masculins / Pendant la tr�

Coupe fédérale 16 ans: Abonnées à la 3ème marche

Publié le 15 juin 2005 à 14:59 par SR

Le téléphone a beaucoup fonctionné ce week-end entre Tarnos (Pays Basque) et la région Lyonnaise. Toute la section féminine demeurée entre Rhône et Saône ne pouvait s'empêcher de penser à l'aventure que vivait le groupe de jeunes filles sélectionné par Cécile Locatelli à l'occasion des phases finales de la coupe fédérale des moins de 16 ans (match à 7).

Chacune espérait également fêter le retour du trophée au club. Dépossédées l'an dernier à Châteauroux après avoir remporté quatre éditions (1997, 2001, 2002, 2003), les filles voulaient honorer leurs couleurs.

L'épreuve avait bien débuté avec une victoire confortable 5 à 0 sur Vendenheim. Tout l'effectif avait pu goûter à cette joie matinale, sachant que le plus dur restait à venir. Quelques minutes après, les Olympiennes affrontaient en effet Montpellier, un sérieux client.

« C'était un match couperet » commentait Cécile Locatelli. «Les 24 minutes de la rencontre ont été d'une grande intensité. Nous avons eu chacune notre mi-temps. Montpellier a attaqué plus fort, nous avons mieux fini et même si notre maîtrise collective s'est avérée meilleure, le match nul (0-0) était équitable. »

La qualification les Lyonnaises pour les demi-finales se jouait alors au goal-average (+3). Montpellier rentrait au port, tout comme d'ailleurs d'autres grosses cylindrées comme Toulouse et Soyaux.

Le sort plaçait Lorient sur la route des Lyonnaises en demi-finales dès le lendemain matin. Malgré une balade plaisante en bord d'océan à Biarritz tout proche, l'air iodé ne suffisait pas à éliminer la fatigue accumulée contre les Montpelliéraines.

Le dimanche matin, les organismes ne répondaient pas comme à l'ordinaire et les esprits manquaient aussi de lucidité. Menées 2 à 0 à la pause, les Lyonnaises ne parvenaient pas à revenir, échouant ainsi au même stade que l'année précédente.

« Nous sommes tombées contre une bonne équipe de Lorient » racontait le coach sans amertume. «Mais elle était largement prenable. Hélas, nous n'avons pas su réagir par notre collectif. Les filles ont misé sur l'individualité par manque de lucidité. Elles ont oublié de s'appuyer sur leur véritable savoir faire. A cela il faut ajouter une gardienne adverse excellente qui a sorti trois arrêts superbes. Nous n'avons pas perdu sur notre valeur mais par manque d'expérience. Nous avions grillé beaucoup de cartouches contre Montpellier… »

Pour tenter de se consoler et surtout réagir avec fierté, les Lyonnaises remportaient leur rencontre pour la troisième place contre Juvisy, figurant ainsi sur le podium tout de même.

Elles devront vite gommer la déception car d'autres échéances les attendent. Ainsi, deux d'entre elles, Chrystèle Braillard et Alix Faye Chellali ont rejoins cette semaine l'équipe de France des moins de 17 ans. Les autres poursuivront les entraînements jusqu'à fin juin avant un mois de vacances. L'apprentissage se poursuit et l'expérience se forge aussi sur des défaites.



PC

Sur le même thème