masculins / Bordeaux - OL

Cris : « Ca se complique pour le titre »

Publié le 18 avril 2010 à 11:31 par DC

C’est avec un grand sourire, mais un visage tout de même marqué par le voyage en bus de la veille, que « capt’ain Cris » s’est présenté pour un point presse peu après 9h30. Extraits…

Cris comment s’est passé ce retour compliqué ?
(Rires) Sept heures dans un bus ce n’est pas facile, après un match qui a été très difficile à jouer en plus, c’était compliqué, on n’a pas dormi! Ca rappelle les voyages au Brésil quand j’étais petit. Mais bon, on a rigolé.

Le voyage à Munich ce fera surement en bus également, comment vous appréhendez cela ?
On n’a pas le choix de toute façon, il faut accepter, on n’est pas les seuls à devoir faire cela. Mais c’est vrai que c’est difficile, surtout quand on aborde des matchs importants en fin de championnat. C’est fatiguant, c’est dure, mais l’état d’esprit est là, on se sent bien, et on va jouer pour la première fois une demi-finale de Coupe d’Europe, donc on est obligé d’oublier le voyage pour pouvoir se concentrer sur le match.

Quel est le programme de l’après-midi, repos ?
Je ne sais pas, j’ai deux filles à la maison qui ont demandé leur papa (rires) !

Pour revenir sur le match de Bordeaux, est-ce qu’on peut employer le mot de combat ?
Oui, oui c’était un combat, entre deux équipes qui cherchent le podium, et qui ont du se jouer à quatre reprises cette saison. C’était un match très compliqué car ce sont aussi deux groupes qui sont habitués à jouer la Coupe d’Europe, et le haut du tableau en championnat. On cherchait tous les deux les trois points. Maintenant c’est vrai que ca va être difficile pour le titre, c’est très serré, il y a six équipes qui jouent le podium. Malgré tout on a l’état d’esprit, hier on n’a rien lâché, même quand on était mené. Ca donne confiance à l’équipe.

Tu as marqué contre Lille, à Bordeaux, est-ce que tu vas marquer à Munich ?
(Rires) Je ne sais pas, je suis content d’avoir marqué, ce serait bien aussi d’inscrire un nouveau but à Munich, mais si on n’en prend pas là-bas je serai déjà satisfait.

Ce match face au Bayern…
C’est un autre match, une autre compétition. Je pense qu’ils ont la confiance, déjà avant le match d’hier (7-0 pour le Bayern en championnat). Ils ont des points forts comme des points faibles. On va étudier cela pendant trois jours, en plus on a un voyage de dix heures qui nous attend (rires). Mais je pense qu’on sera près pour cette rencontre. Il faudra faire un bloc défensif, et bien travailler le ballon.

D’où est-ce que vous tirez cette force pour revenir aussi souvent au score ?
C’est le caractère, l’état d’esprit qu’on arrive à montrer sur le terrain. On essaye de beaucoup se parler, de motiver chaque joueur, pour ne pas baisser la tête.

Comment est-ce que tu as vécu le retour de Jérémy Toulalan à tes côtés ?
D’abord le coach n’a pas le choix. Après lui se sent bien quand il joue aux côtés de défenseurs. Lui et moi on se parle bien, on se comprend bien, on n’a pas de problèmes sur le terrain.

Est-ce que tu penses que Boumsong sera près pour mercredi ?
Ce sera un peu juste, il faut voir le médecin, le coach, mais bon je préfère qu’il joue le match retour.

On t’as vu fêter ton but avec Claude Puel, un symbole ?
Il est toujours là, il est avec nous, il parle de plus en plus avec nous. Il est plus ouvert aussi, on discute beaucoup, il nous demande parfois notre avis sur certaines choses. Il arrive à nous motiver, et on est reconnaissants par rapport à cela.

Robben, c’est le danger numéro un ?
Les trois joueurs de devant sont dangereux (Ribery, Robben et Olic). Il faudra faire attention à ces trois joueurs, car ils peuvent tous faire la différence.

C’est bon je peux aller dormir (rires)?

Sur le même thème