masculins / OL - PSV Eindhoven J-1

Conférence de Presse des Lyonnais

Publié le 04 avril 2005 à 15:43 par R.B

Ce lundi en début d'après-midi, les Lyonnais ont tiré les premiers pour la conférence de presse. A quelques mètres de la pelouse olympienne, Paul Le Guen et Claudio Cacapa ont donc répondu aux questions des médias. Sans optimisme béat... ni crainte exagérée.

Paul Le Guen :
«C'est vrai, cela va bien en championnat après les résultats de cette 31ème journée. Mais, il n'y a pas d'euphorie. Cela permet surtout d'aborder ce ¼ de finale avec une tranquillité d'esprit. Nos résultats en Champions League ? Nous bénéficions de l'expérience du groupe et de l'apport de 2 ou 3 joueurs. Ces renforts sont un plus au niveau du potentiel de l'équipe ; du coup le parcours est plus convaincant que la saison dernière. L'attaque et le réalisme ? Parfois, nous avons bénéficié de circonstances favorables, mais tous ces buts sont aussi liés à notre manière d'attaquer dans cette compétition. Il est évident que c'est dur de renouveler ces prestations tous les 4 jours. En plus, on s'efforce de jouer comme on souhaite le faire, sans avoir à gérer »

Que pense l'entraîneur olympien de Sylvain Wiltord ? « Il est important pour l'OL en championnat, en Champions League, mais aussi pour l'Equipe de France. C'est devenu un joueur important de notre collectif. C'était l'objectif en le recrutant. Il remplit sa mission et son rôle. Avec lui, nous avons grimpé d'un niveau ». Un bel aveu du coach qui parle ensuite de ce match aller à domicile. « Cela ne change pas grand-chose en fait. Je parlais essentiellement pour notre public. Là, c'est différent. Mardi soir, à priori, il ne saura pas qui se qualifiera pas pour les ½ finales. La saison dernière, contre Porto, le match retour à Gerland ne nous avez pas permis de passer. Cette fois ci, nous essaierons de le faire dans des circonstances différentes ».

Le milieu de terrain olympien n'a pas été à la hauteur de sa valeur contre Lens. Paul Le Guen le sait, mais : « Cela a été difficile contre Lens, mais je n'ai pas l'habitude de tirer des conclusions sur une rencontre. Nous gardons bien évidemment toute notre confiance en Djila, Mickaël et Juni. Ma prolongation de contrat ? En aucun cas, elle n'est liée au résultat de ces 2 matchs de ¼. Favori ? Cela ne change rien. On nous a annoncé favoris contre le Werder, les joueurs ont assumé. Si vous le faites de nouveau avant le PSV, ce sera pareil. Les joueurs sont expérimentés et moi, je n'ai pas de craintes ».

L'éternelle question de ne pas prendre de but à domicile a reçu la même réponse. « Oui, c'est important, mais il ne faut pas que cela soit une obsession. Jouons de façon équilibrée. C'est simplement une préoccupation logique ». Quelles leçons avez-vous retenus de la défaite contre Porto ? « Qu'il fallait progresser. Et nous avons recruté les joueurs pour le faire. A ce jour, nous sommes satisfaits. Le recrutement montre que nous avons su tirer les leçons de cette défaite ». Enfin, un mot sur le PSV? « En voyant jouer cette formation plusieurs fois, nous avons eu la confirmation de sa solidité, de sa robustesse et de sa bonne organisation. Cela dégage une solide impression. Mais vous savez, nous avions vu Brême de la même façon. C'était une bonne équipe que nous avons su jouer »

Claudio Cacapa :
« Des Brésiliens du PSV, je connais surtout le gardien Gomes contre qui j'ai joué des derbys au Brésil. Alex, je le connais moins. Personnellement, je ne sais pas encore si je serais titulaire, mais je peux vous dire que je suis très content d'être revenu dans le groupe et de participer, je l'espère, à la Champions League. Contre Lens, la rencontre a été difficile. En championnat, c'est bien parti pour un nouveau titre, même si rien n'est encore acquis. Il faut être prêt pour ce match contre le PSV. Ce sera un gros match. La pression ? Dimanche, nous nous sommes amusés avec Cris. Mais mardi, nous serons prêts. La pression, elle est pour tout le monde. Et nous, on la connaît. Les coups de pied arrêtés ? Je sais, ils sont forts dans ce domaine; on va s'appliquer au marquage!»