masculins / Communiqué de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR SYLVAIN WILTORD

Publié le 24 août 2007 à 12:13

L'OLYMPIQUE LYONNAIS regrette que le Progrès de Lyon et l'Equipe aient à nouveau utilisé des déclarations tapageuses avec des titres attractifs, pour relayer des attitudes non conformes à l'éthique et à l'exemplarité qui restent les valeurs auxquelles est profondément attaché le club.

L’OLYMPIQUE LYONNAIS a pris connaissance des déclarations de Sylvain WILTORD par voie de presse.

Sur le principe, il s’étonne de ces déclarations, puisqu’au moment du départ de Sylvain WILTORD, les parties se sont engagées, réciproquement, à ne pas soulever ou entretenir de polémiques entre elles.

Quant à lui, respectueux de ses engagements, l’OLYMPIQUE LYONNAIS se contentera donc de rétablir la vérité sur les points suivants, tout en regrettant :
• que Sylvain WILTORD ait attendu d'avoir résilié son contrat pour s'exprimer de manière irrespectueuse,
• et que les médias aient donné une telle ampleur à une polémique passée et inéquitable.

>>> L’OLYMPIQUE LYONNAIS prend acte de ce que Sylvain WILTORD reconnaît avoir contrevenu aux règles de fonctionnement du groupe professionnel, et ce, à plusieurs reprises. C'est exactement le point qui a été reproché à Sylvain WILTORD.

Il est, à cet égard, particulièrement surpris de voir Sylvain WILTORD reconnaître qu’il n’avait pas d’otite, alors que c’est l’affection qu’il avait justifiée, donc par un certificat de complaisance établi par un médecin lyonnais en date du 11 juillet 2007 précisant qu'il souffrait d'une otite, pour ne pas effectuer le déplacement avec le groupe professionnel en COREE, comme le mercredi 1er août 2007 où il a prétendu souffrir de maux de ventre le matin pour ne pas participer à la photo officielle, tout en allant beaucoup mieux l'après-midi pour participer à l'entraînement tout à fait normalement.

>>> L’OLYMPIQUE LYONNAIS n’avait pas et ne pouvait pas interférer sur les conditions d’intervention des services de police à l’endroit de Sylvain WILTORD, un jour de reprise d'entraînement où la presse est toujours présente depuis des années. De même, il n'appartenait pas à l'OLYMPIQUE LYONNAIS de commenter des rumeurs concernant des relations entre deux joueurs. Sylvain WILTORD aurait été bien intentionné de démentir lui-même ces informations qui, là aussi, portaient préjudice au club.

>>> L’OLYMPIQUE LYONNAIS réitère son admiration pour les qualités du joueur Eric ABIDAL, étant précisé que son Président a pu légitimement, et de manière exceptionnelle, lui proposer le principe d'un contrat à vie qu'il avait lui-même sollicité.

>>> L'OLYMPIQUE LYONNAIS réaffirme aussi que de nombreux entretiens et échanges ont eu lieu directement avec Sylvain WILTORD et que lui-même, lors d'un entretien avec Bernard LACOMBE et Marino FACCIOLI le vendredi 3 août 2007, a exprimé son souhait de ne pas aller à Rennes, mais d'attendre une offre du PSG pour se rapprocher effectivement de sa mère, et que c'est à l'issue de cette réunion que l'OLYMPIQUE LYONNAIS a pris la décision, en accord avec Sylvain WILTORD, de lui laisser la possibilité d'effectuer sa dernière année de contrat à Lyon.

>>> Enfin, l'OLYMPIQUE LYONNAIS tient à préciser que si la situation a perduré, c'est uniquement du fait de l'environnement Sylvain WILTORD dans des exigences financières contraires à l'éthique, pour finalement accepter ce qui avait été proposé initialement par l'OLYMPIQUE LYONNAIS, ce qui explique peut-être les états d'âme illégitimes de Sylvain WILTORD.

L’OLYMPIQUE LYONNAIS considère plus généralement que les joueurs professionnels, qui sont un exemple pour la jeunesse, se doivent, de par leur statut, adopter, en toutes circonstances, un comportement conforme à l’éthique sportive et morale, et ce, sur le terrain comme en dehors.