essayer de faire le maximum pour les potes qui sont sur le terrain et qui font le boulot…Je suis très exigeant avec moi-même. Il faut être honnête et il va falloir du temps pour retrouver mon niveau. Ce sont des matchs moyens plus pour le moment... J’espère être titulaire. Le coach fait des choix. Je n’aime pas être sur le banc, comme la plupart des joueurs. Il faut se battre chaque jour à l’entraînement. Ça a toujours été comme ça. Ça fait partie de mes objectifs. »

Ton rôle à jouer pour la fin de saison

« Si je suis décisif tant mieux. Depuis le début de saison, ce qui fait notre force, c’est le collectif, même s’il y a des individualités qui se démarquent. Il faut qu’on ait tous la même vision. Tout le monde est important et doit se sentir concerné. J’aime prendre des responsabilités. J’aime bien les fins de saison. J’aime jouer avec la pression, quand je suis attendu. Quand je suis dos au mur, c’est là que je suis le meilleur. Je suis prêt. »

La fin de saison

« Il reste 5 matchs. Si on veut titiller le PSG jusqu’au bout, il va falloir le maximum de points. Quand on discute, on regarde rarement vers le bas. C’est notre mentalité. On a l’habitude de se fixer des objectifs forts. Le calendrier ? C’est presque plus compliqué de jouer contre des équipes qui jouent leur peau. A Reims, ça sera délicat. Ils ont changé d’entraîneur. Il va falloir avoir du répondant. Il va y avoir beaucoup de duels. »

GROUPAMA et CLAIREFONTAINE, partenaires officiels de l’Académie OL.